Les 50 ans de la Mé­ha­ri

AVEC FORD, LA DI­VER­SI­TÉ AU­TO­MO­BILE A CONNU UN PRE­MIER AC­CROC, L’IN­DUS­TRIEL INS­TI­TUANT LE CHOIX ENTRE “NOIR OU NOIR”. ET LES AN­NÉES D’APRÈS- GUERRE ONT LAMINÉ LES CAR­ROS­SIERS IN­DÉ­PEN­DANTS. MAIS LA PER­SON­NA­LI­SA­TION RE­VIENT EN FORCE, Y COM­PRIS CHEZ LES GÉNÉR

L'Automobile - - Sommaire -

les vo­ca­lises nous sont fa­mi­lières. et tou­jours aus­si en­jô­leuses. le V8 ma­se­ra­ti, ca­lé à 90°, n’a pas son pa­reil pour dis­til­ler une ban­de­son aus­si rock que la robe de la Gran tu­ris­mo res­pire l’élé­gance. Pour­tant, dans les rues ad­ja­centes à la Vil­la la Va­le­ra à arese, pa­trie d’al­fa Ro­meo, point de trace du cou­pé si­gné Pi­nin­fa­ri­na. en re­vanche, dans un bleu “Nuit d’orient”, une Gt in­édite fait taire son 4,7 l at­mo­sphé­rique. Ga­rée de­vant la bâ­tisse du 18e siècle, en par­tie ima­gi­née par son pro­prié­taire pour pro­té­ger ses ci­tron­niers de l’hi­ver lom­bard, elle ré­vèle ses lo­gos tou­ring Su­per­leg­ge­ra. la fa­meuse car­ros­se­rie, fon­dée en 1926 par Fe­lice bianchi an­der­lo­ni et Gae­ta­no Pon­zo­ni. et cette 2 + 2 à l’in­té­rieur opu­lent dé­voile son pa­tro­nyme, Scià­di­per­sia – Chah de Perse –, ren­voyant au cé­lèbre cou­pé réa­li­sé, en 1959, pour Re­za Pal­ha­vi, le sou­ve­rain ira­nien de l’époque. À soixante ans d’écart, la nou­velle pro­po­si­tion de tou­ring évite le ré­tro- de­si­gn, mais l’es­prit de l’ori­gi­nal reste. tout comme l’âme mé­ca­nique ma­se­ra­ti. la base d’époque, l’al­tière 5000 Gt, doit bien plus que sa robe aux de­si­de­ra­ta du Chah. après l’essai d’une 3500 Gt, ce­lui- ci fait part de son en­vie d’un

en­gin plus ex­clu­sif. Giu­lio al­fie­ri, l’âme de ma­se­ra­ti, fond sur l’oc­ca­sion pour concré­ti­ser son idée de créer une Gran tu­ris­mo ar­mée, rien de moins, du V8 de la 450S de com­pé­ti­tion. la greffe se fait sur un châs­sis de 3500 Gt amé­lio­ré en consé­quence, en par­ti­cu­lier par l’adop­tion de ser­vo- freins. le 4 477 cm³ de course (400 ch) passe à 4 950 cm³, mais voit sa puis­sance ra­me­née à 325 ch, soit une cen­taine de plus que le six- cy­lindres en ligne de la 3500 Gt ! les ha­bits de la pre­mière 5000 Gt sont donc réa­li­sés par tou­ring, qui n’hé­site pas à re­cou­rir aux bois les plus pré­cieux ou à des dé­cors en or. mais ra­pi­de­ment “Pi­nin” Fa­ri­na, Ghia, bertone, Vi­gnale, Frua et sur­tout al­le­ma­no ha­billent leurs propres 5000 Gt (34 ex. au to­tal jus­qu’en 1966). trois Scià­di­per­sia sont construites au to­tal, la der­nière voit le jour en 1961, avec un V8 pous­sé à 340 ch. l’édi­tion 2018, qui n’exis­te­ra qu’à dix exem­plaires, ne se­ra pas moins spor­tive : le 4,7 l au trident crache 460 ch à 7 000 tr/mn, avec un 0 à 100 km/h pro­mis en 4,7 se­condes. “Notre com­man­di­taire vou­lait une au­to­mo­bile très ex­clu­sive, mais aus­si ca­pable de par­cou­rir de longues dis­tances, en pré­ser­vant le confort de ses quatre oc­cu­pants”, nous ex­plique louis de Fa­bri­be­ckers, le jeune mais dé­jà ex­pé­ri­men­té res­pon­sable du de­si­gn tou­ring. “Il nous a sem­blé que la base rou­lante Ma­se­ra­ti était un point de départ idéal, entre autres par son ex­cel­lente ri­gi­di­té tor­sion­nelle et son ar­chi­tec­ture élec­trique éprou­vée”.

Style et pé­ren­ni­té exi­gés

Car l’époque des châs­sis- mo­teurs à car­ros­ser est ré­vo­lue et le tra­vail du car­ros­sier d’au­jourd’hui com­mence par une trans­for­ma­tion par­tielle des cel­lules mo­no­coques ac­tuelles. “Il y a dif­fé­rents points de struc­ture et d’ho­mo­lo­ga­tion que nous nous

après bent­ley, al­fa ou mi­ni, tou­ring n’a pas hé­si­té à s’en prendre à la Gran tu­ris­mo pour re­créer une ma­se­ra­ti Scià­di­per­sia mo­derne

re­fu­sons de tou­cher, car nos pro­jets doivent pro­po­ser, au mi­ni­mum, la même sé­cu­ri­té et du­ra­bi­li­té que les

mo­dèles ori­gi­naux dont nous par­tons”, re­prend le sty­liste belge. même si les clients de tou­ring dis­posent de ga­rages suf­fi­sam­ment four­nis pour ne ja­mais être en panne de voi­ture, l’ar­ti­san mi­la­nais se pré­vaut de ga­ran­tir ses réa­li­sa­tions deux ans et de pou­voir four­nir les élé­ments spé­ci­fiques à vie ! il est vrai qu’être conçus en Cao (concep­tion as­sis­tée par or­di­na­teur) puis for­més à la main en alu, for­gés à l’uni­té ou réa­li­sés en car­bone, leur as­sure une re­pro­duc­ti­bi­li­té ai­sée. avec 1,35 m de haut pour 1,90 m de large, cette Scià­di­per­sia ne cham­boule pas les di­men­sions de la Gran tu­ris­mo dont elle conserve, entre autres élé­ments, le pare-brise. mais la tou­ring af­fiche un pro­fil sa­vam­ment éti­ré (+ 8 cm, à 4,96 m) et fluide, où le mon­tant ar­rière re­haus­sé d’alu, rare conces­sion au style des an­nées 1950, comme l’écope d’air la­té­ral cer­clé du même al­liage, sont les deux seules fri­vo­li­tés. il fau­dra en­vi­ron sept mois pour pro­duire cha­cune des Scià­di­per­sia et les clients de tou­ring se font très ra­re­ment prier pour pas­ser à l’of­fi­cine. “Il n’y a pas que la beau­té de l’ob­jet fi­ni, il y a sur­tout tous les mo­ments par­ta­gés au cours de la réa­li­sa­tion”, nous ex­plique louis. “Un de nos clients amé­ri­cains de la Dis­co Vo­lante pas­sait presque toutes les trois se­maines et a consti­tué un vé­ri­table al­bum de fa­mille”. avec cette ma­se­ra­ti, son équipe signe sa dixième com­mande spéciale, en tout cas, celles ren­dues pu­bliques. “Car, bien sûr, Tou­ring réa­lise tou­jours des pièces uniques, pour les­quelles leurs com­man­di­taires veulent gar­der le se­cret”. tant pis pour les cu­rieux.

/// TEXTE STÉPHANE MEUNIER

Qui dit car­ros­se­rie unique dit, for­cé­ment, in­té­rieur per­son­na­li­sé, cette Gran Tu­ris­mo, re­vue par Tou­ring, culti­vant un bout goût ty­pi­que­ment mi­la­nais. Si la Scià­di­per­sia d’ori­gine mon­trait des élé­ments en or, cette des­cen­dante se contente – c’est tant mieux – de l’alu­mi­nium.

Bien ma­lin qui re­con­naî­trait la Grand Tu­ris­mo de 2007 sous cet angle. Ha­billé par Tou­ring, le cou­pé Ma­se­ra­ti se pare d’une bulle dé­ga­geant l’ho­ri­zon des quatre oc­cu­pants.

Rien de ce qui est ap­pa­rent n’échappe au tra­vail de trans­for­ma­tion du car­ros­sier mi­la­nais. Se­crets, les ta­rifs sont à l’ave­nant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.