Mi­chel nous a quit­tés

L'Action Républicaine - - Nogent-le-Rotrou -

Tous les No­gen­tais l’avaient dé­jà croi­sé au moins une fois. Mi­chel nous a quit­tés bru­ta­le­ment dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di. Il était une fi­gure lo­cale à Nogent-le-Ro­trou, un per­son­nage at­ta­chant. Un pas­sion­né de foot­ball, sur­tout de l’Olym­pique de Mar­seille.

Il ai­mait se ba­la­der place Saint-Pol – qui était son stade de foot – ha­billé de la tête aux pieds aux cou­leurs de son club fa­vo­ri, « le meilleur de France et d’Eu­rope » s’amu­sait-il à dire lors de grandes dis­cus­sions et de dé­bats en­flam­més. Il criait sou­vent « al­lez l’OM » quand on le ren­con­trait. Pro­fi­tant de chaque oc­ca­sion pour « cham­brer » gen­ti­ment les sup­por­ters de son club ri­val, le Pa­ris SaintGer­main. Pour ne pas vous le ca­cher, l’équipe de la Ca­pi­tale avait les fa­veurs des jour­na­listes de l’Ac­tion ré­pu­bli­caine. Et Mi­chel ai­mait ve­nir dans nos bu­reaux à chaque dé­faite du PSG ou vic­toire de l’OM, écharpe à la main.

Tou­jours dans la bonne hu­meur. Tou­jours le sou­rire aux lèvres ca­ché par sa cé­lèbre barbe blanche. Même dans les mo­ments les plus com­pli­qués pour l’équipe su­diste, Mi­chel n’était « ja­mais in­quiet. On gagne 5-0 ce soir ».

Lors de chaque ren­dez-vous comme le cham­pion­nat d’Eu­rope ou coupe du Monde, il pous­sait tout le monde à en­cou­ra­ger les Bleus. Autre pas­sion, le tier­cé. Il ai­mait la par­ta­ger avec ses amis et les plus jeunes d’entre nous. En nous don­nant quelques conseils ou tuyaux. Plus ou moins ga­gnants. Ce n’était pas le plus im­por­tant. Mi­chel, tu vas nous man­quer. A chaque match de Mar­seille, nous au­rons une pen­sée pour toi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.