Pre­mier aper­çu de vos can­di­dats pour les législatives

La Voix du Sancerrois - - La Une -

La troi­sième cir­cons­crip­tion du Cher re­groupe les an­ciens can­tons de Bau­gy, Bourges-3, Cha­ren­ton-du­Cher, Châ­teau­meillant, Châ­teau­neuf-sur-Cher, Châ­te­let, Dun-sur-Au­ron, La Guer­che­sur-l’Au­bois, Le­vet, Li­gnières, Né­rondes, Saint-AmandMon­trond, San­cergues, San­coins et Saul­zais-le-Po­tier.

◗ Oli­vier Béa­trix (UDI). Sup­pléant : Pierre­Ar­mand Hurste. « Étant maire d’une pe­tite com­mune, (Ger­mi­gny­l’Exempt) j’ap­porte ma contri­bu­tion au quo­ti­dien. Je veux aus­si por­ter les pro­blé­ma­tiques du ter­ri­toire et faire vo­ter des lois pour sim­pli­fier la vie de mes conci­toyens.

Je veux no­tam­ment amé­lio­rer le trans­port fer­ro­viaire et m’oc­cu­per de l’em­ploi des se­niors et des jeunes et stop­per les do­ta­tions « aveugles ».

Agir pour notre ru­ra­li­té via la créa­tion d’une Agence na­tio­nale de ré­no­va­tion ru­rale, res­tau­rer l’au­to­ri­té de l’État avec une ré­forme de la jus­tice, le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et ré­ta­blir l’édu­ca­tion na­tio­nale en dé­fen­dant les écoles en mi­lieu ru­ral. »

Éric Bel­let (LO). Sup­pléant : Ch­ris­tian Côte. « Mi­li­tant syn­di­cal et po­li­tique de longue date, je me re­ven­dique fiè­re­ment des idées com­mu­nistes. Je veux re­pré­sen­ter dans cette élec­tion l e camp des tra­vailleurs qui font tout fonc­tion­ner dans cette so­cié­té. J’af­firme que le monde du tra­vail ne pour­ra comp­ter, dans les mois à ve­nir, que sur ses propres forces et sa mo­bi­li­sa­tion pour s’op­po­ser aux at­taques pa­tro­nales et gou­ver­ne­men­tales, en par­ti­cu­lier les at­teintes au code du tra­vail et im­po­ser le droit à un em­ploi pour tous. »

Ma­ga­li Bes­sard (PCF-Front de gauche). Sup­pléant : Guy Sa­mie­ri. « Je suis en­ga­gée pour chan­ger les choses, agir en tant que ci­toyenne. Il y a trop d’in­jus­tices so­ciales.

J’ai dé­ve­lop­pé des axes forts : lut­ter contre l’aban­don des ser­vices pu­blics sur nos ter­ri­toires, fa­vo­ri­ser l’ac­cès aux soins, une plus juste ré­par­ti­tion des ri­chesses, l’éco­lo­gie et la tran­si­tion éner­gé­tique, la re­fon­da­tion du pro­jet de l’Eu­rope ain­si que le re­nou­veau po­li­tique et la VIe Ré­pu­blique.

Lo­ca­le­ment, les su­jets prio­ri­taires sont bien sûr les ser­vices pu­blics dans nos zones ru­rales, c’est un pa­tri­moine com­mun, et l’ac­cès aux soins pour tous avec no­tam­ment le rem­bour­se­ment à 100 % par la Sé­cu­ri­té so­ciale. »

Yann Ga­lut (PS), dé­pu­té sor­tant. Sup­pléant : Guillaume Cré­pin. « Par l’édu­ca­tion ré­pu­bli­caine et les va­leurs que j’ai re­çues, je suis in­di­gné par l’in­jus­tice. Je me bats de­puis tou­jours contre les in­éga­li­tés et pour mes conci­toyens.

Je pro­pose à me électeurs de conti­nuer en­semble le com­bat pour dé­fendre le Cher et por­ter avec fier­té la voix de la ru­ra­li­té à Pa­ris.

Mes dos­siers prio­ri­taires sont La lutte contre les dé­serts mé­di­caux, la couverture in­té­grale du ter­ri­toire en in­ter­net et ré­seau mo­bile, la dé­fense des TPE, PME et de nos ar­ti­sans et l’exem­pla­ri­té. »

Loïc Ker­vran (La Ré­pu­blique en Marche). Sup­pléante : Éli­sa­beth Pol. « J’ai créé En Marche dans le Cher. C’est mon pre­mier en­ga­ge­ment. Ce qui m’a pous­sé c’est un dé­sir de re­nou­ve­ler les vi­sages, les pra­tiques et les idées.

Au­de­là des idées por­tées par le Pré­sident, c’est une sé­rie d’en­ga­ge­ments que je por­te­rai comme ce­lui de rendre des comptes. Quand on est dé­pu­té, on n’a pas carte blanche. En­suite, je se­rai un dé­pu­té à 100 %. Je ne cu­mu­le­rai pas les man­dats.

La dé­ser­ti­fi­ca­tion mé­di­cale est une prio­ri­té. Le dé­par­te­ment est par­mi les der­niers au ni­veau de la den­si­té mé­di­cale. L’autre prio­ri­té est la couverture mo­bile et in­ter­net. En­fin le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique se­ra éga­le­ment dans mes prio­ri­tés, car les ar­ti­sans et les com­mer­çants font vivre le dé­par­te­ment. »

Jor­dan Le Goïc (FN). Sup­pléante : Vé­ro­nique Pfis­ter. « Ber­ruyer de nais­sance, je trouve dé­plo­rable l’état ac­tuel de notre dé­par­te­ment, éco­no­mique ou démographique. Notre taux de chô­mage est en­core plus éle­vé que la moyenne na­tio­nale et les pro­blèmes d’in­sé­cu­ri­té sont trop bien connus.

Soit la conti­nui­té avec Mes­sieurs Ga­lut ou Ker­vran, qui se­ront dans la ma­jo­ri­té. Soit une réelle force d’op­po­si­tion au gou­ver­ne­ment et un nou­veau souffle pour le dé­par­te­ment, avec le Front Na­tio­nal.

Pré­ser­ver à tout prix nos em­plois et nos in­dus­tries mi­liaires et ci­viles, amé­lio­rer con­crè­te­ment et ra­pi­de­ment l’ac­cès aux soins, la sé­cu­ri­té ; rendre at­trac­tif ­ à nou­veau ­ notre dé­par­te­ment seont mes chan­tiers. »

Ca­the­rine Men­guy (EELV). Sup­pléant : Da­niel Mai­ze­ret. « Ce qui me mo­tive est de faire avan­cer les dos­siers dans un sens plus so­li­daire et plus juste. Ne pas me ré­veiller dans 30 ans et me dire que je n’au­rai rien es­sayé.

Je suis sen­sible à la tran­si­tion éner­gé­tique et l’agri­cul­ture, une cir­co très agri­cole. On ne fe­ra pas les choses sans les agri­cul­teurs au sens large.

La qua­li­té de l’eau, éner­gie, ali­men­ta­tion, vélo, école, les ser­vices pu­blics. N’im­porte quel élu peut se bou­ger pour l’hô­pi­tal de Saint­Amand. Et que les gens puissent vivre bien là où ils sont. On voit le bud­get de l’État, c’est là que se font les choix. »

Jean Rif­fet (France in­sou­mise). Sup­pléante : Pa­tri­cia Ha­zard. « De­puis 34 ans, je suis sans cesse au contact des femmes et des hommes. Ob­ser­va­teur at­ten­tif, je connais leurs joies, be­soins et sur­tout leurs dif­fi­cul­tés. Mon en­ga­ge­ment est le leur.

Dé­fendre notre ré­pu­blique in­di­vi­sible, pro­tec­trice, uni­ver­selle et laïque. Op­ter pour une ré­pu­blique de so­li­da­ri­té et de par­tage.

Entre autres, la tran­si­tion éco­lo­gique, une agri­cul­ture éco­lo­gique et pay­sanne, la re­cons­truc­tion du maillage des ser­vices pu­blics et des transports, la san­té d’abord et pour tous, une re­fon­da­tion dé­mo­cra­tique des trai­tés eu­ro­péens… »

Alain Ro­dric (UPR). Sup­pléante : Alexan­dra De­la­mare. « Je n’avais ja­mais été en­car­té. Après avoir dé­cou­vert M. As­se­li­neau qui a fon­dé son par­ti en 2007, à l’an­ni­ver­saire du trai­té de Rome, de for­ma­tion de l’Eu­rope. En sor­tir par la voie nor­male, l’ar­ticle 50. J’étais de gauche, les so­cia­listes ne me cor­res­pon­daient plus…

Le man­dat élec­tif c’est de faire des lois. Pour nos électeurs, c’est ap­por­ter des lois pour que dans l’en­semble de la France ce­la ap­porte du bien­être. Sans se sub­sti­tuer aux as­sem­blées pour la ges­tion du dé­par­te­ment et ré­gion.

Lut­ter contre le re­grou­pe­ment des com­munes, ce se­ra une ca­tas­trophe. On le dé­nonce. L’eau va al­ler au pri­vé. Les pe­tites com­munes qui ont bien gé­ré, se­ront pé­na­li­sées en les re­grou­pant avec des grosses qui ont fait des dé­penses somp­tuaires. Il y au­ra un pot com­mun, plus d’impôts. La sai­gnée !

Re­don­ner la sou­ve­rai­ne­té à notre pays. François As­se­li­neau s’ap­puie sur les avan­cées du conseil na­tio­nal de la ré­sis­tance ! On est plu­tôt de gauche, pas à l’ex­trême droite. »

Éric The­ve­nin (Debout la France). Sup­pléante : Oriane Cor­da. « J’en ai marre de ces po­li­tiques qui font du clien­té­lisme au man­dat élec­to­ral. Je n’y crois plus. Je me lance.

Je leur pro­pose de m’oc­cu­per du monde agri­cole dont tout le monde se fout, achat ou ces­sion d’en­tre­prise, sup­pri­mer la Sa­feer, au­jourd’hui ce­la ne marche plus qu’avec des pots de vin ! Faire des ces­sions de gré à gré, avec un pôle de mé­dia­tion, le maire et le dé­pu­té. Créer dans le dé­par­te­ment du Cher, un grand lo­cal, pour la vente di­recte des pro­duits lo­caux comme un mo­dèle que j’ai vu à Bor­deaux. Re­don­ner un peu d’air aux agri­cul­teurs. Et m’oc­cu­per de la jeu­nesse. Don­ner aux pe­tits agri­cul­teurs, com­mer­çants, ar­ti­sans, le RSA en l’échange de for­ma­tion à un mé­tier.

Ce que les électeurs me de­mandent : un point ren­contre tous les trois mois, et de­man­der aux électeurs de me dire ce qu’ils veulent que je fasse. Être à l’écoute de mes conci­toyens et non pas des par­tis po­li­tiques. »

Sa­muel Vais­son (In­dé­pen­dant). Sup­pléante : Émi­lie Au­blé. « Mon en­ga­ge­ment est libre et ci­toyen. Je veux re­don­ner le sens noble au mot po­li­tique qui veut dire « ser­vir la ci­té ».

Si je suis élu, je fe­rai vo­ter une loi pour di­mi­nuer de 50 % les in­dem­ni­tés des dé­pu­tés, puis des sé­na­teurs et des mi­nistres. Cet ar­gent se­ra ré­in­jec­té dans les en­tre­prises pour créer des em­bauches de jeunes et fi­nan­cer des dé­parts à la re­traite.

L’agri­cul­ture bio­lo­gique, l’édu­ca­tion avec créa­tion de postes d’édu­ca­teurs spé­cia­li­sés, la san­té avec une hausse des ef­fec­tifs dans les hô­pi­taux, re­va­lo­ri­sa­tion des re­traites et hausse des moyens pour la sé­cu­ri­té, sub­ven­tions et em­ploi pour le sport, la culture. »

Oli­vier Béa­trix, Éric Bel­let, Ma­ga­li Bes­sard, Yann Ga­lut, Loïc Ker­vran, Jor­dan Le Goïc, Ca­the­rine Men­guy, Jean Rif­fet, Alain Ro­dric, Éric The­ve­nin et Sa­muel Vais­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.