Ci­troën C4 Cac­tus 1.2 Pu­reTech 130

L'Automobile - - Nos Essais Dui Mois - /// TEXTES GAËL BRIANCEAU - PHO­TOS BRU­NO PI­CAULT

Pas fa­cile Pour un Prof de surf de se re­con­ver­tir en comP­table. la C4 CaC­tus a le même Pro­blème. née Cros­so­ver dé­lu­ré, elle af­fa­dit son style et mise au­tant sur le Confort que sur des ta­rifs attraCtifs, dans cette va­riante, do­tée du 1.2 Pu­reteCh de 130 Ch.

Des ré­sul­tats com­mer­ciaux mi­ti­gés avec 17 073 ventes en france en 2017 (soit - 16,3 % par rap­port à 2016), l’ar­ri­vée de la c3 air­cross et l’ar­rêt de la pro­duc­tion de la c4, tout ce­la a eu rai­son de la c4 cac­tus ori­gi­nelle. la nou­velle ve­nue a dé­sor­mais pour mis­sion d’as­su­rer la pré­sence de ci­troën dans le seg­ment des fa­mi­liales com­pactes. en re­non­çant aux air­bumps (ces pro­tec­tions la­té­rales “an­ti-coups de cad­dies”) et aux bou­cliers fa­çon suv, cette c4 cac­tus re­sty­lée an­nonce la cou­leur: fi­ni l’an­ti­con­for­misme, il est l’heure de ren­trer dans le rang, his­toire de s’alié­ner le moins d’ache­teurs po­ten­tiels. À “L’A.M.”, nous qui avions fait du pre­mier cac­tus la voi­ture “to­tem” de nos 70 ans, nous ne pou­vons que re­gret­ter ce choix, mais le réa­lisme l’a em­por­té. comme sur les c3 et c3 air­cross, ci­troën pousse le cur­seur “confort” au maxi­mum. en té­moignent le gros tra­vail sur l’in­so­no­ri­sa­tion (pare-brise acous­tique, vitres épais­sies, joints re­vus…) et l’adop­tion d’amor­tis­seurs à bu­tées hy­drau­liques. une tech­no­lo­gie en pro­ve­nance du cham­pion­nat du monde des ral­lyes, qui per­met d’as­sou­plir l’amor­tis­se­ment sur les lé­gères dé­for­ma­tions, les bu­tées pro­gres­sives se char­geant d’ab­sor­ber les grosses en dou­ceur.

Un confort exa­cer­bé

au vo­lant, quelques ki­lo­mètres suf­fisent pour consta­ter les ta­lents de la nou­velle cac­tus. les bruits d’air et de rou­le­ment sont net­te­ment mieux conte­nus. tan­dis que la sus­pen­sion avale si bien trous et bosses que je m’amuse à fran­chir les ra­len­tis­seurs bien plus vite que d’ha­bi­tude, rien que pour ap­pré­cier l’ef­fi­ca­ci­té des bu­tées hy­drau­liques à en­cais­ser les chocs sans re­bond pa­ra­site. un confort de rou­le­ment ex­cellent donc, même si, par­fois, sur des lé­gères dé­for­ma­tions, une sen­sa­tion de flot­te­ment, fa­çon “ta­pis vo­lant”, peut dé­con­cer­ter. Pour par­ache­ver le tout, la nou­velle cac­tus s’offre un ré­glage en pro­fon­deur du vo­lant. il manque

d’am­pli­tude, mais le pro­grès est pa­tent. en re­vanche, le nou­veau des­sin des sièges convainc moins. dans la li­gnée des c3 et c3 air­cross, ci­troën fait le choix d’as­sises trop plates et de faibles main­tiens la­té­raux. c’est jo­li à l’ar­rêt et agréable sur quelques ki­lo­mètres. mais, on dé­chante vite: le pas­sa­ger avant est bal­lo­té au pre­mier vi­rage et, en l’ab­sence de bords en­ve­lop­pants sur les dos­siers pour te­nir la co­lonne ver­té­brale, j’en viens à adop­ter une pos­ture qui fe­rait dres­ser les che­veux sur la tête d’un ki­né !

Doux et cos­taud à la fois

sans au­cune pré­ten­tion spor­tive, cette c4 cac­tus ac­cepte d’adop­ter un bon rythme, sans gé­né­rer de mou­ve­ments de caisse ou de rou­lis ex­ces­sifs, se mon­trant d’une sta­bi­li­té ras­su­rante en cas d’ur­gence. les per­for­mances ne sont pas en reste, le 1.2 Pu­retech de 130 ch (une pre­mière sur cac­tus) n’ayant que 1 190 kg à em­me­ner – 1 303 kg pour une Peu­geot 308 équi­pée du même mo­teur. doux, fort en couple et cos­taud dès les bas ré­gimes, le trois-cy­lindres s’avère aus­si agréable que sobre (7,1 l/100 km en moyenne, me­sure vé­ri­fiée par nos soins). au- de­là d’un ex­té­rieur ba­na­li­sé, la c4 cac­tus re­met son ha­bi­tacle au ni­veau. la console entre les sièges avant est re­des­si­née et l’équi­pe­ment en­ri­chi (lec­ture des pan­neaux de vi­tesse, alerte de risque de col­li­sion…). mal­gré tout, les gènes de la “voi­ture es­sen­tielle” aux fon­de­ments de la c4 cac­tus res­tent vi­sibles: les plas­tiques sont quel­conques, il manque un aé­ra­teur à droite et des touches d’ac­cès di­rect, ce qui oblige à pas­ser par l’écran tac­tile pour mon­ter la tem­pé­ra­ture par exemple, ou ac­ti­ver le re­cy­clage d’air, alors que les vitres ar­rière res­tent juste en­trou­vrables. au moins, non seule­ment la fran­çaise, avec ses 4,17 m de long et 1,71 m de large, est moins en­com­brante que les opel as­tra et Ško­da ra­pid spa­ce­back qu’elle pré­tend concur­ren­cer, mais en plus elle offre un ha­bi­tacle as­sez spa­cieux, as­sor­ti d’un coffre dé­cent (280 dm³). der­nier atout, la ci­troën est rai­son­nable en ce qui concerne le prix: elle s’af­fiche, ici, à 23 450 € en haut de gamme shine, quand une Ško­da ra­pid spa­ce­back 1.4 tsi 125 dsG dé­marre à 23 590 € et une opel as­tra 1.4 tur­bo 125 à 24 050 €.

Der­rière, si l’ha­bi­tacle n’est pas spé­cia­le­ment large, l’es­pace aux jambes est éton­nant.

sauf l’en­trée de gamme Pu­retech 82, toutes les c4 cac­tus ont droit aux amor­tis­seurs à bu­tées hy­drau­liques.

Sous son élé­gant cou­vercle, fa­çon ba­gage de luxe, la boîte à gants af­fiche une conte­nance moyenne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.