Ce T-Roc x ne cesse de sou er le chaud et le froid qu’il s’agisse de confort, de ma­té­riaux ou d’agré­ment

L'Automobile - - Dossier -

le me­nu In­di­vi­dual pour une meilleure consis­tance. Quant à la trans­mis­sion Mo­tion non per­ma­nente de type Hal­dex , en­clen­chant les roues ar­rière en cas de perte d’adhé­rence à l’avant, elle n’a guère été utile sur les routes bien sèches de l’ar­rière-pays d’Es­to­ril. Mais elle a le mé­rite d’être pro­po­sée sur cer­taines ver­sions (es­sence TSI ch et ch, die­sel TDI ch…), ce que les best-sel­lers Peu­geot ou Re­nault Cap­tur ne savent pas faire.

“Deutsche Qua­lität”, oui et non

Le poste de conduite du T-Roc sur­prend lui aus­si. Alors qu’une splen­dide dalle nu­mé­rique offre un af­fi­chage pa­ra­mé­trable (comp­teurs, na­vi­ga­tion…) et ul­tra- dé­fi­ni sous les yeux, l’écran tac­tile cen­tral reste pla­cé trop bas. Grand et ré­ac­tif à sou­hait, il oblige sou­vent à quit­ter la route des yeux. De même, alors que les as­sem­blages sont ri­gou­reux et les in­serts “la­qués” flat­teurs à l’oeil, un vi­lain plas­tique dur et son­nant creux com­pose l’es­sen­tiel de la planche de bord et les contre- portes. Chic d’un cô­té, glong-glong de l’autre… la Deutsche Qua­lität n’en sort pas gran­die. En re­vanche, ne vous fiez pas à la sombre am­biance de notre T-Roc

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.