Aston Mar­tin DB11 V12

ENTRE L’EXTRAVAGANCE DE LA SUPERSONIQUE MCLA­REN 720S ET L’ÉLÉ­GANCE DE L’ICO­NIQUE ASTON MAR­TIN DB11, VOI­LÀ DEUX FA­ÇONS OP­PO­SÉES D’EN­VI­SA­GER LA CÉLÉRITÉ MAIS UN POINT COM­MUN: FAIRE RAYON­NER LE ROYAUME DE SA MA­JES­TÉ SUR LA PLA­NÈTE DES SPOR­TIVES.

L'Automobile - - Nos Essais Dui Mois -

ASTON MAR­TIN DB11

Prix 206 430 € Mo­teur V12 bi-tur­bo, 48 S, 5 204 cm3 Puis­sance 608 ch à 6 500 tr/mn Couple 700 Nm à 1 500 tr/mn Transm. Pro­pul­sion, boîte au­to. 8 rapports L/l/h 4,74/1,94/1,28 m Poids à sec/Ré­ser­voir 1 770 kg/78 l Pneus AV/AR 255/40 R20 – 295/35 R20 Vi­tesse maxi 322 km/h 0 à 100 km/h 3,9 s Conso. Mixte 11,4 l/100 km (Émis­sions : 265 g/km de CO2)

Le sé­rieux avant le charme

Si fi­ni­tion et équi­pe­ment mul­ti­mé­dia pro­ve­nant de chez Mer­cedes sont au ni­veau d’une GT de notre époque, on cherche la “ma­gie” Aston à bord...

Des dé­cen­nies d’ex­pé­rience. Des mil­liers de voi­tures es­sayées, de toutes les sortes et de toutes les puis­sances, et pour­tant… bru­no, notre ex­pert en me­sures, ne s’est pas re­mis de sa ren­contre avec ces deux an­glaises au sang noble et sur­tout chaud. S’il n’est pas res­té in­sen­sible au charme de l’aston mar­tin Db11 (comme tout le monde sur notre pas­sage), c’est sans conteste pour la mcla­ren 720S qu’il a eu un coup de coeur… pour ne pas dire un coup de foudre. et même si en Gran­deb­re­tagne, on sait de­puis des lustres en­fan­ter des voi­tures de sport de qua­li­té, ces der­nières an­nées, les bo­lides de Wo­king font souf­fler un vent de fraî­cheur… ou plu­tôt une tor­nade sur la pla­nète de l’au­to­mo­bile d’ex­cep­tion. Ca­pables de ri­va­li­ser avec Fer­ra­ri, lam­bor­ghi­ni et consorts, les pro­duc­tions mcla­ren fran­chissent un nou­veau pa­lier avec cette nou­velle 720S qui rem­place la 650S. Ja­mais, au grand ja­mais, nous n’avions eu l’oc­ca­sion de conduire un tel en­gin, synthèse qua­si par­faite entre une ma­chine de course et une voi­ture de route, uti­li­sable au quo­ti­dien.

Su­per­man ou gent­le­man ?

en plus d’en avoir la plas­tique, avec no­tam­ment ses spec­ta­cu­laires por­tières mi-mouettes, mi- élytres, la 720S a bel et bien le tem­pé­rament d’une su­per­car. N’al­lez pas croire pour au­tant que la Db11 soit fade, c’est juste qu’à Gay­don, on per­pé­tue une tra­di­tion sé­cu­laire, celle de pro­duire des Gt très per­for­mantes certes, mais qui s’adressent da­van­tage aux “gent­le­men” qu’aux pi­lotes, cock­tail que mcla­ren ne dose pas de la même fa­çon. Reste que chez le construc­teur pré­fé­ré de James bond, une page a été ré­cem­ment tour­née et beau­coup crai­gnaient que la suite de la sa­ga soit moins belle. la Db11 est, en ef­fet, la pre­mière aston mar­tin de l’his­toire à res­pi­rer ar­ti­fi­ciel­le­ment à l’aide

de deux tur­bos, un pro­grès tech­no­lo­gique qui, trop souvent, met à mal la mu­sique mé­ca­nique, la si­gna­ture des chou­chous de 007…

Entre flegme et ré­ac­ti­vi­té

À la pre­mière pres­sion sur le bou­ton “Start”, dans un hur­le­ment ra­geur re­con­nais­sable entre mille, le tout nou­veau 5.2 mai­son ras­sure fans et mé­lo­manes. Fort, lourd et de plus en plus en­ivrant au fur et à me­sure que l’on part à l’as­saut du compte-tours, son V12 donne l’im­pres­sion d’être un at­mo­sphé­rique, à ce­ci près qu’il vous cale, dès les pre­miers mètres, le pud­ding au fond de l’es­to­mac en dé­li­vrant ses 700 Nm de couple dès 1 500 tr/mn ! Souvent cri­ti­qué pour la len­teur de ses boîtes de vi­tesses, aston mar­tin a as­so­cié son nou­veau joyau à une trans­mis­sion mo­derne, une huit rapports four­nie par ZF of­frant un beau com­pro­mis entre flegme et ré­ac­ti­vi­té. mais si le ni­veau de per­for­mance est évi­dem­ment très éle­vé, im­pos­sible pour au­tant de confondre la belle de Gay­don avec une pis­tarde pa­ten­tée. Re­po­sant sur un tout nou­veau châs­sis en alu­mi­nium (+ 6,5 cm d’em­pat­te­ment com­pa­ré à la Db9 qu’elle rem­place) et une sus­pen­sion pi­lo­tée si­gnée bil­stein, la Db11 n’est pas une lame af­fû­tée pour tailler le chro­no­mètre. Plus que l’amor­tis­se­ment ré­glable, que l’on s’em­pres­se­ra de pas­ser sur les pro­grammes Sport et Sport+, tant le mode Gt s’avère trop laxiste, c’est le poids très éle­vé de l’en­gin qui se rap­pelle à votre bon sou­ve­nir dans les vi­rages si­nueux. mal­gré une robe haute cou­ture taillée dans l’alu­mi­nium et ma­té­riaux com­po­sites, cette la­dy ac­cuse en ef­fet 1 770 kg à sec ! autre grief, les pneus brid­ges­tone Po­ten­za, spé­ci­fi­que­ment dé­ve­lop­pés pour elle, ont beau être pom­peu­se­ment si­glés “S007”, ils donnent la sen­sa­tion de ne ja­mais mon­ter suf­fi­sam­ment en tem­pé­ra­ture. mal­gré un V12 avant, re­cu­lé au plus près de l’ha­bi­tacle pour re­cen­trer les masses (51 % à l’avant, le reste der­rière), la Db11 glisse as­sez tôt du nez en courbe ser­rée et il faut en­suite veiller à ne pas re­mettre les gaz trop tôt sous peine de s’of­frir de jo­lis tra­vers en sor­tie de vi­rage lorsque l’eSP est dé­bran­ché, par­tiel­le­ment ou to­ta­le­ment… Si vous êtes ama­teur de voi­ture “qui se mé­rite”, cette Db11 sau­ra vous sé­duire car ces dé­fauts

Sé­same, ouvre-toi

Spec­ta­cu­laires, les por­tières li­bèrent un ac­cès gé­né­reux à bord et une fois ins­tal­lé on s’y sent bien. Le pas­sa­ger de­vra avoir le coeur so­lide...

MCLA­REN 720S

Prix 261 135 € Mo­teur V8 bi-tur­bo, 32 S, 3 994 cm3 Puis­sance 720 ch à 7 500 tr/mn Couple 770 Nm à 5 500 tr/mn Transm. Pro­pul­sion, boîte à double em­brayage 7 rapports L/l/h 4,54/1,93/1,20 m Poids à sec/Ré­ser­voir 1 283 kg / 72 l Pneus AV/AR 245/35 R19 – 305/30 R20 Vit. maxi 341 km/h 0 à 100 km/h 2,9 s Conso. Mixte 10,7 l/100 km (Émis­sions : 249 g/km de CO2)

font pa­ra­doxa­le­ment aus­si son charme. mais si vous ne ju­rez que par l’ef­fi­ca­ci­té, vous n’au­rez d’yeux que pour la 720S. avec elle, on évo­lue dans une autre ga­laxie, où le moyen de trans­port est la té­lé­por­ta­tion à chaque coup de gaz.

La vi­tesse mais pas le son...

lo­gé en po­si­tion cen­trale ar­rière, son V8 bi­tur­bo – à deux in­jec­teurs par cy­lindre mais dé­nué d’in­jec­tion di­recte – lâche sans re­te­nue ses 720 ch. et croyez-nous, ils sont bien là et tiennent plus du ha­ras d’éta­lons que du ca­nas­son de bal­lade. Stu­pé­fiante, la sen­sa­tion de pous­sée au vo­lant de­vient même éprou­vante si l’on abuse du launch con­trol qui per­met de prendre 200 km/h en moins de… huit se­condes ! et dire qu’à peine qua­torze se­condes plus tard c’est la barre des 300 km/h qui se­rait fran­chie ! mais ré­su­mer le mis­sile de Wo­king à sa ca­pa­ci­té à at­teindre des vi­tesses su­per­so­niques en un cla­que­ment de doigts est faire in­jure au tra­vail de ses concep­teurs. Si l’on peut re­gret­ter, une fois de plus, que la bande-son ne soit pas as­sez jouis­sive, avec un V8 qui gronde plus qu’il ne chante, pour le reste, la 720S mé­rite sa place sur le trône de l’au­to­mo­bile d’ex­cep­tion. Grâce à la nou­velle mo­no­coque en car­bone mai­son, mcla­ren dé­montre que Co­lin Chap­man, fon­da­teur de lo­tus, avait bien rai­son : “light is right”. Svelte (1 283 kg à sec pour une voi­ture de ce ga­ba­rit, c’est ex­cep­tion­nel), la 720S est aus­si et sur­tout bien ser­vie par un châs­sis par­fai­te­ment ré­glé. Di­rec­tion à as­sis­tance élec­tro­hy­drau­lique don­nant la sen­sa­tion de ca­res­ser la route

Voi­ci la meilleure place pour écou­ter l’or­chestre ca­ché sous le ca­pot avant. Souvent sy­no­nyme de frus­tra­tion au­di­tive, la sur­ali­men­ta­tion du V12 n’a ici au­cun im­pact : quel ré­ci­tal !

Le comp­teur se cache dans la planche de bord pour amé­lio­rer la vi­sion... et amu­ser la ga­le­rie. Ef­fet ga­ran­ti ! La mo­lette du haut per­met de ré­gler le châs­sis à la de­mande. Ce­lui du des­sous a le même rôle pour la par­tie mé­ca­nique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.