Les fa­mi­liales

L'Automobile - - Sommaire -

“Mon Aven­sis me sa­tis­fait en­tiè­re­ment. Le conces­sion­naire, et no­tam­ment mon ven­deur, beau­coup moins” Marc f.,

BRAY EN VAL (45) Pro­prié­taire d'une toyo­ta aven­sis de 2016

EN L’ES­PACE D’UNE AN­NÉE, LE CLAS­SE­MENT DES FA­MI­LIALES EST TO­TA­LE­MENT BOU­LE­VER­SÉ. SEULE LA ŠKO­DA OC­TA­VIA PAR­VIENT À SAU­VER SA PLACE SUR LE PO­DIUM, LES AUTRES ÉTANT OC­CU­PÉES PAR DEUX NOU­VELLES VE­NUES ET UNE “GRAND-MÈRE” EN SUR­SAUT. LES SUR­PRISES SONT NOM­BREUSES ET PAR­FOIS DÉ­PLO­RABLES, À L’INS­TAR DU TRÈS MAU­VAIS RÉ­SUL­TAT DE VOL­VO.

1re ex ae­quo AU­DI A4 DÈS 31 970 €

Fia­bi­li­té 19/ 20 Sous le ca­pot, tout se passe pour le mieux pour l’A4. Qu’ils fonc­tionnent au sans-plomb ou au ga­zole, les mo­teurs ne connaissent au­cun sou­ci ré­cur­rent. Il en est de même pour les trans­mis­sions. En réa­li­té, un seul pro­blème re­vient ré­gu­liè­re­ment dans vos plaintes de pro­prié­taires: il concerne le MMI, le sys­tème mul­ti­mé­dia. Com­mande ro­ta­tive in­opé­rante, bugs d’af­fi­chage ou de fonc­tion­ne­ment, une poi­gnée de ces dis­po­si­tifs né­ces­sitent de pas­ser en conces­sion pour une re­mise à jour.

Qua­li­té ★★★★★ La chasse aux éco­no­mies touche tous les construc­teurs, y com­pris ce­lui qui fait tou­jours of­fice de ré­fé­rence en ma­tière de qua­li­té de fa­bri­ca­tion. les as­sem­blages ne sont pas re­mis en cause, car leur pré­ci­sion n’est ja­mais prise en faille, mais le plas­tique uti­li­sé pour la par­tie in­fé­rieure de la planche de bord dé­tonne à bord d’une Au­di.

Notre avis Con­trai­re­ment à ce qui se pas­sait, il y a quelques an­nées, Au­di semble dé­sor­mais maî­tri­ser les tech­no­lo­gies de ses mo­dèles dès leur sor­tie. Une ex­cel­lente nouvelle, qui fait d’au­tant plus re­gret­ter le faux pas du plas­tique dur et son­nant creux qui en­toure les com­mandes de cli­ma­ti­sa­tion.

1re ex ae­quo TOYO­TA AVEN­SIS DÈS 27 200 €

Fia­bi­li­té 19/ 20 à l’ap­proche de son dixième an­ni­ver­saire, l’Aven­sis af­fiche une ma­tu­ri­té en­viable en ma­tière de fia­bi­li­té. es­sence ou die­sel, les mo­teurs ne connaissent au­cun dé­faut ré­cur­rent. En pa­ral­lèle, les sou­cis de ré­gu­la­teurs de vi­tesse qui re­fu­saient de s’en­clen­cher, la trop grande fer­me­té de cer­taines com­mandes de boîte de vi­tesses mé­ca­nique et l’usure pré­ma­tu­rée des pneus, pla­quettes et disques de frein que vous dé­plo­riez au­tre­fois ne sont dé­sor­mais plus d’ac­tua­li­té.

Qua­li­té ★★★☆☆ Même si l’Aven­sis a fait, au fil des an­nées et des re­sty­lages, des ef­forts en ma­tière de pré­sen­ta­tion, celle- ci de­meure en­core éloi­gnée de ce que l’on trouve chez les équi­va­lents eu­ro­péens. Une im­pres­sion sur­tout due à l’uti­li­sa­tion de ma­té­riaux sans charme et de pein­tures assez peu ré­sis­tantes.

Notre avis à force d’évo­lu­tions, l’Aven­sis par­vient à frô­ler la per­fec­tion en ma­tière de fia­bi­li­té. Mais, comme trop sou­vent chez Toyo­ta, elle cache cette qua­li­té sous des atours quel­conques qui l’em­pêchent pro­ba­ble­ment de ren­con­trer le suc­cès qu’elle mé­rite.

3e ex ae­quo AL­FA RO­MEO GIU­LIA DÈS 30 900 €

Fia­bi­li­té 18,5/20 Pour son re­tour dans la ca­té­go­rie des fa­mi­liales, Al­fa Ro­meo semble avoir fait les choses en grand en ma­tière de mise au point. En ef­fet, bien qu’elle uti­lise un grand nombre d’élé­ments tech­niques in­édits, la giu­lia ne connaît pas de sou­cis graves. Au cha­pitre de vos plaintes, on trouve tou­te­fois les ra­dars de sta­tion­ne­ment dont les in­di­ca­tions semblent fan­tai­sistes, no­tam­ment à l’avant, et le sys­tème mul­ti­mé­dia, dont le prin­ci­pal bug consiste en l’ex­tinc­tion et le re­dé­mar­rage in­tem­pes­tif de l’écran.

Qua­li­té ★★★☆☆ Al­fa Ro­meo ne s’est ja­mais dis­tin­guée par la pré­ci­sion d’as­sem­blage de ses voi­tures et la Giu­lia ne fait pas ex­cep­tion. Quelques exem­plaires souffrent d’un mau­vais ali­gne­ment de cer­tains élé­ments de car­ros­se­rie, tels que le cou­vercle de coffre. à bord, les im­per­fec­tions de ce genre sont plus fré­quentes et cer­taines voi­tures souffrent dé­jà de bruits de mo­bi­lier.

Notre avis Le bon dé­mar­rage de la Giu­lia laisse es­pé­rer le meilleur pour le SUV Stelvio, son ju­meau tech­nique. Ce der­nier est, en ef­fet, le seul es­poir pour la marque de voir ses ventes croître du­ra­ble­ment.

3e ex ae­quo ŠKO­DA OC­TA­VIA DÈS 18 890 €

Fia­bi­li­té 18,5/20 L’ar­ri­vée de nou­veaux sys­tèmes mul­ti­mé­dia a per­mis d’en fi­nir avec les bugs élec­tro­niques. Il est tou­te­fois trop tôt, ces dis­po­si­tifs ayant moins d’un an, pour être cer­tain que ce­la est dé­fi­ni­tif. De même, les bruits de train avant pa­raissent avoir été so­lu­tion­nés. Tout irait bien pour l’Oc­ta­via, donc, si le 2.0 tDi de 184 ch n’était pas, comme sur la to­ta­li­té des mo­dèles qui l’uti­lisent, fré­quem­ment su­jet aux pro­blèmes de pompe à eau.

Qua­li­té ★★★☆☆ Comme pour la Golf, l’ar­ri­vée, sur la ver­sion re­sty­lée, de sys­tèmes mul­ti­mé­dia ha­billés d’une dalle de verre re­hausse l’im­pres­sion de qua­li­té in­té­rieure. Mais par ailleurs, la ber­line tchèque fait tou­jours plus ap­pel aux plas­tiques durs que la moyenne de ses ri­vales et cer­tains acces-

soires se montrent assez fra­giles (porte-lu­nettes, ti­roirs si­tués sous les sièges…). Des dé­tails sans grande im­por­tance puisque, par ailleurs, les as­sem­blages sont ir­ré­pro­chables.

Notre avis Avec son re­sty­lage, l’Oc­ta­via par­vient en­core à pro­gres­ser tant en fia­bi­li­té qu’en qua­li­té per­çue. Si, sur ce der­nier point, elle fait tou­jours un peu moins bien que ses cou­sines es­tam­pillées Volks­wa­gen, ses ta­rifs plus rai­son­nables en font un achat ma­lin, si vous êtes moins sen­sible à l’image de marque.

5e ex ae­quo BMW SÉ­RIE 3 DÈS 34 300 €

Fia­bi­li­té 18/ 20 C’est ce que l’on ap­pelle une belle fin de vie. Alors que la pro­chaine gé­né­ra­tion se­ra lan­cée en 2019, l’ac­tuelle sé­rie 3 se dé­fait de presque l’en­semble de ses dé­mons. Ain­si, les sou­cis de ten­deur de chaîne de dis­tri­bu­tion du 2.0 die­sel, les vi­bra­tions res­sen­ties dans la direction, les dé­faillances élec­tro­niques tou­chant l’écran du sys­tème mul­ti­mé­dia et du bloc- comp­teurs sont qua­si­ment éra­di­qués. De même, ces der­niers mois, vous n’avez plus rap­por­té le moindre cas de blo­cage de la trans­mis­sion au­to­ma­tique. Les mo­dèles sui­vis dans le ré­seau ont, en toute lo­gique, re­çu les évo­lu­tions per­met­tant de se mettre à l’abri de ces pannes.

Qua­li­té ★★★★☆ Cuir, boi­se­ries, alu­mi­nium vé­ri­table… les ver­sions haut de gamme af­fichent une pré­sen­ta­tion sans faille. Il faut se tour­ner vers les mo­dèles les moins luxueux pour re­mar­quer que cer­tains plas­tiques sont un peu lé­gers et sources de bruits pa­ra­sites au fil des ki­lo­mètres.

Notre avis Long­temps confi­née au mi­lieu des pe­lo­tons des fa­mi­liales, la plus ven­due des BMW af­fiche en­fin un taux de pannes aus­si bas que ses ta­rifs sont éle­vés. Les dé­çus de la pré­cé­dente gé­né­ra­tion se­ront éga­le­ment ra­vis de voir que la qua­li­té per­çue est dé­sor­mais digne du bla­son qui orne le ca­pot.

5e ex ae­quo JA­GUAR XE DÈS 37 360 €

Fia­bi­li­té 18/ 20 Alors que, l’an der­nier, nous par­lions de désa­gré­ment con­cer­nant les ca­prices du “stop & start”, il faut dé­sor­mais par­ler de vé­ri­table pro­blème car, avec le temps, le fonc­tion­ne­ment aléa­toire se trans­forme en non-fonc­tion­ne­ment exi­geant une in­ter­ven­tion du SAV. Di­vers équi­pe­ments élec­tro­niques font éga­le­ment par­ler d’eux né­ga­ti­ve­ment: prin­ci­pa­le­ment, le GPS et le Blue­tooth qui ne fonc­tionnent que par in­ter­mit­tence ou, dans le cas du pre­mier, four­nit des in­for­ma­tions fan­tai­sistes. En­fin, un nombre gran­dis­sant de XE équi­pées du 2.0 d de 180 ch connaissent des pro­blèmes avec leur pompe d’AdB­lue.

Qua­li­té ★★★★☆ L’époque des Ja­guar à la pré­sen­ta­tion flam­boyante semble dé­sor­mais ré­vo­lue. à l’ins­tar des autres mo­dèles de la marque, la XE dis­pose d’un in­té­rieur très sobre, mais dont la qua­li­té de fa­bri­ca­tion marque une nette pro­gres­sion par rap­port aux pré­cé­dentes pro­duc­tions de la marque. Seuls quelques exem­plaires souffrent d’une mau­vaise qua­li­té de leur pein­ture. Notre avis Si le bi­lan de la XE reste lar­ge­ment po­si­tif, le nombre gran­dis­sant de pro­blèmes qui la touchent laisse craindre un ave­nir peu ra­dieux. à moins que Ja­guar ne prenne les pro­blèmes à bras le corps et les so­lu­tionne promp­te­ment.

5e ex ae­quo VOLKS­WA­GEN PAS­SAT DÈS 26 320 €

Fia­bi­li­té 18/ 20 La Pas­sat ne connaît plus que deux pro­blèmes ré­cur­rents qui concernent le 1.6 tDi de 120 ch. Mal­heu­reu­se­ment, ils sont d’im­por­tance, puis­qu’ils touchent le tur­bo­com­pres­seur et les in­jec­teurs avec, à la clé, de nom­breux rem­pla­ce­ments. En re­vanche, la grande ber­line Volks­wa­gen est l’un des rares mo­dèles à ne pas connaître de fré­quents sou­cis élec­tro­niques et ce, mal­gré son im­por­tant ba­gage tech­no­lo­gique. De même, vous n’avez si­gna­lé au­cun cas de rou­le­ments ar­rière bruyants de­puis de nom­breux mois.

Qua­li­té ★★★★★ Sans at­teindre tout à fait le ni­veau de la ré­fé­rence de la ca­té­go­rie, l’Au­di A4, la Pas­sat af­fiche une qua­li­té de pré­sen­ta­tion et de construc­tion su­pé­rieure à celles des autres fa­mi­liales gé­né­ra­listes. Seule la mo­quette, cou­pée un peu trop court sur cer­taines voi­tures et qui se dé­boîte des seuils de porte, ne se montre pas to­ta­le­ment ir­ré­pro­chable.

Notre avis Le1.6 TDI de 120 ch mis à part, le choix d’une Pas­sat s’avère être sans risques réels. Avec sa construc­tion plus soi­gnée que celle de ses concur­rentes, elle per­met éga­le­ment de faire la jonc­tion avec les mo­dèles des marques pre­mium dont les ta­rifs frôlent par­fois l’in­dé­cence.

8e ex ae­quo MAZ­DA 6 DÈS 29 800 €

Fia­bi­li­té 17/ 20 Après une an­née dif­fi­cile, l’ho­ri­zon s’éclair­cit de nou­veau pour la grande ber­line Maz­da. au cha­pitre des pro­blèmes en voie d’ex­tinc­tion, on trouve les sou­cis de prise USB, l’usure très ra­pide des pneus li­vrés d’ori­gine, mais aus­si les en­cras­se­ments de vanne EGR. En re­vanche, le 2.2 skyac­tiv-D de 150 ch, best-sel­ler de la gamme, est tou­jours tou­ché par les dé­faillances d’arbre à came, qui amène par­fois à de­voir rem­pla­cer le mo­teur, et les casses de tur­bo.

Qua­li­té ★★★☆☆ re­vue dans sa forme lors du pre­mier re­sty­lage, la planche de bord de la Maz­da 6 n’a guère évo­lué sur le fond. Les ma­té­riaux qui la com­posent sont tou­jours de fac­ture moyenne et les dif­fé­rences d’as­pect donnent un as­pect un peu brouillon à la pré­sen­ta­tion. En re­vanche, l’as­sem­blage, in­té­rieur et ex­té­rieur, se montre à l’abri de tout re­proche, hor­mis les joints de porte, de piètre qua­li­té.

Notre avis Sans re­prendre la tête de ce clas­se­ment, la Maz­da 6 est par­ve­nue à so­lu­tion­ner, en quelques mois, une bonne par­tie des pro­blèmes. Mais les graves dé­faillances du 2.2 die­sel de 150 ch res­tent un frein ma­jeur à son re­tour au som­met.

8e ex ae­quo MER­CEDES CLASSE C DÈS 31 000 €

Fia­bi­li­té 17/ 20 Ar­ri­vée à mi- car­rière, la qua­trième gé­né­ra­tion de classe c se dé­fait de la plu­part des pro­blèmes qui ont en­ta­ché ses pre­mières an­nées. Ain­si, vous ne faites plus men­tion du pro­blème de ten­deur de chaîne de dis­tri­bu­tion, de casses de tur­bo, de ra­dars de sta­tion­ne­ment et de “stop & start” au fonc­tion­ne­ment er­ra­tique, de panne mo­teur sur les ver­sions hy­brides die­sel ou en­core d’usure pré­ma­tu­rée de l’em­brayage. Au­tant de sou­cis qui pou­vaient me­ner à l’im­mo­bi­li­sa­tion de votre voi­ture. En re­vanche, les sys­tèmes mul­ti­mé­dias de­meurent tou­jours aus­si ca­pri­cieux et on relève de plus en plus de pro­blèmes de direction, qui im­posent sou­vent le rem­pla­ce­ment de la co­lonne. Mer­cedes a d’ailleurs rap­pe­lé cer­tains exem­plaires afin de pro­cé­der, pré­ven­ti­ve­ment, à ce chan­ge­ment.

Qua­li­té ★★★★★ Long­temps ré­fé­rence en ma­tière de qua­li­té de fa­bri­ca­tion, au fil des an­nées, Mer­cedes s’est fait dé­pas­ser par Au­di. La Classe C ac­tuelle montre la vo­lon­té de la marque de re­prendre l’avan­tage à ce cha­pitre. Tant in­té­rieu­re­ment qu’ex­té­rieu­re­ment, la traque d’éven­tuels dé­fauts se ré­vèle la plu­part du temps vaine.

Notre avis La fa­mi­liale Mer­cedes at­teint, en­fin, le ni­veau de fia­bi­li­té qu’elle au­rait dû af­fi­cher dès le dé­but de sa com­mer­cia­li­sa­tion. Elle concré­tise, ma­ni­fes­te­ment, la vo­lon­té de la marque de re­prendre le des­sus en ma­tière de qua­li­té, dans tous les do­maines que ce­la im­plique.

10e DS 5 DÈS 32 850 €

Fia­bi­li­té 16,5/20

Par­mi les nom­breux pro­blèmes qui ont émaillé la car­rière de la DS 5, deux ont été ré­so­lus ces der­niers mois : les dys­fonc­tion­ne­ments de la sonde de tem­pé­ra­ture du 2.0 BlueHDi et les amor­tis­seurs bruyants. En re­vanche, il y a en­core du pain sur la planche avant de so­lu­tion­ner les mul­tiples dé­faillances élec­tro­niques. Du GPS, à la ca­mé­ra de re­cul, en pas­sant par les di­verses aides à la conduite, presque toutes les fonc­tions de la DS 5 sont sus­cep­tibles d’être concer­nées. Autre dé­faillance d’im­por­tance, celle qui concerne le mo­teur élec­trique des ver­sions HY­brid4. Ce der­nier est par­fois tout sim­ple­ment in­opé­rant et les in­gé­nieurs de la marque n’ont, pour le mo­ment, au­cune so­lu­tion réel­le­ment pé­renne. Pour vous, les pro­prié­taires concer­nés, il n’y a donc pas d’autres choix que de faire pro­cé­der à une mise à jour du lo­gi­ciel de com­mande, lorsque le pro­blème sur­vient.

Qua­li­té ★★★★☆ En at­ten­dant que le DS 7 Cross­back ne prenne réel­le­ment son en­vol com­mer­cial, la Ds 5 reste le porte- dra­peau de la marque. à ce titre, elle fait de gros ef­forts en ma­tière de pré­sen­ta­tion, tant au ni­veau du des­sin que des ma­té­riaux uti­li­sés. Mal­heu­reu­se­ment, cer­tains dé­tails de fi­ni­tion tra­hissent sa concep­tion “made by Ci­troën” et ne lui per­mettent pas de ri­va­li­ser avec les pre­miums al­le­mandes.

Notre avis Pre­mière ten­ta­tive du groupe PSA face aux Au­di, BMW et Mer­cedes, la DS 5 dé­çoit à cause des nom­breux pro­blèmes élec­tro­niques qui conti­nuent de per­tur­ber le quo­ti­dien de ses pro­prié­taires.

“HOR­MIS LES RÉ­VI­SIONS, MA N’A JA­MAIS EU À PAS­SER EN CONCES­SION” BER­NARD L., MONT­BÉ­LIARD (25) - Pro­prié­taire d'une peu­geot 508 de 2011

11e RE­NAULT TA­LIS­MAN DÈS 28 700 €

Fia­bi­li­té 15,5/20

Gros point noir de la Ta­lis­man, sans sur­prise, la fa­meuse ta­blette tac­tile R-Link qui gère la plu­part des fonc­tions de la voi­ture. Par­mi les sou­cis les plus fré­quem­ment ren­con­trés, des écrans qui s’éteignent ou ne ré­pondent plus, des fonc­tions qui se bloquent, des sons émis en per­ma­nence… Votre aga­ce­ment, lé­gi­time, est grand. D’au­tant que le train ar­rière et les amor­tis­seurs pos­té­rieurs se font eux aus­si en­tendre. Dans le cas des se­conds, Re­nault ac­cepte assez fré­quem­ment de les rem­pla­cer, mais, en ce qui concerne le train, il n’y a pas de solutions vé­ri­tables, hor­mis l’in­jec­tion de mousse po­ly­uré­thane à l’in­té­rieur. De nom­breux mo­dèles souffrent aus­si d’un mau­vais ré­glage du train avant en sor­tie d’usine, qui amène à l’usure des pneus en moins de 15 000 km. En­fin, dans cer­tains cas, la carte mains-libres n’est pas re­con­nue par la voi­ture, ce qui em­pêche le dé­mar­rage, la boîte ro­bo­ti­sée à double em­brayage EDC est prise de crises d’à- coups, ce qui im­pose une re­pro­gram­ma­tion.

Qua­li­té ★★★☆☆ Si les ma­té­riaux choi­sis pour la construc­tion de la Ta­lis­man s’avèrent ho­no­rables, le mon­tage laisse à dé­si­rer. à l’in­té­rieur comme à l’ex­té­rieur, de nom­breux élé­ments sont mal ali­gnés ce qui, au-de­là de l’as­pect es­thé­tique, de­vient une source de bruits pa­ra­sites, après seule­ment quelques di­zaines de mil­liers de ki­lo­mètres.

Notre avis Les points à amé­lio­rer d’ur­gence sont nom­breux, sous peine de ré­ser­ver à la Ta­lis­man un sort com­mer­cial iden­tique à ce­lui de la La­gu­na.

12e FORD MONDEO DÈS 32 550 €

Fia­bi­li­té 15/ 20

Ford semble avoir quelques dif­fi­cul­tés à fia­bi­li­ser cette qua­trième gé­né­ra­tion de Mondeo. Pour­tant, les pro­blèmes ma­jeurs si­gna­lés jusque-là se font plus rares (pompe haute pres­sion des mo­teurs die­sel) ou ont car­ré­ment dis­pa­ru (pompe à huile sur les blocs TDCi). En re­vanche, du cô­té de l’élec­tro­nique, c’est tou­jours un fes­ti­val, mais au­cun équipement ne re­vient sys­té­ma­ti­que­ment dans vos plaintes. Par­fois, c’est le sys­tème mul­ti­mé­dia sync qui fait des siennes, par­fois c’est le toit ou­vrant ou en­core, sur d’autres voi­tures, le mo­dule de ges­tion mo­teur qui crée des codes er­reur qu’il “suf­fit” de faire sup­pri­mer par un conces­sion­naire. Mais, au fi­nal, un nombre trop im­por­tant de Mondeo connaît des dé­boires.

Qua­li­té ★★★☆☆ Dans le cadre du pro­gramme One Ford, ce sont les Amé­ri­cains qui se sont char­gés du dé­ve­lop­pe­ment de la Mondeo, ven­due outre-At­lan­tique sous le nom de Fu­sion. Ce­la se re­marque à bord avec une pré­sen­ta­tion sans grande re­cherche et des ma­té­riaux tout juste sa­tis­fai­sants à ce ni­veau de gamme. Seule la ver­sion Vi­gnale, qui fait lar­ge­ment ap­pel à un cuir de belle fac­ture, brille à ce cha­pitre.

Notre avis Si l’ab­sence de sou­cis ma­jeurs, prin­ci­pa­le­ment due à l’uti­li­sa­tion de mé­ca­niques dé­jà éprou­vées, a de quoi ras­su­rer, la pro­por­tion de pos­ses­seurs de Mondeo à connaître, à un mo­ment ou à un autre, un pro­blème avec leur voi­ture té­moigne du manque de soin ap­por­té à la mise au point.

13e PEU­GEOT 508 DÈS 30 600 €

Fia­bi­li­té 13,5/20

Les der­niers mois de car­rière de la 508 s’an­noncent dif­fi­ciles, tant les pro­blèmes im­mo­bi­li­sants s’ac­cu­mulent. Sur les die­sels, les pannes d’in­jec­teurs ne sont pas rares, tout comme les en­cras­se­ments pré­coces de la vanne EGR. le 2.0 blueHDi de 150 ch est, de plus, concer­né par la rup­ture de la cour­roie d’ac­ces­soire, sur­ve­nant par­fois dès 50 000 km. à ceux-ci s’ajoutent d’autres dé­faillances, moins pé­na­li­santes au quo­ti­dien, mais néan­moins aga­çantes car per­sis­tantes, à l’ins­tar des bugs du sys­tème mul­ti­mé­dia. De plus, de­puis quelques mois, vous êtes nom­breux à vous plaindre du non-fonc­tion­ne­ment des poi­gnées de porte tac­tiles qui per­mettent, nor­ma­le­ment, de ver­rouiller ou dé­ver­rouiller la voi­ture sans uti­li­ser la té­lé­com­mande. Seule so­lu­tion ap­por­tée, pour le mo­ment, à ce pro­blème: le rem­pla­ce­ment pur et simple des poi­gnées in­cri­mi­nées.

Qua­li­té ★★★★☆ à l’image des ber­lines al­le­mandes, la 508 af­fiche une pré­sen­ta­tion sans ar­ti­fice, mais qui ré­siste très bien aux ou­trages du temps. Par­mi les points forts de cette Peu­geot, on note une pein­ture aux couches épaisses et des as­sem­blages très bien ca­li­brés. Seul ombre à ce ta­bleau, des sel­le­ries cuir de qua­li­té in­égale qui se plissent et se marquent assez fa­ci­le­ment sur cer­tains mo­dèles.

Notre avis Il est éton­nant de voir poindre, après sept an­nées de car­rière, cer­tains pro­blèmes in­édits, tels que ceux con­cer­nant les poi­gnées de porte. Et en­core plus dom­ma­geable de consta­ter que cer­tains mo­teurs ne sont pas à l’abri de pannes im­mo­bi­li­santes.

14e VOL­VO S60/ V60 DÈS 29 200 €

Fia­bi­li­té 11/ 20

La des­cente aux en­fers se pour­suit pour ce duo. Les sou­cis élec­tro­niques qui per­turbent le fonc­tion­ne­ment du mo­teur, du sys­tème mul­ti­mé­dia et des di­verses aides à la conduite sont tou­jours d’ac­tua­li­té. En pre­mier lieu, les conces­sion­naires pro­cèdent à une re­pro­gram­ma­tion du boî­tier concer­né mais si ce­la ne suf­fit pas, il fau­dra en­vi­sa­ger son rem­pla­ce­ment, et la fac­ture dé­pas­se­ra alors lar­ge­ment les 1 000 €. Eux aus­si dé­jà connus, les cas d’usure pré­ma­tu­rée de l’em­brayage sont tou­jours plus nom­breux. Du cô­té de l’al­ter­na­teur, c’est la double peine. Aux dé­faillances dé­jà con­nues, vient s’ajou­ter une fai­blesse d’un ga­let ten­deur de la cour­roie, qui casse par­fois net au ni­veau de son axe. En­fin, de plus en plus d’exem­plaires sont vic­times de pannes d’in­jec­teurs, an­non­cés par de forts à- coups.

Qua­li­té ★★★★☆ Les S60/ V60 ont été conçues à une époque où les de­si­gners in­té­rieurs de Vol­vo étaient moins ins­pi­rés qu’au­jourd’hui. En re­vanche, leurs col­lègues char­gés de la qua­li­té ont, eux, fait leur tra­vail à fond. Chaque ma­té­riau pa­raît conçu pour du­rer et les as­sem­blages ne ré­vèlent au­cune fausse note. D’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui sont pro­prié­taires des pre­miers mo­dèles de la sé­rie, bien­tôt âgés de huit ans, vous té­moi­gnez de la ca­pa­ci­té de votre Vol­vo à tra­ver­ser le temps sans dom­mage vi­sible.

Notre avis Le bi­lan des fa­mi­liales Vol­vo est lar­ge­ment dé­ce­vant. On les sa­vait at­teintes de quelques pro­blèmes d’im­por­tance, mais leur nombre ne cesse de s’éle­ver avec les an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.