En­quête au pa­lais Jacques-Coeur

La sep­tième sai­son des Crimes au châ­teau a com­men­cé et passe ce soir par la ci­té ber­ruyère

Le Berry Républicain - - Bourges Vivre Sa Ville - Fran­çois Lesbre francois.lesbre@cen­tre­france.com

Créé en 2012, le concept des Crimes au châ­teau est pas­sé d’un lieu unique à dix lieux, ac­tuel­le­ment, sur une route Jac­quesCoeur qui compte dix-huit étapes. Ce soir, le crime a lieu au pa­lais Jac­quesCoeur.

Ce soir et pour trois autres re­pré­sen­ta­tions, Crime au châ­teau se dé­roule au pa­lais Jacques­Coeur. Avec cette sep­tième sai­son, ce ne sont pas moins de 6.500 per­sonnes qui ont as­sis­té à un de ces spec­tacles in­ter­ac­tifs.

Pour res­ter dans les chiffres, quatre­vingts per­sonnes se re­trouvent à ani­mer ces soi­rée. Il y a le per­son­nel qui tra­vaille dans les dif­fé­rents sites, du per­son­nel de l’of­fice de tou­risme ou bien en­core des membres d’as­so­cia­tions qui gra­vitent au­tour des lieux où se dé­roulent ces Crimes au châ­teau.

Tous les co­mé­diens in­ter­ve­nants sont des bé­né­voles

Pour cha­peau­ter l’en­semble, Gaël Chê­net est l’homme de la si­tua­tion de­puis le dé­but. L’ani­ma­teur du ré­seau de la route Jacques­Coeur est ce­lui qui or­ga­nise, qui écrit et scé­na­rise les Crimes au châ­teau en col­la­bo­ra­tion avec les sites où ils ont lieu.

« Il y a dix mois à un an de tra­vail sur les crimes. C’est un tra­vail col­la­bo­ra­tif avec le site et les in­ter­ve­nants. Il faut que les rôles soient ac­ces­sibles aus­si bien aux per­sonnes qui les jouent qu’au pu­blic. N’ou­blions pas que les ac­teurs sont tous des bé­né­voles qui ont un mé­tier par ailleurs », ex­plique­t­il.

Ces bé­né­voles baignent dans une telle am­biance qu’ils ne vou­draient ra­ter leur re­pré­sen­ta­tion pour rien au monde. C’est le cas de Ma­rie­France Ro­chat, res­pon­sable de la bou­tique de l’of­fice de tou­risme, qui était dé­jà du pre­mier Crime au châ­teau qui s’est dé­rou­lé à Meillant.

« J’ai été châ­te­laine au châ­teau d’Ai­nay­le­Vieil mais je suis plus spé­cia­li­sée en femme de mé­na­ ge. Je tiens tel­le­ment mon per­son­nage qu’un jour, une dame m’a ten­du une pièce. Une autre fois, une guide conférence m’a de­man­dé qu’est­ce que je fai­sais là. Au Sa­lon du tou­risme, à Pa­ris, on m’a de­man­dé où trou­ver des sacs pou­belles ! C’est très plai­sant de jouer dans ces say­nètes », dé­clare­t­elle.

Vingt­neuf crimes au châ­teau vont se dé­rou­ler lors de cette sep­tième sai­son. Ils ont lieu en fonc­tion de la pos­si­bi­li­té d’ac­cueil des lieux. Il peut y avoir de trente­cinq à soixante per­sonnes par soir. Ce sont les châteaux d’Ai­nay­le­Vieil et de Meillant qui pos­sèdent la plus grande jauge.

Sou­dain, un cri re­ten­tit

Chaque lieu est donc uti­li­sé, du moins les pièces ou­vertes à la vi­site du pu­blic, car Crime au châ­teau com­mence tou­jours par une vi­site. Une vi­site ri­tuel­le­ment in­ter­rom­pue par un cri stri­dent et la dé­cou­verte d’un ca­davre. Le groupe se di­vise alors en équipes et les dé­tec­tives ama­teurs se mettent en de­voir de dé­mas­quer le cou­pable. Que l’énigme soit résolue ou pas, tout le monde se re­trouve à la fin au­tour d’un verre dans la convi­via­li­té et la proxi­mi­té avec tous les pro­ta­go­nistes.

Les cos­tumes ne sont pas d’époque ou alors d’époque contem­po­raine mais pour les re­pré­sen­ta­tions au pa­lais Jacques­Coeur, sur les vingt in­ter­ve­nants, on compte une quin­zaine de per­sonnes de l’as­so­cia­tion des Amis de Jacques­Coeur qui, eux, se­ront fa­ci­le­ment re­con­nais­sables■en raison de leurs vê­te­ments.

è Pra­tique. La pre­mière re­pré­sen­ta­tion au pa­lais Jacques-Coeur, ce soir, à 20 h 30, est com­plète, de même que celle du 8 juin, mais il reste des places pour les ven­dre­dis 15 et 22 juin, tou­jours au pa­lais Jacques-Coeur. D’autres crimes au­ront lieu les 18 et 19 juillet au châ­teau de Meillant ; les 20 et 27 juillet à Sancerre ; les 11 et 12 août au châ­teau de la Ver­re­rie ; les 25, 31 août et 7 sep­tembre au châ­teau d’Au­bi­gny-sur-Nère et le 26 oc­tobre au mu­séum d’his­toire na­tu­relle de Bourges. Ta­rifs : 20 eu­ros par per­sonne. Ré­ser­va­tion im­pé­ra­tive au 02.48.65.31.55.

PHO­TO AR­CHIVES

SOI­RÉE.

Ces per­sonnes vont vivre une soi­rée mou­ve­men­tée au pa­lais Jacques-Coeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.