LES CROIS­SANTS

Le Berry Républicain - - La Gazette -

SO­CIA­LISTE.

« Pour tout vous dire, je com­mence à me de­man­der si je vais res­ter so­cia­liste… ». Ces doutes ont été ex­pri­més par Irène Fé­lix, so­cia­liste his­to­rique du Cher, plu­sieurs fois can­di­date à la mu­ni­ci­pa­li­té de Bourges. Ses doutes sont ali­men­tés par les dif­fi­cul­tés du PS à se re­mettre en ordre de marche et par les ré­centes hé­si­ta­tions au­tour de sa re­pré­sen­ta­tion eu­ro­péenne. On ima­gine com­bien la si­tua­tion so­cia­liste est com­pli­quée pour qu’une per­son­na­li­té comme Irène Fé­lix en vienne à dou­ter.

ROSE.

Et pour­tant, la même élue n’hé­site ja­mais à mon­trer, avec fier­té, ces der­nières pu­bli­ca­tions dé­par­te­men­tales (elle est conseillère dé­par­te­men­tale à Bourges) en pré­ci­sant, avec tout au­tant de fier­té, qu’elle n’ou­blie ja­mais le sym­bole so­cia­liste avec le poing et la rose. À la dif­fé­rence d’autres élus qui ont re­lé­gué la rose so­cia­liste aux ou­bliettes pen­dant la der­nière cam­pagne lé­gis­la­tive…

BANDE À PART.

CGT, So­li­daires, FSU… Tous les syn­di­cats étaient ras­sem­blés, mar­di, à Bourges, place Sé­rau­court, pour la ma­ni­fes­ta­tion in­ter­syn­di­cale contre le gou­ver­ne­ment. Tous au même en­droit, vrai­ment ? Non, FO fai­sait bande à part en se re­grou­pant de l’autre cô­té du gi­ra­toire, au bout de l’ave­nue du 95e-de-ligne. Elle dis­po­sait de son propre ca­mion et de sa propre so­no. FO a, tout de même, pris part, un peu plus tard, au dé­fi­lé, en fer­mant la marche.

PA­RA­DIS DES SE­NIORS.

La ville de Bourges et son CCAS or­ga­ni­se­ront, le 1er mars

2019, le pre­mier Sa­lon des se­niors. « Parce qu’il est temps d’an­ti­ci­per le vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion et de pré­pa­rer notre ter­ri­toire », es­time le maire, Pas­cal Blanc. Pour que Bourges de­vienne « le pa­ra­dis des se­niors ac­tifs », comme le sou­haitent les Ber­ruyers consul­tés dans le cadre de Bourges

2050.

RE­DE­VANCE.

Ber­nard Ja­met, vice-pré­sident de la com­mu­nau­té de com­munes Coeur de France et pré­sident du syn­di­cat mixte de ra­mas­sage et de trai­te­ment des or­dures mé­na­gères (Smir­tom) du Saint-Aman­dois, a ef­fec­tué un rap­port sur l’ac­ti­vi­té 2017 du syn­di­cat lors du der­nier con­seil com­mu­nau­taire ven­dre­di. Il en a pro­fi­té pour glis­ser qu’il de­man­de­rait

une aug­men­ta­tion de la re­de­vance in­ci­ta­tive lors du co­mi­té syn­di­cal du mois de dé­cembre. Pour jus­ti­fier sa po­si­tion, Ber­nard Ja­met a énu­mé­ré tout ce qui avait aug­men­té ces der­nières an­nées, à l’in­verse de la re­de­vance. « Il fau­dra y ve­nir, il n’y a rien à faire », a ap­puyé le maire de Dre­vant. Cette éven­tua­li­té a fait ré­agir Édith Mi­che­lic, conseillère com­mu­nau­taire et maire de Farges-Al­li­champs : « M. Ja­met, vous dites que tout aug­mente, sauf les re­traites ! » « J’as­sume les res­pon­sa­bi­li­tés d’un gros syn­di­cat et il faut qu’il tourne, lui a ré­tor­qué Ber­nard Ja­met. Si, de­main, il n’y a plus d’ar­gent pour ra­mas­ser vos or­dures mé­na­gères, je ne sais pas comment vous fe­rez et quelle se­ra la ré­ac­tion de nos conci­toyens. »

SCHIZOPHRÈNE.

« Le pré­sident du dé­par­te­ment se plaint mais ce sont des larmes de

cro­co­dile ! » Ce com­men­taire de Jean-Pierre Charles, conseiller dé­par­te­men­tal d’op­po­si­tion com­mu­niste, concerne l’at­ti­tude du Dé­par­te­ment qu’il qua­li­fie de « schizophrène » vis-à-vis de la po­li­tique du gou­ver­ne­ment. Les élus vier­zon­nais de son groupe sont, eux aus­si, par­ta­gés entre deux dis­cours : ta­per sur le camp de la droite sans dis­tinc­tion et, en même temps, re­con­naître que le Dé­par­te­ment « signe à l’una­ni­mi­té les conven­tions pour sou­te­nir les pro­jets vier­zon­nais », comme l’a sou­li­gné Franck Mi­choux.

PORTE CLOSE.

Drôle de sur­prise, cette se­maine, pour les par­ti­ci­pants à une pre­mière réunion au­tour d’un pro­jet de créa­tion d’un lieu cultu­rel as­so­cia­tif, à Vier­zon. Ils ont trou­vé porte close, à la salle mu­ni­ci­pale où de­vait avoir lieu la réunion. Il s’avère que deux pro­jets sem­blables se té­les­copent à Vier­zon :

un ini­tié par la mu­ni­ci­pa­li­té, le se­cond par des ha­bi­tants. D’après l’or­ga­ni­sa­teur, lui-même proche du maire, la pre­mière au­rait peu ap­pré­cié de voir ar­ri­ver les se­conds…

SOU­TIEN.

Même si l’on ne connaît pas en­core les pré­ten­tions des uns et des autres pour les pro­chaines mu­ni­ci­pales, il y a des signes qui ne peuvent trom­per sur les dif­fé­rents ral­lie­ments qui com­mencent à s’opé­rer. Ain­si, par exemple, on voit de plus en plus la vice-pré­si­dente ré­gio­nale char­gée de la culture, Agnès Sin­sou­lier-Bi­got (PS), au cô­té de l’an­cien dé­pu­té Yann Ga­lut (SE) dans plu­sieurs ma­ni­fes­ta­tions de­puis la ren­trée. Une élue qui était, pour­tant, un sou­tien de la conseillère mu­ni­ci­pale et dé­par­te­men­tale Irène Fé­lix (PS), no­tam­ment pour les der­nières mu­ni­ci­pales… Les temps changent, les al­liances aus­si.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.