CRÊ­PAGE DE CHE­VRONS

L'Automobile - - Essai - /// TEXTE GAËL BRIAN­CEAU – PHO­TOS FRANK CAMUZAT

MÊME GOÛT DE SE DIS­TIN­GUER, MÊME GA­BA­RIT COM­PACT, MÊME PE­TIT MO­TEUR ES­SENCE PÉ­TILLANT… CI­TROËN SE FEND DE DEUX PRO­PO­SI­TIONS DÉ­CA­LÉES. RESTE À CHOI­SIR SON CAMP ENTRE UNE C3 PI­CAS­SO QUI LORGNE DU CÔ­TÉ DES MO­NO­SPACES ET UNE C4 CAC­TUS QUI IN­TER­PELLE PAR SON ÉQUI­LIBRE, MAIS AUS­SI PAR SA SO­BRIÉ­TÉ.

Au­jourd’hui, il faut sor­tir du lot. Pas for­cé­ment pour épa­ter les voi­sins (quoique), mais plu­tôt afin d’a rmer son style dans une so­cié­té plus in­di­vi­dua­liste que ja­mais. À ce jeu, la C Cac­tus fait fort avec son des­sin osé, ses Air­bumps et une sur­pre­nante planche de bord qui va à l’es­sen­tiel. Le tout lar­ge­ment per­son­na­li­sable, qu’il s’agisse des cous­sins souples de pro­tec­tion sur la robe (gris, noirs, cho­co­lat…), des jantes (bi­co­lores ou noires, ici en pouces) ou des am­biances in­té­rieures (cou­leurs, ma­tières). En face, bien qu’elle date de , la C Pi­cas­so ap­pa­raît tou­jours aus­si sym­pa­thique avec sa bouille cra­quante de cube. Sur­tout re­haus­sée par “notre” éton­nant vio­let Kar­ma na­cré ( ), agré­men­tée du Black Pack ( ), qui in­tègre des jantes de pouces dia­man­tées fon­cées, ain­si que des en­tou­rages noirs ici et là. Au­tant dire que re­pé­rer l’une comme l’autre sur un par­king est très fa­cile !

Uni­vers très dif­fé­rents

Ou­vrir leurs portes, c’est pé­né­trer dans deux uni­vers ra­di­ca­le­ment di érents et as­su­més. Avec ses dé­co­ra­tions en mé­tal sa­ti­né, des cou­tures fa­çon sel­lier, un style épu­ré dont l’écran tac­tile cen­tral de pouces fait o ce de centre ner­veux, l’ha­bi­tacle de la C Cac­tus vous pro­jette dans un uni­vers sin­gu­lier. L’im­pres­sion d’es­pace et de mo­der­ni­té s’ac­com­pagne d’une fi­ni­tion plu­tôt soi­gnée, d’une ha­bi­ta­bi­li­té gé­né­reuse à l’avant, très cor­recte à l’ar­rière, sans ou­blier quelques ran­ge­ments bien pen­sés. Au se­cond rang, tou­te­fois, les claus­tro­phobes pes­te­ront contre les vitres à com­pas, alors que ma­man se­ra ras­su­rée que Mi­lo ne puisse des­cendre tout seul de la voi­ture. En re­vanche, tout le monde se re­joint pour cri­ti­quer le dos­sier ar­rière mo­no­bloc, qui

Ces deux Ci­troën font ex­cellent usage du sé­millant . tur­bo- es­sence de ch

em­pêche d’em­me­ner à la fois un ob­jet en­com­brant et un pas­sa­ger. Dom­mage, car avec sa belle ca­pa­ci­té de char­ge­ment ( dm³ me­su­rés par nos soins), la C Cac­tus peut gé­rer les ba­gages d’une pe­tite fa­mille sans pro­blèmes. De son cô­té, la C Pi­cas­so se veut plus tra­di­tion­nelle, concen­trant dans ses , m ( cm de moins que sa ri­vale) tout l’es­prit mo­no­space. Outre l’ins­tru­men­ta­tion cen­trale ty­pique, elle pro­fite de sa hau­teur sup­plé­men­taire ( , m contre , m) et de ses flancs droits pour pro­po­ser un ha­bi­tacle plus spa­cieux. Et puis, ques­tion sens pra­tique, elle se pose là. Son plan­cher de co re re­le­vable et sa ban­quette cou­lis­sante en deux par­ties per­mettent de mo­du­ler au mieux l’es­pace entre la soute ( à dm³ en configuration -places) et les oc­cu­pants de la ban­quette. Mieux en­core, en se do­tant du Pack Voyage ( ), on pro­fite de ta­blettes avia­tion au dos des sièges avant, d’un mi­roir de sur­veillance en­fant, d’une lampe torche no­made dans le co re ou en­core de la mise en ta­blette du siège pas­sa­ger pour char­ger des ob­jets de plus de mètres de long. Bref, s’il s’agit uni­que­ment d’ac­cueillir votre fa­mille, il n’y a pas pho­to. Mais la C Cac­tus n’a pas à rou­gir, car dès que l’on parle agré­ment de conduite et so­brié­té, elle re­trouve tout son in­té­rêt. Nos deux fran­çaises par­tagent le même pe­tit (mais brillant) . tur­bo- es­sence. Un nou­veau trois­cy­lindres très réus­si – d’une sou­plesse éton­nante, vo­lon­taire et vif dans son genre – aus­si agréable sous le ca­pot de la C Cac­tus que sous ce­lui de la C Pi­cas­so, sen­si­ble­ment plus lourde ( kg contre kg re­le­vés). Grâce à un éta­ge­ment de boîte de vi­tesses moins ty­pé éco­no­mie, cette der­nière par­vient néan­moins à ali­gner les mêmes ( bonnes) re­lances sur les ul­times rap­ports. Ap­pré­ciable. Mais le poids re­la­ti­ve­ment éle­vé, conju­gué à une aé­ro­dy­na­mique dé­fa­vo­rable, in­flue for­cé­ment sur l’ap­pé­tit. Comp­tez ain­si , l/ km en moyenne se­lon nos cer­ti­fi­ca­tions ISO . Rai­son­nable dans l’ab­so­lu (l’an­cienne C Pi­cas­so . VTi qu’elle rem­place n’en­glou­tis­sait pas moins de litres dans les mêmes condi­tions !), mais c’est un litre de plus que la C Cac­tus, qui a bé­né­fi­cié d’une dras­tique chasse aux ki­los. Dans la

>

tra­di­tion Ci­troën, le châs­sis de cette C Cac­tus se ré­vèle plu­tôt e cace, a che une grande sta­bi­li­té en cas d’ur­gence, tout en dis­til­lant un confort de bon aloi, d’au­tant que ses sièges sont moel­leux, à dé­faut d’o rir su sam­ment de main­tien la­té­ral. En re­vanche, les conduc­teurs aux longues jambes ne se­ront pas par­fai­te­ment ins­tal­lés aux com­mandes, la faute au vo­lant qui n’est pas ré­glable en pro­fon­deur. Faute ré­pa­rée dans la C Pi­cas­so… mais la pos­ture im­po­sée par l’as­sise très plate et trop courte, et l’im­plan­ta­tion spé­ciale du pé­da­lier font que cer­tains s’y sentent ra­pi­de­ment mal à l’aise. Pour­tant, les sus­pen­sions filtrent avec convic­tion les im­per­fec­tions du bi­tume et l’in­so­no­ri­sa­tion s’avère conve­nable, mal­gré des bruits aé­ro­dy­na­miques per­cep­tibles dès km/h (dans la C Cac­tus aus­si, d’ailleurs). En contre­par­tie, ce mi­nis­pace paie sa sou­plesse d’amor­tis­se­ment par un com­por­te­ment rou­tier pa­taud. Entre la di­rec­tion trop assistée et des prises de rou­lis ex­ces­sives, cette C Pi­cas­so n’est pas de celles que l’on bous­cule sur les routes d’ar­rière-pays.

Pour les pe­tites fa­milles

A prio­ri op­po­sées, ces deux-là, à force de points com­muns et de ra­bais qua­si per­ma­nents sur la C Pi­cas­so, s’adressent fi­na­le­ment à la même clien­tèle. Pour ac­cueillir ses hôtes, la C Pi­cas­so est im­bat­table. En contre­par­tie, le plai­sir de conduire passe au se­cond plan. La C Cac­tus, der­rière sa per­son­na­li­té sans pa­reille et ses quelques fai­blesses, s’échine, elle, à sa­tis­faire au­tant son conduc­teur que ses pas­sa­gers. Avec un atout sup­plé­men­taire, ce­lui d’être plus éco­nome à l’usage et lé­gè­re­ment mieux équi­pée (voir ta­bleau d’équi­pe­ments page ci- contre). De quoi lui ac­cor­der notre pré­fé­rence, même si, face à deux ca­rac­tères aus­si mar­qués, un coup de coeur peut faire orien­ter votre choix.

Des ques­tions ? Con­tac­tez

les-es­sayeurs@motorpresse.fr

Shine Edi­tion

Ex­clu­sive

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.