SURPRESSION

L'Automobile - - Éditorial -

En , plus en­core que les an­nées pré­cé­dentes, il ne se­ra pas confor­table d’être au­to­mo­bi­liste. La surpression guette. Si les ra­dars pul­lulent ( im­plan­ta­tions), la dé­gra­da­tion de notre ré­seau rou­tier s’in­ten­si­fie (re­vê­te­ment, si­gna­li­sa­tion, dis­pa­ri­tion des éclai­rages…). À l’ex­cep­tion des au­to­routes, où les péages aug­mentent. Alors que % de ces “boîtes à images” nous flashent par l’ar­rière, la dé­la­tion du conduc­teur pré­su­mé de la Clio VRP ou de la four­gon­nette de l’ar­ti­san, est ins­ti­tuée (p. ) . Mais de dos, quel cou­pable peut être re­con­nu ? De quoi confir­mer l’ar­bi­traire d’une ma­chine, pré­ten­due sé­cu­ri­taire, qui ne prend même plus la peine de ca­cher son des­sein fis­cal ( , mil­lions d’eu­ros dé­jà bud­gé­tés pour ). D’ailleurs, l’édile a tou­jours une bonne idée pour ponc­tion­ner da­van­tage (ma­lus sys­té­ma­ti­sé, nou­velles taxes sur les car­bu­rants, sta­tion­ne­ment payant et PV en hausse…) ou nous stig­ma­ti­ser (cir­cu­la­tion al­ter­née, pas­tille dis­cri­mi­nante…). Le lé­gis­la­teur eu­ro­péen, lui, au gré des lob­bies, concourt plus sou­vent à ren­ché­rir le coût de notre pro­chaine voi­ture par in­fla­tion nor­ma­tive qu’à des­ser­rer l’em­prise des marques (pièces de car­ros­se­rie, lo­gi­ciels des vé­hi­cules cap­tifs...). Quand ce ne sont pas les construc­teurs eux-mêmes qui gonflent la note (packs op­tions illi­sibles, pein­ture mé­tal­li­sée à prix d’or, jantes in­uti­le­ment sur­di­men­sion­nées...) ou em­brassent de coû­teuses ten­dances (in­ter­face di­gi­tale, voi­ture au­to­nome) pour faire face aux très mé­dia­tiques dis­rup­teurs. Des Google, Apple et autres Uber qui dé­clament beau­coup mais dé­montrent peu. Or, cette connec­ti­vi­té à tous crins dé­grade dé­jà la fia­bi­li­té de nos mon­tures – voir notre Top ex­clu­sif en p. – avant d’ac­cé­lé­rer leur ob­so­les­cence. Les voi­tures neuves ont donc vu leur prix grim­per de constants en dix ans *, et les ache­teurs pri­vés se ra­ré­fient. Comme en , notre en­quête (p. ) sur les vrais chi res du mar­ché fran­çais du neuf dé­montre que vous et nous ache­tons moins et sur­tout au plus éco­no­mique, soit trois fois plus sou­vent une Da­cia qu’une Au­di. Et s’il est ten­dance de pré­tendre qu’au­to­par­tage et co­voi­tu­rage dé­sa­cra­lisent la pos­ses­sion d’une au­to­mo­bile, il se­rait plus juste de consta­ter le far­deau fi­nan­cier gran­dis­sant qui en dé­coule. À gre­ver,

Le coût tou­jours gran­dis­sant de l’ou­til du quo­ti­dien qu’est l’au­to­mo­bile nous éloigne de ses pro­grès sup­po­sés

mé­tho­di­que­ment, nos coûts d’achat et d’usage de cet ob­jet de vie (tra­vail, école, urgences…), une no­menk­la­tu­ra po­li­tique et in­dus­trielle nous éloigne aus­si du pro­grès qu’elle nous pro­met. Car, ils nous poussent à re­cou­rir à l’oc­ca­sion ( , mil­lions de tran­sac­tions en ), où, à mo­dèles com­pa­rables, ni la dé­pol­lu­tion, ni la sé­cu­ri­té, ni l’e cience n’égalent les per­for­mances du neuf.

* Source, Les Échos Sté­phane Meu­nier RÉ­DAC­TEUR EN CHEF

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.