Pre­mier bi­lan pour la maire de Lé­ré

La Voix du Sancerrois - - La Une - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR MÉ­LA­NIE PRADALIÉ

En poste de­puis 2014, Ma­rie-Ch­ris­tine Ber­ge­ron est la pre­mière femme maire de Lé­ré. Pour son pre­mier man­dat, elle suc­cède à Pa­trice de Lam­mer­ville. Après trois ans à la tête de la mai­rie, quels pro­jets ont été réa­li­sés, que reste-t-il à faire ? Pre­mier bi­lan.

Vous avez été élue en 2014, com­ment vi­vez-vous ce pre­mier man­dat ?

C’est mon pre­mier man­dat en tant que maire, mais j’étais ad­jointe aux af­faires sco­laires le man­dat pré­cé­dent. Ça se passe bien, je suis en­tou­rée d’une équipe de gens com­pé­tents qui s’in­ves­tissent énor­mé­ment au­près la com­mune. Pour moi, c’est un très gros atout car je sais que je peux comp­ter sur une équipe et c’est très im­por­tant. On veut faire pro­gres­ser la com­mune, on est là pour ça.

Quels rap­ports en­tre­te­nez­vous avec la po­pu­la­tion ?

Je pense qu’on va beau­coup vers les gens. On est une équipe qui est très di­ver­si­fiée, cha­cun dans son do­maine. Ça nous per­met d’al­ler à la ren­contre des dif­fé­rents groupes qui consti­tuent la col­lec­ti­vi­té de Lé­ré. Je ne vais pas à toutes les ma­ni­fes­ta­tions mais il y a tou­jours un ou plu­sieurs d’entre nous qui se dé­placent. On es­saie éga­le­ment d’in­for­mer au mieux la po­pu­la­tion des tra­vaux ou des ani­ma­tions de la com­mune, par exemple. Dès 2014, on a éta­bli un bul­le­tin mu­ni­ci­pal dans cet es­prit.

Quels sont les atouts et les points à amé­lio­rer de la com­mune ?

On a une belle com­mune, avec une très belle col­lé­giale et très belle crypte. Au ni­veau ar­chi­tec­tu­ral, on a un vil­lage riche. On a aus­si énor­mé­ment d’as­so­cia­tions qui tournent très bien, qui sont dy­na­miques et di­ver­si­fiées. On a en­core quelques com­merces : une bou­lan­ge­rie, une épi­ce­rie, une banque, une école qui tourne, etc. Bien sûr on ai­me­rait qu’il y ait plus de com­merces, il y a des pro­jets mais ce n’est pas fa­cile de s’ins­tal­ler ac­tuel­le­ment. J’ai­me­rais qu’on ar­rive à dé­ve­lop­per le com­merce lo­cal, je ne déses­père pas, il faut amor­cer la ma­chine !

Quand vous êtes ar­ri­vée à la mai­rie, dans quelle si­tua­tion la com­mune se trou­vait-elle, y avait-il beau­coup de choses à faire ?

Il y avait quelques dos­siers à mettre à jour comme le Di­crim (*) qui n’exis­tait pas. On a aus­si dû mettre à jour le Plan com­mu­nal de sau­ve­garde (PCS) nu­cléaire. On était les der­niers du dé­par­te­ment à ne pas l’avoir ren­du à la pré­fec­ture. On a aus­si ins­tau­ré une tra­ça­bi­li­té de toutes les opé­ra­tions ef­fec­tuées sur la com­mune, quelque soit leurs types. Et dès les pre­miers jours du man­dat on

a dû s’at­te­ler à la mise aux normes de la salle des fêtes et la ré­fec­tion de la route de Sancerre. Ac­ces­si­bi­li­té. Au ni­veau de l’ac­ces­si­bi­li­té, il n’y avait rien de mis en place. Il a fal­lu ins­tal­ler les voies PMR ( Ndlr, Per­sonnes à

Mo­bi­li­té Ré­duite), on a ins­tal­lé des sta­tion­ne­ments han­di­ca­pés.

Écoles. On fait des tra­vaux pour les normes an­ti­in­tru­sion et il y a eu un amé­na­ge­ment de la rue du Crot­Pi­geon entre l’école ma­ter­nelle, où il y a éga­le­ment la can­tine sco­laire, et l’école élé­men­taire. On a réa­li­sé la sé­cu­ri­sa­tion et l’em­bel­lis­se­ment de la rue, avec no­tam­ment l’ins­tal­la­tion d’une borne es­ca­mo­table. On a aus­si équi­pé deux classes avec des ta­bleaux in­ter­ac­tifs et il y a eu une ou­ver­ture de classe en 2014.

Éclai­rage. On a lan­cé une cam­pagne d’éco­no­mie sur l’éclai­rage. Ini­tia­le­ment il y avait beau­coup de lampes éner­gi­vores et pol­luantes, au­jourd’hui il n’y en a plus au­cune sur la com­mune. Sys­té­ma­ti­que­ment, quand nous ef­fec­tuons des tra­vaux, nous ins­tal­lons des lu­mi­naires à Led. On a aus­si dé­ci­dé d’éteindre les lu­mières entre mi­nuit et cinq heures. Sur une pre­mière an­née on se rend compte qu’on fait 30 % d’éco­no­mie. Ce n’est pas né­gli­geable. Les rythmes sco­laires étaient un des points cen­traux de votre cam­pagne de 2014. À la ren­trée, vous êtes res­tés aux se­maines de quatre jours et de­mi. Pour­quoi ce choix-là ?

Es­sen­tiel­le­ment car on avait im­pli­qué beau­coup de per­sonnes, no­tam­ment des jeunes sa­la­riés. Je trou­vais dom­ma­geable de les re­mer­cier sous pré­texte qu’on pou­vait re­tour­ner à quatre jours. On n’a pas vou­lu les mettre dans l’em­bar­ras. Pour l’an­née pro­chaine, on ef­fec­tue­ra des son­dages au­près des pa­rents, des en­sei­gnants. À l’is­sue de toutes ces dis­cus­sions, nous dé­ci­de­rons.

Pour la suite du man­dat, quels sont vos pro­jets ?

Le gros dos­sier est bien évi­dem­ment ce­lui de la mai­son mé­di­cale (voir ci­ des­sous).

En­fouis­se­ment des ré­seaux

hu­mides. On a en­foui les ré­seaux secs que sont l’éclai­rage pu­blic, l’élec­tri­ci­té, le té­lé­phone et en dé­but d’an­née 2018, on com­mence l’en­fouis­se­ment des ré­seaux hu­mides dans les zones qui n’ont pas en­core été réa­li­sées sur Lé­ré, soit 1,5 km de voies entre le centre bourg et la sor­tie de Su­ry­prèsLé­ré, la rue du Champdes­Noyers, la rue Fran­çois­Cha­peau, la rue de la Ju­delle, et des por­tions où il res­tait quelques bran­che­ments.

Éclai­rage de l’église. De­puis lun­di, nous avons lan­cé les tra­vaux d’éclai­rage de l’église dont l’illu­mi­na­tion de la col­lé­giale. On rem­place le matériel qui était de­ve­nu vé­tuste et dé­fec­tueux. L’opé­ra­tion va per­mettre d’éco­no­mi­ser 70 % de la consom­ma­tion tout en amé­lio­rant le ren­du et en met­tant en va­leur ce bâ­ti­ment.

Salle des fêtes. On est en train de faire une ré­fec­tion de l’éclai­rage du par­king de la salle des fêtes. On a aus­si dans l’idée de mettre une scène amo­vible et évolutive pour per­mettre aux per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite d’ac­cé­der à cette scène. (*) Dos­sier d’in­for­ma­tion com­mu­nal sur les risques ma­jeurs (Di­crim) a pour but d’in­for­mer la po­pu­la­tion sur les risques exis­tants et les moyens de s’en pro­té­ger.

Ma­rie-Ch­ris­tine Ber­ge­ron est à la tête de la mai­rie de Lé­ré de­puis 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.