ETA se sa­borde après 43 ans de tue­ries

Le Bessin Libre - - France- Monde -

De­puis le 3 mai, l’organisation basque ETA n’existe plus: “ETA veut in­for­mer le peuple basque de la fin de son che­min”, dé­clare le plus vieux ré­seau ter­ro­riste d’Eu­rope oc­ci­den­tale.

Fon­dée en 1959 pour lut­ter contre le ré­gime fran­quiste au nom d’une “in­dé­pen­dance du Pays basque”, ETA avait pour base ar­rière les Py­ré­nées-At­lan­tiques : si­tua­tion gê­nante pour les gou­ver­ne­ments fran­çais. D’au­tant qu’ETA en­glo­bait le Pays basque fran­çais dans son am­bi­tion d’in­dé­pen­dance… Fran­co mort en 1975, son ré­gime rem­pla­cé par la dé­mo­cra­tie et l’au­to­no­mie des ré­gions, ETA avait néan­moins dé­ci­dé de pour­suivre ses ac­tions ter­ro­ristes. Cet ex­tré- misme ab­surde al­lait si­gner plus de 800 at­ten­tats et tuer des cen­taines de gens: mi­li­taires, po­li­ciers, élus de droite et de gauche, juges, jour­na­listes, chefs d’en­tre­prise, vic­times col­la­té­rales – dont beau­coup d’en­fants…

Du­re­ment com­bat­tue par les forces de l’ordre ma­dri­lènes et basques, pri­vée de sa vi­trine po­li­tique légale à par­tir de 2003, ETA était de plus en plus iso­lée de la po­pu­la­tion basque qui désap­prou­vait mas­si­ve­ment son ac­tion : d’où l’as­sè­che­ment de “l’im­pôt ré­vo­lu­tion­naire” qui fi­nan­çait sa clan­des­ti­ni­té. L’organisation ter­ro­riste était inexo­ra­ble­ment vouée à dis­pa­raître, faute de moyens et sous la ré­pro­ba­tion gé­né­rale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.