Dé­but des ven­danges sous de bons aus­pices

La Voix du Sancerrois - - La Une - MÉ­LA­NIE PRADALIÉ me­la­nie.pra­da­lie@cen­tre­france.com

De­puis une pe­tite se­maine, les ven­dan­geurs s’ac­tivent dans les par­celles de vignes du San­cer­rois et du Pouilly­sois. Cette an­née, la ré­colte des rai­sins s’an­ nonce pro­met­teuse, au­tant pour la qua­li­té que la quan­ti­té. L’abou­tis­se­ment de plu­sieurs mois de tra­vail.

Alors que la réunion de pré­pa­ra­tion se te­nait mer­cre­di 6 sep­tembre der­nier, les ré­coltes ont dé­bu­té de­puis quelques jours dans le San­cer­rois. Le ban des ven­danges 2017 était ar­rê­té au ven­dre­di 8 sep­tembre.

« La qua­li­té est là, dé­clare Na­tha­lie Prieur, di­rec­trice de l’Union vi­ti­cole San­cer­roise (UVS). C’est l’abou­tis­se­ment d’une an­née de tra­vail mais cette an­née, la quan­ti­té et la qua­li­té sont glo­ba­le­ment au ren­dez­vous. » La qua­li­té est là, et peu d’in­quié­tudes

D’un point de vue tech­nique, comme tous les ans, le Ser­vice In­ter­pro­fes­sion­nel de Con­seil Agro­no­mique, de Vi­ni­fi­ca­tion et d’Ana­lyses du Centre (Si­ca­vac) ef­fec­tue un sui­vi de la ma­tu­ri­té du vi­gnoble. De­puis la mi­août, des contrôles sont ré­gu­liè­re­ment ef­fec­tués dans les do­maines afin de suivre la te­neur en sucre et en aci­di­té des rai­sins.

« Ac­tuel­le­ment, nous sommes à 200 grammes de sucre par litre, soit un po­ten­tiel de 12 ou 13, et une aci­di­té to­tale qui s’est bien te­nue en rai­son des tem­pé­ra­tures un peu plus fraîches », ex­plique Fa­brice Dou­cet, di­rec­teur du Si­ca­vac. « Le ban a été fixé au 8 pour les baies les plus pré­coces mais la ma­jo­ri­té se ré­col­te­ra au­tour du 12 ou 13 sep­tembre, » pré­cise ce der­nier.

Pour ce qui est des rouges, le mil­lé­sime s’an­nonce plu­tôt clas­sique, dans la li­gnée de ceux de 2011 et 2012. « Il y a un po­ten­tiel en an­tho­cyanes et ta­nins (*) mais la ma­tu­ri­té est à peine at­teinte. La ré­colte de­vrait se faire au­tour du 15 ou 16 sep­tembre », ajoute­t­il.

La mé­téo se­ra éga­le­ment re­gar­dée de près sur toute cette pé­riode de ven­danges bien qu’elle n’ins­pire que peu d’in­quié­tudes. « Idéa­le­ment il ne fau­drait pas d’eau, sou­ligne Fa­brice Dou­cet. Il est pré­vu au­tour d’une di­zaine de mil­li­mètres sur les jours à ve­nir, mais ça ne de­vrait pas avoir d’im­pact. Même jus­qu’à 20 mm, ce n’est pas gê­nant car ces pluies de­vraient être sui­vies d’un temps frais au­tour de 18 °C qui n’en­dom­ma­ge­ra pas les ré­coltes. »

« Avec un ban fixé dé­but sep­tembre, les risques de mau­vais temps et de dé­gra­da­tion sa­ni­taire sont moindres », re­prend Na­tha­lie Prieur.

Con­trai­re­ment à cer­tains autres vi­gnobles fran­çais, les ven­danges en San­cer­rois s’an­noncent plu­tôt bonnes car peu im­pac­tées par les épi­sodes de gel du prin­temps. « Cer­taines par­celles du cô­té de Su­ryen­Vaux et Sainte­Gemme connaissent une perte qui peut al­ler jus­qu’à 30 ou 40 % du vo­lume, mais sur l’ap­pel­la­tion ça ne re­pré­sente qu’une perte de 5 à 10 % », ajoute le di­rec­teur du Si­ca­vac.

Seul point d’ombre à ces ré­coltes 2017 : les dif­fi­cul­tés de re­cru­te­ment. « Les ex­ploi­ta­tions peinent à trou­ver de la maind’oeuvre, ex­plique la di­rec­trice de l’UVS. Le fait que les ven­danges se dé­roulent plus tôt dans le ca­len­drier a peut­être eu des consé­quences sur le re­cru­te­ment, tout comme le fait que l’abat­te­ment des charges qui fai­sait par­tie des contrats ven­danges ait été sup­pri­mé cette an­née. »

Les ven­danges ont néan­moins donc bel et bien lan­cé, et ce, pour en­vi­ron trois se­maines. Il n’y a donc plus qu’à, en at­ten­dant de pou­voir ap­pré­cier ce mil­lé­sime qui s’an­nonce beau.

(PHO­TO : FRÉ­DÉ­RIC DUMAILLET)

Cer­tains do­maines ont eu des dé­ro­ga­tions pour pou­voir com­men­cer les ven­danges dès le mar­di 5 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.