Sur le ter­rain : des op­po­si­tions et des contraintes

La Voix du Sancerrois - - L'info de la semaine -

Avant de s’ins­tal­ler dans le pay­sage, un parc éo­lien doit réus­sir plu­sieurs phases d’études préa­lables, des études d’im­pact sur la faune, la flore, l’en­vi­ron­ne­ment. Le dos­sier ini­tial est étu­dié pen­dant près d’un an, en pré­fec­ture.

En San­cer­rois, plu­sieurs as­pects par­ti­cu­liers com­pliquent la tâche. Il faut tout d’abord prendre en compte le dos­sier de de­mande de clas­se­ment des en­vi­rons de Sancerre en zone de pay­sages pro­té­gés par l’Unesco. En­suite, le San­cer­rois et le Pays­Fort se trouvent dans une zone d’as­sez forte ac­ti­vi­té aé­rienne, du fait de la proxi­mi­té de la base mi­li­taire d’Avord. Le site de Mé­ne­tou­Râtel et Sens­Beaujeu se si­tue hors de la zone sen­sible des 20 km. L’ar­mée se­ra sol­li­ci­tée pour re­cueillir son avis et ses pré­co­ni­sa­tions.

La phase d’études dé­bou­che­ra sur une pé­riode d’en­quête pu­blique (deux mois) per­met­tant de consi­gner les avis de la po­pu­la­tion.

Près de Mé­ne­tou­Râtel et Sens­Beaujeu, une as­so­cia­tion d’op­po­sants, Les Mou­lins à Vent du San­cer­rois (ba­sée à Sens­Beaujeu), a dé­jà pris l’ini­tia­tive, contes­tant le bien fon­dé du pro­jet et mo­bi­li­sant quelques di­zaines d’ha­bi­tants des com­munes en ques­tion et des alen­tours, lors d’opé­ra­tions ponc­tuelles. Elle a lan­cé une pé­ti­tion en ligne.

Les éo­liennes ren­contrent aus­si des vents contraires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.