Les chan­tiers et les com­mer­çants

Le Courrier de l'Eure - - Bourgtheroulde -

« Nous avons pu me­ner à bien trois chan­tiers : l’école de mu­sique et de danse au Châ­teau Kel­ler, le res­tau­rant sco­laire et la sta­tion d’épu­ra­tion, qui est la consé­quence de l’ar­ri­vée de Vincent Mar­tin sur la liste, ra­conte Bru­no Ques­tel. En 2002, il était sur l’autre liste. Et il avait été sur­pris quand je l’ai ap­pe­lé en 2007 pour lui pro­po­ser de nous re­joindre. Si Vincent n’avait pas été là, la sta­tion ne se­rait pas ce qu’elle est au­jourd’hui, même si ce chan­tier a été mal com­pris par une par­tie de la po­pu­la­tion. C’est un équi­pe­ment qui a de grandes qua­li­tés ar­chi­tec­tu­rales et tech­niques. D’autres tra­vaux ont été réa­li­sés. Comme la ré­fec­tion de l’eau po­table dans la Grande Rue. Il y a eu une pé­ti­tion des com­mer­çants du bourg qui me de­man­daient d’être in­dem­ni­sés sur leur baisse de chiffre d’af­faires pen­dant la du­rée des tra­vaux. Et là, je leur dis : pas de pro­blèmes, vous pu­bliez votre chiffre d’af­faires de l’an­née pré­cé­dente et vous me­su­rez votre chiffre d’af­faires de l’an­née ac­tuelle, on af­fiche tout en mai­rie, la po­pu­la­tion vien­dra consta­ter et vo­te­ra pour sa­voir si on doit vous in­dem­ni­ser. Je n’ai re­çu au­cun chiffre d’af­faires. Nous avons néan­moins pu me­ner à bien ces tra­vaux, que j’ai beau­coup ap­pré­ciés. Parce que pen­dant huit se­maines, il n’y avait plus un vé­hi­cule dans le bourg, mais un si­lence très ap­pré­ciable. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.