Thier­ry Me­troz, di­rec­teur du style DS.

L'Automobile - - Nouveautes -

si­gna­ture lu­mi­neuse ne manque pas non plus de chien : son mo­tif tri­di­men­sion­nel en forme d’écailles a été an­non­cé par l’étude DS Di­vine de 2014 (voir “L’A.M.” n° ) . Mais c’est sur­tout sur l’in­té­rieur du DS 7 que l’on a en­vie de s’at­tar­der. Au pro­gramme, cinq am­biances dif­fé­rentes : “On ap­pelle ce­la l’hy­per­ty­page, ex­plique Sa­bine Le Mas­son- Pan­ne­trat, res­pon­sable cou­leurs et ma­tières de DS. Il s’agit de col­ler au plus près à l’at­tente des clients. C’est aus­si notre fa­çon d’ex­pri­mer ce qu’est une marque haut de gamme.” Cette per­son­na­li­sa­tion “de sé­rie” est un dé­fi in­dus­triel : “Nous de­vons né­go­cier avec les designers pour qu’ils nous mettent à dis­po­si­tion des sur­faces pou­vant être gai­nées fa­ci­le­ment, ce qui per­met de dé­cli­ner plu­sieurs cuirs ou ma­tières souples. Nous élar­gis­sons ain­si l’offre de zones per­son­na­li­sables à dif­fé­rents en­droits du vé­hi­cule.” Et les designers ne sont pas les seuls qu’il faut convaincre : un simple chan­ge­ment de cou­leur sur la cein­ture de sé­cu­ri­té, par exemple, en­gendre une ho­mo­lo­ga­tion sup­plé­men­taire. En ef­fet, le pig­ment uti­li­sé est sus­cep­tible de mo­di­fier la ca­pa­ci­té d’ab­sorp­tion de la cein­ture, un risque im­pos­sible à prendre en cas d’ac­ci­dent !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.