Sé­cu­ri­té : les ci­toyens sol­li­ci­tés

La Voix du Sancerrois - - Haut-berry Val De Loire -

La mu­ni­ci­pa­li­té a or­ga­ni­sé deux réunions pu­bliques mar­di 22 no­vembre afin de lan­cer deux opé­ra­tions ci­toyennes : la créa­tion d’une ré­serve com­mu­nale de sé­cu­ri­té ci­vile et un dis­po­si­tif « voi­sins vi­gi­lants ».

◗ L’ob­jec­tif de la ré­serve com­mu­nale de sé­cu­ri­té ci­vile est d’ai­der les se­cou­ristes et les pom­piers en cas de ca­tas­trophes na­tu­relles ou d’ac­ci­dents in­dus­triels.

« Don­ner un coup de main »

Il s’agit d’ef­fec­tuer les mis­sions les plus simples pour per­mettre aux se­cou­ristes et aux pom­piers de se consa­crer aux mis­sions com­plexes, dan­ge­reuses ou ur­gentes. Les mis­sions sus­cep­tibles d’être confiées sont : la sur­veillance des cours d’eau ou des digues, l’orien­ta­tion des ha­bi­tants en cas d’éva­cua­tion d’un lieu, le dé­brous­saille­ment, le dé­nei­ge­ment, le main­tien d’un cor­don de sé­cu­ri­té in­ter­di­sant l’ac­cès à un en­droit… « On ne se­ra pas des su­per­h éros, mais c’est juste pour don­ner la main » a pré­ci­sé l’édile.

Dans un pre­mier temps, une liste dé­po­sée en mai­rie et confi­den­tielle de vo­ lon­taires se­ra éta­blie, pré­ci­sant le matériel éven­tuel que ces vo­lon­taires pos­sèdent : tron­çon­neuse, ma­ni­tou, groupe élec­tro­gène…

L’en­jeu est de per­mettre, en cas de be­soin, de contac­ter la per­sonne ré­fé­rente et ain­si par exemple cou­per un arbre tom­bé sur une voie et la li­bé­rer pour les se­cours ou en cas de panne élec­trique au centre in­ter­gé­né­ra­tion, ins­tal­ler un groupe élec­tro­gène et re­mettre en marche l’as­cen­seur.

« Les femmes au­près d’en­fants »

« Les femmes aus­si peuvent ap­por­ter leur sou­tien par exemple au­près d’en­fants » a abon­dé Ta­tia­na Lan­ter­nier, ad­jointe.

Les vo­lon­taires ren­con­tre­ront les ser­vices tech­niques de la com­mune et pour­ront dé­cou­vrir leurs ca­pa­ci­tés d’ac­tion, une for­ma­tion dé­fi­bril­la­teur, des ren­contres avec les sa­peurs­pom­piers peuvent être aus­si en­vi­sa­gées par la mai­rie.

C’est aus­si avoir un oeil vi­gi­lant sur des ano­ma­lies, tel qu’un arbre trop pen­ché, une grille de puits ôtée et ain­si pré­ve­nir la mai­rie.

À pro­pos d’oeil vi­gi­lant, Pa­trick Ba­got a en­suite en­chaî­né la réu­nion par la mise en place du dis­po­si­tif « Voi­sins Vi­gi­lants ». Un dis­po­si­tif qui a pour vo­ca­tion de ras­su­rer la po­pu­la­tion et d’amé­lio­rer l’ef­fi­ca­ci­té de la pré­ven­tion de proxi­mi­té. Il s’agit en cas d’ab­sence de son voi­sin de sur­veiller ou faire acte de pré­sence ou en cas d’un vé­hi­cule sus­pect de pré­ve­nir la mai­rie ou la gen­dar­me­rie.

Mais comme l’a en­core dit le maire, il s’agit d’être or­ga­ni­sé mais pas de jouer au su­per­hé­ros.

Le maire Pa­trick Ba­got en­tou­ré de ses ad­joints.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.