Ré­tro­mo­bile: ren­contre avec son di­rec­teur, Fran­çois Mel­cion

L'Automobile - - Sommaire - FRAN­ÇOIS MEL­CION, DI­REC­TEUR DE RÉ­TRO­MO­BILE PRO­POS RECUEILLIS PAR ALEXAN­DRA LE­GENDRE Ré­tro­mo­bile, Parc des ex­po­si­tions de la porte de Ver­sailles, du mer­cre­di 7 au di­manche 11 février. Rens.: www.re­tro­mo­bile.fr

RÉ­TRO­MO­BILE, À PA­RIS, AC­CUEILLE UN PU­BLIC DE PLUS EN PLUS

ÉCLEC­TIQUE. LES EN­CHÈRES CRÈVENT DES PLA­FONDS, MAIS LE SA­LON SE VEUT AUS­SI PO­PU­LAIRE : UN NOU­VEL ES­PACE HÉ­BERGE AIN­SI DES MO­DÈLES À VENDRE PLUS MO­DESTES. FRAN­ÇOIS MEL­CION NOUS EX­PLIQUE.

L’A.M. : Ré­tro­mo­bile, ce sont les voi­tures an­ciennes, les pièces dé­ta­chées, les ta­bleaux… et les ex­tra­va­gantes ventes aux en­chères ! Fran­çois Mel­cion :

Chaque an­née, nous pro­po­sons en e et à nos vi­si­teurs de très beaux temps forts, qu’on re­nou­velle entre autres grâce aux anniversaires à cé­lé­brer ! En , Re­nault fête ain­si ses ans. Aux mo­dèles ex­po­sés sur son stand, s’ajou­te­ront une Type A de , o erte par Louis Re­nault en au mu­sée de Com­piègne, mais aus­si des chars prê­tés par le Mu­sée des blin­dés de Sau­mur. Nous au­rons beau­coup d’autres bou­gies à souf­fler : Hon­da a ans, tout comme les Ci­troën CV ou Porsche , les Mé­ha­ri et ont ans… La marque DS, elle, vien­dra avec un cor­tège de vé­hi­cules pré­si­den­tiels, de la DS du gé­né­ral de Gaulle à la DS Cross­back du pré­sident Ma­cron. Le sa­lon ac­cueille­ra aus­si huit Mc La­ren de course ex­cep­tion­nelles, dont la M B de , pre­mière mo­no­place de F de l’écu­rie, la M A de , la MP/ de … Nous ren­drons éga­le­ment hom­mage au pi­lote fran­çais Jean-Pierre Wi­mille, dont Fan­gio di­sait qu’il était le plus grand cou­reur au­to­mo­bile de son époque, ain­si qu’à Abarth : nous ex­po­se­rons des mo­dèles de la col­lec­tion Möll, ve­nus de Suisse, sans ou­blier un ex­tra­or­di­naire V Abarth, un litres de ch qui au­rait dû équi­per la Pro­to­ti­po ( type )au Mans, en … Je rap­pelle aus­si que notre “coin oeuvres d’art” est au­jourd'hui la plus im­por­tante ga­le­rie éphé­mère consa­crée aux ar­tistes au­to­mo­biles au monde. Mais en e et, il y a aus­si les en­chères. Cette an­née, lors de la dé­sor­mais tra­di­tion­nelle vente Art­cu­rial, la Fer­ra­ri P de , qui a ga­gné les Heures du Mans en , de­vrait à elle seule at­teindre le mon­tant to­tal des en­chères de , c’est-à- dire pas loin de millions d’eu­ros. Bien d’autres mo­dèles ex­cep­tion­nels, que tout un cha­cun pour­ra ve­nir ad­mi­rer, par­ti­ront aus­si à prix d’or. Pour au­tant, Ré­tro­mo­bile sou­haite tou­cher tout le monde, et les jeunes en par­ti­cu­lier.

Jus­te­ment, com­ment at­ti­rer un pu­blic jeune au sa­lon ?

Par exemple, se­ront ex­po­sés quelques mo­dèles young­ti­mers illus­trant le thème du “luxe à la fran­çaise”, avec une Ma­tra Ba­ghee­ra Cour­règes, une Ven­tu­ri, une Ci­troën CX Pres­tige, une Re­nault Su­per­cinq Bac­ca­ra… Nous inau­gu­rons aus­si un es­pace d’ex­po­si­tion-vente pour les vé­hi­cules de plus de ans (seuil pour faire éta­blir une carte grise de col­lec­tion) et coû­tant maxi­mum. Pour­quoi cette somme ? Parce qu’en France, % des voi­tures de col­lec­tion ont coû­té moins de à leurs pro­prié­taires ! Je trouve qu’il est in­té­res­sant d’en­trer dans cet uni­vers à pe­tits pas, avec une MGB, une CV, une ou une po­pu­laire d’avant-guerre. On re­tape, on bri­cole, on re­vend pour ra­che­ter… À ce jour, une cin­quan­taine de ces mo­dèles idéaux pour les “pri­mo-ac­cé­dants” sont dé­jà ins­crits. Cha­cun dis­po­se­ra d’un es­pace d’en­vi­ron m , loué hors taxes et don

nant droit à un badge d’ac­cès ex­po­sant.

Pour­quoi payer pour ex­po­ser, quand on peut vendre gra­tui­te­ment son an­cienne voi­ture sur un site ?

Pen­dant les cinq jours du sa­lon, vous au­rez per­sonnes qui vont voir votre voi­ture… Et puis, il y a le contact di­rect, la dis­cus­sion, on peut voir, tou­cher… Vous sa­vez, ça marche en­core, la vente à l’an­cienne !

L’en­trée à n’est pas don­née…

Avant de se ba­la­der dans les al­lées de Ré­tro­mo­bile, on se peut dire que c’est cher. Mais en gé­né­ral, lors­qu’ils en res­sortent, les vi­si­teurs nous disent qu’ils en ont eu pour leur ar­gent. Vous sa­vez, le sa­lon Au­tos et Mo­tos d’époque de Pa­doue, en Ita­lie, fait payer son en­trée ,et je ne parle pas du Concours d’élé­gance de Pebble Beach, en Ca­li­for­nie, qui de­mande dans les … ///

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.