Ob­jec­tif sé­cu­ri­té

L'Automobile - - Mda - /// TEXTE ET PHO­TOS ALEXAN­DRA LE­GENDRE

VOTRE AέNÉ(E) VIENT DE DÉ­CRO­CHER SON PER­MIS, MAIS, BIEN SÛR, IL OU ELLE RESTE UN CONDUC­TEUR NO­VICE. ET TOUT IN­CITE À LUI FAIRE BÉ­NÉ­FI­CIER D’UNE FOR­MA­TION POST-PER­MIS, SOU­VENT FI­NAN­CÉE PAR VOTRE AS­SU­REUR, VI­SANT À AMÉ­LIO­RER CONDUITE ET RÉ­FLEXES. DÉ­MONS­TRA­TION AVEC LES MO­NI­TEURS D’AC­TUA.

Si tu dois pi­ler de­vant un obs­tacle, à ton avis, est- ce que c’est vrai­ment im­por­tant d’em­brayer en même temps que tu freines ? Est- ce que c’est grave si tu cales, du mo­ment que tu évites l’ac­ci­dent ?” À la ques­tion de son mo­ni­teur de conduite, Ca­mille, ans et son per­mis en poche de­puis moins d’un mois, ré­pond par un “Euh… Ben non ?” mal as­su­ré, d’au­tant qu’elle vient de ra­ter son test d’évi­te­ment en beau­té. À l’au­toé­cole, on lui a ap­pris que lors­qu’elle veut s’ar­rê­ter, il faut ap­puyer sur la pé­dale d’em­brayage pour ne pas ca­ler. Et puis, voi­là que je­tée dans le bain de la conduite d’ur­gence, sur le cir­cuit de Bresse (Saône- et-Loire), elle dé­couvre que la prio­ri­té, c’est de frei­ner à fond… “La pré­pa­ra­tion au per­mis de conduire n’est pas conçue pour ce­la, ex­plique Da­vid Ra n, le pa­tron d’Ac­tua, qui forme, dans toute la France, jus­qu’à per­sonnes par an aux bons ré­flexes au vo­lant, sa­chant que le stage du jour est consa­cré aux jeunes per­mis. “À l’au­to- école, on ap­prend le code de la route, com­ment bien te­nir le vo­lant, les règles de cour­toi­sie… Mais, en gé­né­ral, per­sonne n’ex­plique aux can­di­dats en quoi consiste la dy­na­mique de leur vé­hi­cule, l’élec­tro­nique em­bar­quée ou le frei­nage d’ur­gence. Ces deux for­ma­tions sont donc tout à fait com­plé­men­taires, même si celle que nous pro­po­sons n’est pas obli­ga­toire en France, contrai­re­ment à l’Au­triche ou à la Suisse.” Dom­mage. Car si les - ans ne consti­tuent que % de la po­pu­la­tion fran­çaise, ils re­pré­sentent près d’un quart de la mor­ta­li­té au­to­mo­bile. La route s’avère d’ailleurs, de loin, la pre­mière cause de dé­cès chez les jeunes adultes : près de % des tués de cette tranche d’âge*. Au­tant dire que toute for­ma­tion “com­plé­men­taire” est bonne à prendre.

Prendre conscience des li­mites

D’au­tant que la for­mule a l’air de plaire. Alors que, tout au long de la jour­née, les jeunes par­ti­cipent à des tests d’évi­te­ment, de dis­tances de sé­cu­ri­té, de frei­nage sur route sèche ou mouillée, avec ou sans ABS, on les voit se prendre au jeu. La mo­ti­va­tion est d’au­tant plus vive que la plu­part sont en­voyés par leur as­su­rance, qui fi­nance cette jour­née de pra­tique sur cir­cuit (dont le coût s’élève à en­vi­ron) et qui, en­suite, leur concé­de­ra une ris­tourne sur leur co­ti­sa­tion. “Ça va plus loin qu’une sen­si­bi­li­sa­tion, conti­nue Da­vid Ra n. Ici, on est dans l’ac­tion et la for­ma­tion, à tra­vers un stage lu­dique et pé­da­go­gique. Par exemple, on ne dit pas ‘At­ten­tion à la vi­tesse !’, on ap­prend plu­tôt à bien ré­agir dans un rond-point avec du ver­glas. On montre les bons ré­flexes à ces conduc­teurs dé­bu­tants avant qu’ils n’en prennent de mau­vais ! En plus, comme nous évo­luons sur un cir­cuit, nos élèves prennent conscience de leurs li­mites en toute sé­cu­ri­té. Et ils peuvent ap­pli­quer

> im­mé­dia­te­ment ce qu’on leur ap­prend en pre­nant le vo­lant.” Vi­si­ble­ment, ça marche. Se­lon les chi res com­mu­ni­qués par un as­su­reur par­te­naire d’Ac­tua, on constate % d’ac­ci­dents en moins par­mi les jeunes qui ont sui­vi sa for­ma­tion. “À vrai dire, ce pu­blic est plus fa­cile à for­mer que des com­mer­ciaux qui par­courent des di­zaines des mil­liers de ki­lo­mètres chaque an­née de­puis quinze ans… Pas évident de leur prou­ver qu’ils ont be­soin d’une mise à ni­veau !” Au terme de son stage, Ca­mille aban­donne à re­gret le vo­lant de la Mi­ni -portes flam­bant neuve qui a ser­vi à sa for­ma­tion. Elle a fi­na­le­ment réus­si son test d’évi­te­ment, a pris conscience des dis­tances de frei­nage, com­prend mieux pour­quoi ses pneus doivent être gon­flés à la pres­sion adé­quate. Ce soir, elle re­pren­dra le vo­lant de la vieille Po­lo de qu’elle conduit avec sa co­pine Aman­dine. Et sur­tout, elle a com­pris ce que ne pas avoir d’ABS si­gni­fiait.

Ce mo­ni­teur en a, des choses à ap­prendre à Ca­mille !

Les jeunes ignorent sou­vent à quel point une chaus­sée mouillée dé­grade les dis­tances de frei­nage. Sen­sa­tions fortes ga­ran­ties !

“Les fille, sur­veillez l’usure et la pres­sion de vos pneus…”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.