Un ban fixé au lun­di 11 sep­tembre

La Voix du Sancerrois - - L'événement - MI­CHEL TOLLERON

salle était comble jeu­di soir au Ca­veau des Vi­gne­rons. Ceux-ci étaient ve­nus très nom­breux pour as­sis­ter à la réunion pré­ven­danges or­ga­ni­sée par le Syn­di­cat Vi­ti­cole lo­cal.

D’em­blée, Ka­tia Mau­roy sa pré­si­dente, a avi­sé l’as­sem­blée que le Pré­fet avait si­gné le ban des ven­danges à par­tir du lun­di 11 sep­tembre, ain­si qu’un ar­rê­té concer­nant la re­con­nais­sance de com­munes si­nis­trées par le gel.

Cet ar­rê­té, pré­sen­té par Be­noît Rou­met, di­rec­teur du BIVC (Bu­reau in­ter­pro­fes­sion­nel des vins du centre,) pré­cise no­tam­ment, « qu’il concerne les aires de pro­duc­tion tou­chées par des phé­no­mènes cli­ma­tiques dé­fa­vo­rables ayant en­traî­né des pertes de ré­coltes si­gni­fi­ca­tives. » Une si­tua­tion hé­té­ro­gène due au gel

Fa­brice Dou­cet, di­rec­teur du La­bo­ra­toire oe­no­lo­gique SI­CA­VAC, a pris lon­gue­ment la pa­role pour évo­quer les contrôles de ma­tu­ri­té re­le­vés sur la fu­ture ré­colte. Rap­pe­lant l’ob­jec­tif : ob­te­nir le maxi­mum d’in­for­ma­tions pos­sibles afin d’avoir une idée du pro­chain mil­lé­sime.

« Suite au gel sur cer­taines par­celles, les dif­fé­ren­ tes ana­lyses montrent une si­tua­tion très hé­té­ro­gène sur le vi­gnoble Pouillys­sois. Que ce soit pour le sucre ou pour l’aci­di­té, on note de grandes dif­fé­rences sur les par­celles non­ge­lées et celles qui l’ont été. Il faut que vous soyez très vi­gi­lants sur les par­celles qui ont ge­lé, il faut bien re­gar­der leur état sa­ni­taire pour évi­ter toute pour­ri­ture acide et bien sur­veiller l’évo­lu­tion. »

Fa­brice Dou­cet a mis en garde éga­le­ment les vi­gne­rons sur la date de dé­but de ven­danges. « Sur le plan aro­ma­tique, il se­rait bon d’at­tendre en­core quelques jours, la fin de se­maine au moins. » Et d’ajou­ter, plein de bon sens, « tant que vous ne vous faites pas plai­sir en goû­tant les rai­sins, c’est qu’ils ne sont pas en­core mûrs. »

Be­noît Rou­met a com­mu­ni­qué dif­fé­rents chiffres concer­nant les vo­lumes de la der­nière ré­colte (*) et l’état du mar­ché.

« Faute de vo­lumes suf­fi­sants, l’ex­port re­pré­sen­té par 112 pays à ce jour, connaît une baisse : Le Royaume­Uni, moins 23 % avec 9.000 hl ; la Bel­gique moins 33, les USA moins 6, les Pays­Bas moins 33 et l’Al­le­magne moins 12 %. »

L’unique rai­son est le manque de vin. « Mais aus­si lorsque les prix montent, on change de ca­té­go­rie, ex­plique Be­noît Rou­met. Et puis il y a des in­cer­ti­tudes, le Brexit, la si­tua­tion po­li­tique aux USA, et puis l’eu­ro qui est en train de se raf­fer­mir par rap­port au dol­lar ce qui n’est pas for­cé­ment bon pour nous. »

Le stock 2017, 48.500 hl en pouilly fu­mé re­pré­sente 7,5 mois de com­mer­cia­li­sa­tion et le pouilly­surLoire, 11.000 hl, 9 mois.

La ré­par­ti­tion des ventes est re­pré­sen­tée pour 44,5 % par les vi­gne­rons, 40,4 par le né­goce lo­cal, 6,5 par la co­opé­ra­tive, 8 % par des né­goces ex­té­rieurs. Il a été rap­pe­lé par les in­ter­ve­nants l’im­por­tance des contrats d’achats plu­ri­an­nuels de moûts ou de rai­sins pou­vant per­mettre des éta­le­ments de paie­ment. Ils ont éga­le­ment sou­li­gné la cam­pagne iNCA (Ins­ti­tut na­tio­nal contre le can­cer) dont l’af­fiche re­pré­sente….un tire­b ou­chon. « Une mau­vaise image pour la pro­fes­sion », on­tils fait re­mar­quer.

C’est sous le so­leil que les ré­coltes ont pu com­men­cer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.