Plus de 86 000 eu­ros dé­tour­nés dans un res­tau­rant

Le Bocage Libre - - La Une -

Ils agis­saient chaque jour en vo­lant dans la caisse et ce­la n’est pas pas­sé in­aper­çu…

Deux em­ployés - l’une était ser­veuse, l’autre gé­rant - ont été ju­gés et condam­nés au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Caen le 5 juillet 2018. Com­plices de vol, ils n’avaient pour­tant pas les mêmes mo­ti­va­tions à com­mettre ce dé­lit. Si l’une concède à la barre qu’elle a cé­dé à la ten­ta­tion pour ré­pondre à ses be­soins fi­nan­ciers, l’autre pré­tend que même s’il a été vu, té­moins à l’ap­pui, “avec des liasses de billets dans les poches”, il a juste “pro­fi­té de la si­tua­tion”.

Isi­gny-sur-Mer

L’en­tre­prise lai­tière d’Isi­gny SteMère a ré­so­lu­ment le vent en poupe. L’en­tre­prise chi­noise Health & Hap­pi­ness (H&H), qui pro­duit le lait in­fan­tile Bio­stime, va boos­ter la pro­duc­tion de la coo­pé­ra­tive en en­trant dans les car­nets de com­mande de ces pro­chaines an­nées.

373 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires

Fort de sa pro­duc­tion de 36 000 tonnes de poudre de lait in­fan­tile en 2017, il fau­dra ra­jou­ter 20 à 25 000 tonnes d’ici 2020. En cause? La vo­lon­té du par­te­naire chinois d’in­ves­tir dans les phar­ma­cies fran­çaises. Un mar­ché gi­gan­tesque qui pousse la coo­pé­ra­tive Isi­gny SteMère à ou­vrir une nou­velle uni­té de pro­duc­tion. La troi­sième après les deux pre­mières créées en 2015 à la si­gna­ture du par­te­na­riat pour la pro­duc­tion de Bio­stime.

“C’est un nou­vel élan éco­no­mique. Un dy­na­misme lo­cal im­por­tant pour la ré­gion”, ex­plique Si­mon Fri­leux, res­pon­sable mar­ke­ting à Isi­gny Ste-Mère. D’ici deux ans, le ren­de­ment de la nou­velle uni­té de pro­duc­tion va aug­men­ter de 70% la quan­ti­té de lait in­fan­tile Bio­stime créée par la co­opé­ra- tive, et né­ces­si­ter l’em­bauche de 120 nou­veaux col­la­bo­ra­teurs. “Au­jourd’hui nous sommes près du mil­liers d’em­ployés sur l’en­semble du site”, ex­plique le res­pon­sable mar­ke­ting.

Il faut dire que l’éco­no­mie de la coo­pé­ra­tive se porte bien. Le chiffre d’af­faire n’a ja­mais été aus­si im­por­tant avec près de 373 mil­lions d’eu­ros en 2017, soit une pro­gres­sion de 30% en com­pa­rai­son de l’an­née pré­cé­dente, pour un ré­sul­tat net de 20 mil­lions d’eu­ros.

Un suc­cès dont les em­ployés ont ré­cem­ment bé­né­fi­cié. Lors des né­go­cia­tions an­nuels obli­ga­toire sur les aug­men­ta­tions de sa­laires col­lec­tifs, ils ont vu une hausse de sa­laire de 1,5%, ré­tro­ac­tive au 1er jan­vier 2018. Comme le dé­clare un re­pré­sen­tant syn­di­cal : “avec le bé­né­fice de la coo­pé­ra­tive, les sa­la­riés aus­si sou­hai­taient une part. Les né­go­cia­tions ont été dures, mais nous n’avons pas de sou­cis majeur avec la di­rec­tion”. On n’est pas dans le né­ga­tif, mais le construc­tif“. Les par­te­naires so­ciaux parlent le même lan­gage d’un dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­prise. La­quelle vient par ailleurs de si­gner avec le Stade Mal­herbe de Caen en tant que sponsor, don­nant ain­si à la marque un rayon­ne­ment na­tio­nal.

La vo­lon­té de Bio­stime d’in­ves­tir dans les phar­ma­cies fran­çaises ren­force le par­te­na­riat avec la coo­pé­ra­tive nor­mande qui peut in­ves­tir en consé­quence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.