L’écri­vain nour­ri­ra l’es­prit…

La Voix du Sancerrois - - Foire Aux Vins De Sancerre - PRO­POS RECUEILLIS PAR HER­VÉ MAR­TIN

L’au­teur Che­rif Za­na­ni­ri se­ra l’in­vi­té d’hon­neur de la Foire aux vins de San­cerre. Scien­ti­fique de­ve­nu écri­vain, épris du pi­ton et de son his­toire il au­ra à coeur de le­ver son verre de San­cerre blanc, entre deux dé­di­caces.

◗ Ren­contre avec l’in­vi­té d’hon­neur, Che­rif Za­na­ni­ri, Sancerrois de coeur, pas­sion­né par la vigne et les hommes qui la servent de­puis des gé­né­ra­tions. Dans ses ou­vrages, il met en scène le cadre et l’his­toire du lieu, s’ef­for­çant de va­lo­ri­ser la ré­gion, au fil de la nar­ra­tion.

On vous connaît sur­tout pour vos ac­ti­vi­tés lit­té­raires. Quels sont vos liens avec le Sancerrois ?

Je suis en fa­mille avec des vi­gne­rons, ins­tal­lés à San­cerre, de­puis plu­sieurs gé­né­ra­tions.

Et vous ai­mez les vins de San­cerre ? Les­quels ?

De très très loin, je pré­fère le san­cerre blanc ! Ce blanc, je le bois avec un plai­sir que je ne peux pas ca­cher. Leur blanc, c’est de l’or blanc…

Quel se­ra votre rôle, ce week-end ?

On m’a de­man­dé d’être pré­sident de cette cé­ré­mo­nie. C’est un hon­neur que je ne peux pas dé­crire. J’es­saye­rai de faire au mieux pour re­pré­sen­ter le vin de San­cerre ! J’étais bon élève, je vais faire en sorte de le res­ter.

Par­lez-vous du vin dans vos livres ?

J’ai dé­crit dans cer­tains de mes ro­mans, des mo­ments où l’on col­lecte le rai­sin, où l’on le ra­masse, le trans­forme. Un de mes ro­mans pro­po­sés en dé­di­cace, se dé­roule entre San­cerre et Saint­Sa­tur. C’est très lo­cal. Des phases de trans­for­ma­tion du vin m’ont in­té­res­sé.

Je fais le choix du ter­rain pour une rai­son his­to­rique. San­cerre est une ci­té qui a une his­toire ex­tra­or­di­naire, chaque mai­son pour­rait ra­con­ter une his­toire, a vé­cu des his­toires in­croyables. Avant Jeanne d’Arc, Bourges était une pe­tite ville. La cour avait es­sai­mé tout au­tour de Bourges, jus­qu’à San­cerre.

Vos der­niers ou­vrages ont trait au Sancerrois ?

Dans mon der­nier ro­man sor­ti fin 2016, j’évoque le fu­tur roi Charles VII, qui a eu toutes les dif­fi­cul­tés pour mon­ter une ar­mée… San­cerre est à mi­che­min entre La Ro­chelle et Ge­nève. Ge­nève, ville ré­for­mée et La Ro­chelle le grand port ré­for­mé de France. San­cerre, est devenue au moins une ville ouverte, où les ca­tho­liques et les pro­tes­tants ont vé­cu des his­toires ani­mées. La géo­gra­phie im­pose l’his­toire.

Qu’est ce qui vous anime, dans la créa­tion lit­té­raire ?

Ac­tuel­le­ment, j’écris ce qui m’amuse dans l’es­poir que ce­la amuse le lec­teur. L’an­cien pro­fes­seur se fixait des ob­jec­tifs de mé­tho­do­lo­gie qui servent le pro­jet. Lorsque j’écris un ro­man, je m’intéresse beau­coup à l’his­toire. Si vous vou­lez un bel ave­nir, il faut connaître son pas­sé. Trop de pans de l’his­toire de France passent à l’as. On a quand même vé­cu des mo­ments très in­té­res­sants. Lorsque je ra­conte une his­toire avec un in­té­rêt his­to­rique, j’ajoute un point de vue.

Exemple, le rôle des femmes pen­dant la grande guerre. C’est une fa­çon de mettre la femme au centre des dis­cus­sions. Les pre­mières suf­fra­gettes sont ar­ri­vées pen­dant la pre­mière guerre. Mon livre ra­conte des his­toires de femmes mo­destes, dont le ma­ri est par­ti en guerre. Des his­toires vraies, simples, avec beau­coup d’hu­ma­ni­té. Ces femmes ont créé du bon­heur au­tour d’elles. Elles au­raient mé­ri­té d’être re­con­nues de leur vi­vant. Il faut ra­con­ter une his­toire. C’est le prix à payer pour ap­pro­cher les gens.

Dans le vin, il est ques­tion de phy­sique, votre ma­tière de pré­di­lec­tion…

Oui, il y a de la phy­sique. En phy­sique ou dans le vin on ne peut pas tri­cher. Il faut tou­jours tra­vailler, on ne peut pas contour­ner les lois. Ce qui ga­ran­tit une cer­taine re­pro­duc­ti­bi­li­té, on as­sure la qua­li­té d’une an­née sur l’autre. Si­non, mettre en équa­tion, la for­ma­tion des larmes du vin, sur le bord d’un verre de cris­tal, voi­la un exer­cice de phy­sique, pas simple du tout !

San­cerre, ville ré­for­mée, char­gée d’his­toire

Quelques mots sur votre par­cours pro­fes­sion­nel ?

J’ai pas­sé une maî­trise, puis l’agré­ga­tion, en­sei­gné en ly­cée quelques an­nées puis dans le su­pé­rieur, vingt­sept, dans des écoles d’in­gé­nieurs, un en­vi­ron­ne­ment très sti­mu­lant : ESCP, Mines de Pa­ris, une école mi­li­taire, une école d’air. On croise des gens à l’es­prit ra­pide, ca­pables de faire des rap­pro­che­ments in­édits. Pour la foire, j’au­rai une table et quelques livres. J’ap­porte une nour­ri­ture spi­ri­tuelle…

Che­rif Za­na­ni­ri pré­si­de­ra la foire aux vins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.