« Ai­der à mon­ter des pro­jets viables »

La Voix du Sancerrois - - Cher Nord / Val De Loire - CO­RINNE CHAUVIGNÉ co­rinne.chau­vigne@cen­tre­france.com

Le mois de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire est l’oc­ca­sion pour l’Adie de faire connaître ses ac­ti­vi­tés. Ren­contre avec une sa­la­riée et un bé­né­vole du Cher.

◗ L’Adie (As­so­cia­tion pour le droit à l’ini­tia­tive éco­no­mique) aide des per­sonnes à créer leur en­tre­prise grâce au mi­cro­cré­dit. L’ac­com­pa­gne­ment de ces pro­fes­sion­nels s’ef­fec­tue, dans le Cher, par Au­ré­lie Buf­fault, res­pon­sable bé­né­vo­lat et dé­ve­lop­pe­ment de l’Adie, et quatre bé­né­voles.

L’un d’entre eux ha­bite Étré­chy. « Mes en­fants m’avaient dit : quand tu se­ras à la re­traite, fau­dra que tu t’oc­cupes. » Pierre Ma­rillier a trou­vé la pé­tanque. Et l’Adie. Il y est bé­né­vole de­puis le dé­but de l’an­née. Ce jeune re­trai­té de 61 ans, an­cien em­ployé de banque, ne connais­sait pas l’as­so­cia­tion. « Mon fils a eu re­cours à l’Adie pour créer son en­tre­prise. » C’est d’ailleurs une des rai­sons pour la­quelle l’Adie ap­pré­cie tra­vailler avec Pierre. « Il a ai­dé son fils à mon­ter son dos­sier, donc il connais­sait notre fonc­ tion­ne­ment. »

L’Adie pro­pose des for­ma­tions d’in­té­gra­tion de trois jours. « Avec Pierre, on a pro­cé­dé de fa­çon dif­fé­rente. Il a tra­vaillé avec moi en ren­dez­vous et avec d’autres bé­né­voles », ex­plique Au­ré­lie Buf­fault.

Chaque en­tre­pre­neur a un ré­fé­rent bé­né­vole. Pierre Ma­rillier suit (il ac­com­pagne et monte des dos­ siers de prêts) une di­zaine de per­sonnes, dont deux ven­deurs am­bu­lants à Saint­Sa­tur. « Un mon­sieur a lan­cé une rô­tis­se­rie am­bu­lante. On l’a ai­dé sur les for­ma­li­tés obli­ga­toires liées à son ac­ti­vi­té. »

Chaque bé­né­vole ap­porte son ex­per­tise. Pierre, lui, offre son aide sur des ques­tions comp­tables, ad­mi­nis­tra­tives, sur les pré­ vi­sion­nels… « Ça ne me prend pas énor­mé­ment de temps, en­vi­ron un jour par se­maine », concède­til.

Ses mo­ti­va­tions ? Le lien so­cial. « C’est agréable de pou­voir ai­der des per­sonnes à mon­ter leurs pro­jets. »

« Si le pro­jet est ban­cal, on le re­tra­vaille, on les oriente vers des for­ma­

tions. C’est vrai­ment très in­té­res­sant. » « Et chaque pro­jet est dif­fé­rent », ajoute Au­ré­lie Buf­fault, énu­mé­rant : un ta­pis­sier, des ar­ti­sans du bâ­ti­ment, un na­tu­ro­pathe, une agence ma­tri­mo­niale, un bar res­tau­rant, un pho­to­graphe, une ar­tiste… Au­ré­lie Buf­fault ap­pré­cie aus­si « la re­con­nais­sance des gens

qu’on suit. Ils sont contents que l’on croit en leur pro­jet. » Au­ré­lie Buf­fault : 06.16.17.40.35 ; abuf­fault@adie.org Site : www.adie.org

Pierre Ma­rillier, bé­né­vole ba­sé à Étré­chy, et Au­ré­lie Buf­fault, res­pon­sable bé­né­vo­lat et dé­ve­lop­pe­ment à l’Adie de Bourges.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.