Peu­geot 508 BlueHDi 130

L'Automobile - - Éditorial - TEXTE PIERRE LE­FEBVRE

Peu­geot garde les pieds sur terre. Si le Lion es­père que la tape dans l’oeil de quelques par­ti­cu­liers qui ne peuvent pas voir les SUV en pein­ture, c’est avant tout pour les en­tre­prises ou plu­tôt leurs flottes, qui gèrent les voi­tures de fonc­tion, et les spé­cia­listes du trans­port qui de­vraient re­pré­sen­ter le gros des clients (en­vi­ron / ). Comme chaque sou compte, la se dé­cline donc pour ces pro­fes­sion­nels en ver­sion de base avec le die­sel . BlueHDi ch. Un mo­teur sobre pour rou­ler long­temps sans ra­vi­tailler et, sur­tout, af­fi­chant des émis­sions de CO rai­son­nables afin de ne pas être pi­qué trop fort par les fourches de l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale. Hor­mis des cla­que­ments au­dibles mais pas in­sup­por­tables à l’ac­cé­lé­ra­tion, ce mo­teur sied plu­tôt bien à la fran­çaise. Souple en bas du compte-tours, pas fai­néant à l’ac­cé­lé­ra­tion, il o re un ni­veau de per­for­mance dé­cent, même s’il ne fau­dra pas hé­si­ter à ré­tro­gra­der pour dé­pas­ser en toute sé­cu­ri­té, la faute à une boîte six vi­tesses ti­rant long sur les der­niers rap­ports. Sans sus­pen­sion pi­lo­tée et avec une monte pneu­ma­tique rai­son­nable

( pouces, ici), la s’avère plai­sante à me­ner mais un cran en des­sous de ses soeurs. Avec un amor­tis­se­ment un peu souple, en par­ti­cu­lier à l’ar­rière, la Lionne contrôle moins ses mou­ve­ments de caisse et, par ailleurs, se montre plus sen­sible au rou­lis. En contre­par­tie, le confort pro­po­sé est d’un très bon ni­veau pour ar­ri­ver frais à bon port après plu­sieurs cen­taines de ki­lo­mètres. Et, évi­dem­ment, cette pré­sente un ta­rif plus sage que ce­lui de ses soeurs (dès ), même si, étran­ge­ment, au lan­ce­ment, au­cune ver­sion “Bu­si­ness” as­so­ciée à ce mo­teur n’est pro­po­sée. ///

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.