Ma­rie Pi­qué dé­nonce la po­li­tique du « re­cen­tré et concen­tré »

La Vie Querçynoise - - Actualités Lot -

Le co­mi­té dé­par­te­men­tal de l’édu­ca­tion na­tio­nale ( CDEN) s’est réuni pour dé­fi­nir les grandes orien­ta­tions en pré­pa­ra­tion de la ren­trée sco­laire du 1er de­gré 2018/2019. Ma­rie Pi­qué, Conseillère ré­gio­nale com­mu­niste, tient à ré­agir.

« Je dois dire d’em­blée que j’en suis res­sor­tie très in­quiète. La pres­sion bud­gé­taire exer­cée sur l’Edu­ca­tion na­tio­nale se res­sent bien évi­dem­ment dans nos ter­ri­toires. Loin d’un grand plan am­bi­tieux concré­ti­sé par le dé­ploie­ment de moyens correspondants, la ges­tion de l’édu­ca­tion de nos en­fants se vou­dra, une fois de plus, « re­cen­trée et concen­trée », comme nous l’a ex­pli­qué l’ins­pec­teur de l’académie. Mal­gré l’an­nonce de chiffres qui à pre­mière vue pa­raissent po­si­tifs, c’est bien le pro­lon­ge­ment d’une cure d’aus­té­ri­té qui se pro­file. En ef­fet, le nombre de postes pour 100 élèves est pas­sé de 5.93 en 2016 à 6.09 en 2017, une faible aug­men­ta­tion en pa­ral­lèle à la baisse du nombre d’élèves par classe, pas­sant de 21.18 en moyenne en 2016 à 20.9 en 2017. On pour­rait donc en dé­duire qu’avec une aug­men­ta­tion du nombre de poste, cou­plée d’une baisse des ef­fec­tifs par classe, le Lot ne se porte pas si mal, et la sup­pres­sion de 22 postes d’en­sei­gnants pour 2018 est jus­ti­fiée.

Même si la carte sco­laire n’est pas of­fi­cielle, et que l’ins­pec­teur d’académie nous ex­plique qu’il y a chaque an­née moins d’en­fants dans le Lot, il ne faut pas s’y trom­per. Plus qu’une amé­lio­ra­tion des condi­tions d’en­sei­gne­ment et d’édu­ca­tion dans notre dé­par­te­ment, c’est sur­tout un ni­vel­le­ment par le bas qui se met en place, re­flé­tant les pro­blèmes plus glo­baux d’un amé­na­ge­ment du ter­ri­toire dés­équi­li­bré et d’une dé­ser­ti­fi­ca­tion ru­rale en pro­gres­sion.

Bien que notre ré­gion Oc­ci­ta­nie ac­cueille 52 000 nou- veaux ar­ri­vants chaque an­née, le nombre d’élèves conti­nue de di­mi­nuer dans le Lot. Cette si­tua­tion doit nous ame­ner à nous ques­tion­ner sur les po­li­tiques ac­tuelles qui ne sont plus en me­sure de pro­té­ger les dy­na­miques lo­cales, s’en prennent sys­té­ma­ti­que­ment aux ser­vices pu­blics, et contri­buent à en­cla­ver nos ter­ri­toires ru­raux. Face à ce­la, quelle est la ré­ponse à ap­por­ter ? Nous de­vons re­don­ner une am­bi­tion à nos ter­ri­toires. « Re­cen­trer et concen­trer » n’est pas une po­li­tique am­bi­tieuse. Tout au plus une adap­ta­tion ges­tion­naire de l’aus­té­ri­té qui sé­vit. Celle-ci nous en­traine inexo­ra­ble­ment vers le bas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.