LES FRAN­ÇAIS EN CHINE : POUR­QUOI PSA ET RE­NAULT SONT À LA TRAÎNE

L'Automobile - - Achat Neuf -

Cheng­du Pé­kin Wu­han Shenz­hen Le moins que l’on puisse dire, c’est que la crois­sance du mar­ché chi­nois (28 mil­lions de vé­hi­cules ven­dus en 2016, soit + 14 %) ne pro­fite guère à nos construc­teurs na­tio­naux (615 000 ex. pour PSA, à - 16 %, et 40 000 ex. pour Re­nault, tout juste lan­cé). Pour­tant, Peu­geot est ar­ri­vé dans l’em­pire du Mi­lieu au mi­lieu des an­nées 1980, en même temps que Volks­wa­gen, qui y a écou­lé l’an pas­sé 4 mil­lions de voi­tures. Mais son par­te­na­riat avec la ville de Guangz­hou (ex- Can­ton), désapprouvé par Pé­kin, échoue. En 1992, Ci­troën s’al­lie à Dong­feng pour pro­duire la ZX. Là non plus, le suc­cès n’est pas au ren­dez-vous. Pen­dant ce temps, les Chi­nois se sont mis à ache­ter des Volks­wa­gen, des Buick, des Nis­san, des Toyo­ta, des Hyun­dai… même si Peu­geot ef­fec­tuait son re­tour en Chine en 2002, sui­vi par DS dix ans plus tard. Car­los Ta­va­rès, PDG de PSA, ré­sume la si­tua­tion à un seul mot : “In­ac­cep­table.” Car­los Ghosn, lui, n’a lais­sé Re­nault s’ins­tal­ler en Chine qu’en 2016…

La Chine au­ra bien­tôt l’ex­clu­si­vi­té de la C5, re­sty­lée à Shan­ghai et ve­nant épau­ler la C6 lo­cale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.