Le pre­mier tour de la mu­ni­ci­pale

Les di­manches 17 puis 24 sep­tembre, si né­ces­saire, les ha­bi­tants de Grand Bourg­the­roulde sont ap­pe­lés à élire le nou­veau con­seil mu­ni­ci­pal. Deux listes briguent les suf­frages po­pu­laires, dans un cli­mat dé­pas­sion­né.

Le Courrier de l'Eure - - La Une - Gilles Mot­teau

La consul­ta­tion mu­ni­ci­pale du di­manche 17 sep­tembre semble ne pas vou­loir dé­chaî­ner les pas­sions. Certes la po­pu­la­tion est in­for­mée de la te­nue de cette consul­ta­tion. Ce­pen­dant, elle ne semble guère mo­bi­li­sée à ce su­jet. « Tout d’abord c’est la énième élec­tion cette an­née, lâchent du bout des lèvres quelques ha­bi­tants croi­sés sa­me­di ma­tin sur le mar­ché et aux alen­tours. Et puis c’est une liste et on ne peut pas bar­rer les noms ou pa­na­cher. Alors s’il y en a un ou une qui ne plaît pas ou que l’on juge pas bon ou pas apte, on ne peut pas le ou la rayer ».

De fait et compte te­nu de la taille de la com­mune - plus de 1 000 ha­bi­tants - de­puis le re­grou­pe­ment (Bourg­the­roulde - Thuit-Hé­bert et Bosc-Bé­nardCom­min), l’élec­tion est sou­mise à un cadre spé­ci­fique qui est ce­lui du scru­tin de liste. Les élec­teurs dé­si­gne­ront les 29 élus qui sié­ge­ront au fu­tur con­seil mu­ni­ci­pal ain­si que ceux d’entre eux qui les re­pré­sen­te­ront à la com­mu­nau­té de com­munes Rou­mois-Seine.

Deux vi­sions op­po­sées

En fait de liste, deux sont pré­sentes et briguent les suf­frages de la po­pu­la­tion. Deux listes qui s’op­posent. Deux listes qui pro­posent deux vi­sions as­sez op­po­sées de l’ave­nir de la com­mune. Vincent Mar­tin mène l’une, et Em­ma­nuel Al­li­gier l’autre. Le pre­mier, maire dé­lé­gué sor­tant de Bourg­the­roulde- In­fre­ville, s’ins­crit dans la conti­nui­té de l’ac­tion que la mu­ni­ci­pa­li­té sor­tante a en­ga­gée avec à la clef un pro­jet phare : la construc­tion d’une mé­dia­thèque. Le se­cond, is­su de l’op­po­si­tion sor­tante, pré­co­nise une forme de ri­gueur bud­gé­taire sans tou­te­fois s’op- po­ser à la réa­li­sa­tion de pro­jets struc­tu­rants.

« Il existe bien des dif­fé­rences entre les deux listes qui portent sur des su­jets de fond, confirme Em­ma­nuel Al­li­gier. Et no­tam­ment en ce qui concerne le pro­jet de pro­mo­tion im­mo­bi­lière à proxi­mi­té du ci­me­tière, ou en­core ce­lui de la mé­dia­thèque. On a beau nous af­fir­mer que cette mé­dia­thèque se­ra sub­ven­tion­née à 80 %, il n’em­pêche que le pro­jet s’élève à 1,9 mil­lion d’eu­ros. Ce­la nous pa­raît dé­me­su­ré. Nous pen­sons qu’un pro­jet à moindre coût est pré­fé­rable, car même sub­ven­tion­née ce­la reste de l’ar­gent pu­blic. Ce­la étant, nous sommes bien cons­cients que la ré­ha­bi­li­ta­tion des an­ciennes écu­ries du châ­teau est une né­ces­si­té… et nous y sommes fa­vo­rables ».

Vincent Mar­tin, qui as­pire à prendre la suc­ces­sion de Bru­no Ques­tel le maire dé­mis­sion­naire suite à son élec­tion comme dé­pu­té, dé­nonce cette vi­sion des choses qu’il qua­li­fie vo­lon­tiers de pas­séiste. « D’un cô­té il y a nos op­po­sants qui sou­haitent que tout soit fi­gé et reste sous cloche, sou­ligne Vincent Mar­tin. Et de l’autre cô­té nous pro­po­sons de faire évo­luer la com­mune en res­pec­tant l’équi­libre ru­ral et ur­bain, avec des pro­jets im­mo­bi­liers mais aus­si la construc­tion de 60 nou­veaux lo­ge­ments. La pré­sence de ces deux listes est in­té­res­sante car ce­la per­met une confron­ta­tion d’idées avec des élé­ments de dé­bats vrai­ment dif­fé­rents ».

Une par­ti­ci­pa­tion in­cer­taine

Quant à la fa­çon de me­ner cam­pagne, les mé­thodes di­vergent pour les deux can­di­dats et leurs co­lis­tiers. « Nous n’or­ga­ni­sons pas de réunion pu­blique, car par ex­pé­rience nous sa­vons que les gens ne se dé­placent plus, ex­plique Em­ma­nuel Al­li­gier, en pré­sence de bon nombre de ses co­lis­tiers mo­bi­li­sés et pré­sents sur le mar­ché du sa­me­di ma­tin dans le bourg centre. En re­vanche nous avons fait beau­coup de portes à portes et nous ren­con­trons les gens sur le mar­ché ». Du cô­té de Vincent Mar­tin et de ses co­lis­tiers : « pas be­soin de se sur­ex­po­ser, nous n’avons rien chan­gé à nos ha­bi­tudes d’élus pré­sents sur le ter­rain ». Tou­te­fois, une réunion pu­blique est pro­gram­mée jeu­di 14 sep­tembre, en soi­rée à l’es­pace Gil­bert Mar­tin.

Reste que dans un cas comme dans l’autre les can­di­dats ne dis­posent plus que de quelques heures pour convaincre les élec­teurs. Et en pre­mier lieu de se dé­pla­cer pour al­ler vo­ter.

A l’image d’un jour de mar­ché plu­vieux en ce dé­but de mois de sep­tembre, la cam­pagne élec­to­rale ne mo­bi­lise guère la po­pu­la­tion.

Vincent Mar­tin (à gauche) en com­pa­gnie de Jacques Au­vard, le maire dé­lé­gué sor­tant de Bosc-Bé­nard-Com­min qui briguent un nou­veau man­dat.

Em­ma­nuel Al­li­gier (à droite) en pré­sence cer­tains de co­lis­tiers partent à la ren­contre des élec­teurs sur le mar­ché de Bourg­the­roulde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.