Saine ré­ac­tion

LEA­DER CON­TES­TÉ PAR LA PEU­GEOT 2008 DE­PUIS LE DÉ­BUT 2017, LA RE­NAULT CAP­TUR RE­VOIT LÉ­GÈ­RE­MENT SA CO­PIE. LA QUA­LI­TÉ DE FA­BRI­CA­TION PRO­GRESSE, ET LE 1.2 TCE 120 DÉ­SOR­MAIS DIS­PO­NIBLE EN BOÎTE MÉ­CA­NIQUE SE MONTRE DOUX, À DÉ­FAUT D’ÉPATER PAR SES PER­FOR­MANCES.

L'Automobile - - Dossier SUV - Des ques­tions ? Contac­tez les-es­sayeurs@movepublishing.com

Sur le ring des SUV ur­bains, où boxent no­tam­ment les Peu­geot 2008, Ci­troën C4 Cac­tus, Fiat 500X et autre Nis­san Juke, le Cap­tur com­mence à faire la loi. De­puis sa com­mer­cia­li­sa­tion, en avril 2013, le pe­tit SUV Re­nault a mo­no­po­li­sé la pre­mière place du po­dium, avec 71 299 ache­teurs exac­te­ment en France en 2016. Ce­pen­dant, au pre­mier tri­mestre 2017, la Peu­geot 2008, re­sty­lée il y a tout juste un an, lui a ra­vi la cou­ronne. Au tour du Cap­tur, donc, de faire sa pe­tite mise à jour. Ses bou­cliers in­tègrent dé­sor­mais un sa­bot fa­çon alu­mi­nium, de sé­rie sur toutes les ver­sions, tan­dis qu’à l’avant, la si­gna­ture à LED en forme de “C” et quelques bar­rettes de chrome sur la ca­landre rap­pellent le fa­ciès du grand frère Kad­jar.

Ma­té­riaux et de­si­gn amé­lio­rés

Mais c’était sur­tout à l’ha­bi­tacle, à la fi­ni­tion per­fec­tible, que le Cap­tur de­vait ses prin­ci­pales cri­tiques. Mes­sage re­çu par Re­nault, qui a tra­vaillé en par­ti­cu­lier le haut de la planche de bord et les contre­portes. Plas­tiques ma­ti­fiés et lé­gè­re­ment mous­sés par-ci, si­mi­li­cuir par-là, vo­lant et le­vier de vi­tesses re­des­si­nés… le Cap­tur est en pro­grès, sur­tout dans cette fi­ni­tion In­tens qui offre un ha­billage gris des sièges – éga­le­ment re­des­si­nés – par­ti­cu­liè­re­ment élé­gant. Cô­té tech­nique, c’est le sta­tu quo: le pe­tit SUV Re­nault n’a droit à au­cune mo­di­fi­ca­tion. Certes, les alen­tours plats de Co­pen­hague ne forment pas un ter­rain de jeu idéal pour tes­ter le Cap­tur, mais l’on re­trouve néan­moins les in­gré­dients qui le ca­rac­té­risent de­puis 2013 : un châs­sis ef­fi­cace, presque in­sen­sible au rou­lis mal­gré la hau­teur de caisse, une di­rec­tion of­frant un bon res­sen­ti en vi­rage et un frei­nage per­for­mant. On re­grette mal­gré tout que le train ar­rière ré­agisse tou­jours sè­che­ment aux ir­ré­gu­la­ri­tés du bi­tume. Pas de quoi per­tur­ber la sta­bi­li­té, mais vos pas­sa­gers vous de­man­de­ront de fran­chir les ra­len­tis­seurs avec dou­ceur. Ques­tion dou­ceur, d’ailleurs, le 1.2 TCe es­sence de notre ver­sion d’es­sai sait y faire. Hor­mis quelques rares à- coups au lâ­cher de l’ac­cé­lé­ra­teur, il est exempt de vi­bra­tion, dis­cret et dis­po­nible. Ce tur­bo es­sence se montre ce­pen­dant aus­si bien éle­vé qu’avare en sen­sa­tions. S’il per­met, en ef­fet, de né­go­cier un rond-point en 3e ou de des­cendre à 50 km/h en 5e, ses mon­tées en ré­gime sont très li­néaires. Rien à voir avec le pé­tillant 1.2 Pu­reTech 110 de PSA, plus sé­dui­sant et moins gour­mand. Se­lon notre pro­to­cole de mesure, le SUV Re­nault af­fiche en ef­fet une moyenne de 8 l/100 km, quand la Peu­geot 2008 Pu­reTech 110 ne ré­clame que 7 l/100km. Heu­reu­se­ment, le TCe se rat­trape par un stop & start qua­si im­per­cep­tible, très ap­pré­ciable dans les bou­chons de la ca­pi­tale da­noise. Seule­ment dis­po­nible en boîte au­to­ma­tique à sa sor­tie, le 1.2 TCe se dé­cline de­puis peu en boîte mé­ca­nique et convient fi­na­le­ment bien au Cap­tur. Si le 1.5 dCi 110 se montre plus per­for­mant et moins vo­race, le 4- cy­lindres es­sence a pour lui un si­lence et une dou­ceur de fonc­tion­ne­ment agréables au quo­ti­dien. Sur­tout, cette ver­sion In­tens s’af­fiche à 22 000 €, quand le die­sel exige, lui, 24 800 €. /// TEXTE FRAN­ÇOIS LEMAUR - PHO­TOS DO­MI­NIQUE FONTENAT

4x2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.