Bud­get ré­duit pour les femmes bat­tues

Le Bocage Libre - - L’actu En Region -

Avranches

Les Centres d’hé­ber­ge­ment et de ré­in­ser­tion so­ciale (CHRS) Le Cap de la Manche, spé­cia­li­sés dans l’ac­cueil de pu­blic fra­gile, sont in­quiets. L’Etat a dé­ci­dé d’am­pu­ter leur bud­get de 153 000 € d’ici deux à trois ans.

Pour se re­cons­truire

Le CHRS Le Cap d’Avranches ac­cueille de­puis 2006 des femmes vic­times de vio­lences conju­gales. En 2017, 43 per­sonnes ont été hé­ber­gées en in­ser­tion et 50 en ur­gence. Ce tra­vail réa­li­sé par cinq tra­vailleurs so­ciaux est re­mis en cause par une baisse des do­ta­tions de l’Etat, prin­ci­pal fi­nan­ceur. Cette coupe claire de 153 000 € concerne les deux CHRS d’Avranches et Cher­bourg (13 sa­la­riés), gé­rés par l’Ad­seam, As­so­cia­tion dé­par­te­men­tale pour la sau­ve­garde de l’en­fant à l’adulte de la Manche. Pour 2018, l’Etat a dé­jà de­man­dé de réa­li­ser une éco­no­mie de 77 000 €. Elle im­plique la sup­pres­sion de 2 postes : un édu­ca­teur et son rem­pla­çant à Cher­bourg. L’aus­té­ri­té bud­gé­taire vise les ser­vices d’ac­com­pa­gne­ment et d’in­ser­tion. Ce­lui des femmes vic­times de vio­lences conju­gales à Avranches et Cher­bourg où le CHRS s’oc­cupe aus­si d’un pu­blic fra­gi­li­sé par l’al­coo­lisme, la toxi­co­ma­nie et la rup­ture fa­mi­liale. Ces per­sonnes sont hé­ber­gées et sui­vies par des édu­ca­teurs pen­dant une moyenne de huit mois, le temps de se re­cons­truire.

Le per­son­nel du CHRS Le Cap d’Avranches, des ré­si­dentes et des ac­teurs du sec­teur so­cial lors de la ma­ni­fes­ta­tion du 3 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.