Di­rec­tion ul­tra­di­recte et châs­sis très e cace, ce Stel­vio s’avère du pur Al­fa Ro­meo en ver­sion SUV

L'Automobile - - Essai Alfa Romeo Stelvio -

tout d’un temps de ré­ac­tion trop long. De quoi com­pli­quer le do­sage des dé­cé­lé­ra­tions, no­tam­ment en ville ou lorsque l’on veut ra­jou­ter ou en­le­ver ra­pi­de­ment du frei­nage. En­fin, si la ver­sion First Edi­tion es­sayée ici est équi­pée de roues de pouces, un bref ga­lop avec des pouces nous a mon­tré que les tré­pi­da­tions y sont net­te­ment plus at­té­nuées aux basses vi­tesses, sans dé­gra­der de fa­çon no­table l’agré­ment de conduite. Avant que n’ar­rive, un peu plus tard dans l’an­née, une sus­pen­sion pi­lo­tée, c’est très cer­tai­ne­ment un meilleur choix pour que votre fa­mille voyage agréa­ble­ment dans ce pre­mier SUV du Trèfle. Les lignes élé­gantes de ce Stel­vio, long de , m, cachent ce­pen­dant une ha­bi­ta­bi­li­té moyenne, as­sez proche de celle du Porsche Ma­can. Par rap­port à l’Au­di Q de même ga­ba­rit, il nous manque quelques cen­ti­mètres un peu par­tout ( es­pace aux jambes, garde au toit, dans le coffre…), à cause d’un pro­fil ar­rière as­sez tom­bant. Pas as­sez, ce­pen­dant, pour s’y sen­tir vrai­ment à l’étroit, y com­pris pour des adultes, à condi­tion d’évi­ter de grim­per à trois der­rière, car la lar­geur manque aux épaules. La planche de bord, très proche de celle de la Giu­lia mais moins orien­tée vers le conduc­teur, ar­bore des plas­tiques gé­né­reu­se­ment mous­sés, mais aus­si, à quelques en­droits (aé­ra­teurs ar­rière, ha­billages

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.