Gen­tille spor­tive

OUI, ELLE A UN DIE­SEL SOUS LE CA­POT, MAIS DU GENRE COS­TAUD. ALORS, AVEC L’AIDE DE SON RE­DOU­TABLE CHÂS­SIS À QUATRE ROUES DI­REC­TRICES, ELLE PEUT JOUER LA SPOR­TIVE À LA MOINDRE ROUTE SI­NUEUSE, MÊME SI ELLE NE FLATTE GUÈRE L’OREILLE.

L'Automobile - - Nos Essais - CH­RIS­TOPHE CONGREGA

En 2007, la pre­mière gé­né­ra­tion de Mé­gane RS avait ten­té– sans succès – l’ex­pé­rience du die­sel sur une vraie spor­tive. Per­sé­vé­rer sur une va­riante plus grand tou­risme n’était pas idiot, puisque l’on at­tend, dans ce cas, da­van­tage l’ef­fi­ca­ci­té et la po­ly­va­lence pour rou­ler vite à l’oc­ca­sion, mais sans le cou­teau entre les dents. Avec ses 165 ch et 380 Nm de couple dé­li­vrés par le 1.6 dCi à sur­ali­men­ta­tion double étage, ap­puyé par la boîte au­to. EDC 6 à double em­brayage, les re­prises sont réel­le­ment ca­non. Ca­pable de pas­ser de 80 à 120 km/h en seule­ment 6,6 s, cette Mé­gane GT die­sel vaut bien des spor­tives es­sence dans l’exer­cice des re­lances, si cru­ciales en ma­tière de sé­cu­ri­té lors des dé­pas­se­ments, mais aus­si dans le plai­sir au quo­ti­dien. Le tout sans ja­mais consom­mer trop, avec 7 l/100 km en moyenne. À cet ex­cellent rap­port per­for­mance-consom­ma­tion, la Mé­gane GT ajoute son non moins ex­cellent châs­sis à quatre roues di­rec­trices, unique dans la ca­té­go­rie. Grâce au bra­quage des roues ar­rière – en op­po­si­tion sous 60 km/h (sous 80 km/h en mode Sport) et en pa­ral­lèle au-de­là –, cette com­pacte offre à la fois une su­per agi­li­té aux basses vi­tesses et dans les vi­rages très ser­rés, tout en res­tant éton­nam­ment stable à haute vi­tesse. Néan­moins, et même si ce châs­sis nous sé­duit tou­jours, on ne re­trouve pas l’in­croyable ef­fi­ca­ci­té de la La­gu­na quatre roues di­rec­trices à sa sor­tie en 2008. Comme si les pneu­ma­tiques fonc­tion­naient ici moins bien, sans ou­blier une sen­sa­tion de lé­ger dé­pha­sage du bra­quage ar­rière en op­po­si­tion, nous em­pê­chant d’être to­ta­le­ment se­reins et convain­cus. La di­rec­tion à as­sis­tance élec­trique en­tame elle aus­si le plai­sir avec sa consis­tance as­sez im­pré­vi­sible, tan­tôt toute molle, tan­tôt plus dure, em­pê­chant de bien per­ce­voir les li­mites d’adhé­rence. Gê­nant, tout comme cette boîte double em­brayage pas spé­cia­le­ment ra­pide, im­po­sant d’at­tendre, en ville, qu’elle trouve en­fin le bon rap­port à la ré­ac­cé­lé­ra­tion. Dom­mage, car si les sus­pen­sions sont un peu sèches aux basses vi­tesses, le confort est très ac­cep­table dans ces sièges ba­quet, au main­tien la­té­ral suf­fi­sam­ment ren­for­cé pour pou­voir pro­fi­ter des vi­rages. Il ne manque fi­na­le­ment qu’un peu de peau­fi­nage “élec­tro­nique” pour que cette GT af­fi­chée 34 500 € (le prix du mar­ché) de­vienne to­ta­le­ment convain­cante. ///

Cette Mé­gane s'offre un très bon châs­sis, source de plai­sir, sur­tout dans les vi­rages ser­rés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.