Vincent Martin suc­cède à Bru­no Ques­tel

Agé de 38 ans, Vincent Martin suc­cède à Bru­no Ques­tel à la tête de la com­mune de Grand Bourgtheroulde. Trois maires dé­lé­gués et sept ad­joints l’en­tourent. Mais l’op­po­si­tion re­grette un manque d’ou­ver­ture.

Le Courrier de l'Eure - - La Une - An­tho­ny Bon­net

Le tour de table s’est consi­dé­ra­ble­ment amin­ci au conseil mu­ni­ci­pal de Grand Bourgtheroulde après l’élec­tion mu­ni­ci­pale par­tielle du 17 sep­tembre. De 42 élus en juillet der­nier, ils n’étaient plus que 29 ven­dre­di 23 sep­tembre. Cette nou­velle confi­gu­ra­tion a même per­mis à la séance de se dé­rou­ler à l’hô­tel de ville, alors que les réunions étaient dé­lo­ca­li­sées au centre Gil­bert Martin de­puis la créa­tion de la com­mune nou­velle en jan­vier 2016.

« Tout faire pour ne pas vous dé­ce­voir »

Sans sur­prise, après la vic­toire de sa liste le di­manche pré­cé­dent (55,15 % des suf­frages), Vincent Martin a été élu maire de Grand Bourgtheroulde avec 23 voix. Les six membres de l’op­po­si­tion, qui n’ont pas pré­sen­té de can­di­dat, ont vo­té blanc. Après les ap­plau­dis­se­ments de la salle, le père de fa­mille de 38 ans a fait part de son émo­tion. « C’est un mo­ment étrange, dit-il. J’ai une pen­sée pour les six col­lègues de la liste qui ne sont pas pré­sents au­tour de cette table et pour les autres élus qui se sont re­ti­rés lors de la cons­ti­tu­tion de la liste. » « J’ai une pen­sée aus­si pour mes proches, mes pa­rents et mes grands- pa­rents, qui m’ont don­né en­vie de m’en­ga­ger » , ajoute ce­lui qui a gran­di à Bourgtheroulde.

Ad­joint aux fi­nances, maire dé­lé­gué, en charge du lourd dos- sier de la sta­tion d’épu­ra­tion ces der­nières an­nées, il était des­ti­né à oc­cu­per cette fonc­tion. C’est « le meilleur d’entre nous » a même écrit Bru­no Ques­tel sur les ré­seaux so­ciaux, en ré­fé­rence à la cé­lèbre phrase de Jacques Chi­rac à pro­pos d’Alain Jup­pé. Le dé­pu­té de la 4e cir­cons­crip­tion de l’Eure, as­sis dans les rangs du pu­blic ven­dre­di soir, avait fait de Vincent Martin son suc­ces­seur dé­si­gné. Ce­lui- ci n’a pas man­qué de lui rendre hom­mage. « Ja­mais je n’au­rai pen­sé à ce­la quand tu es ve­nu me cher­cher et que j’étais dans l’op­po­si­tion. Je tiens à te re­mer­cier pour tout. » Le nou­veau pre­mier ma­gis­trat de la com­mune sait que ce man­dat, exi­geant en termes d’in­ves­tis­se­ment, au­ra « un im­pact sur la vie fa­mi­liale » . « Je vais tout faire pour ne pas vous dé­ce­voir » , pro­met Vincent Martin aux membres du conseil mu­ni­ci­pal.

Trois maires dé­lé­gués et sept ad­joints

Il se­ra en­tou­ré par une équipe d’élus fi­dèles. Jacques Au­vard et Da­niel Hue res­tent maires dé­lé­gués de Bosc-Bé­nard-Com­min et Thuit-Hé­bert. Les deux ont an­non­cé qu’il s’agi­rait de leur der­nier man­dat et qu’ils pas­se­ront la main en 2020. Di­dier Pa­rin, quant à lui, ac­cède à la fonc­tion de maire dé­lé­gué de Bourgtheroulde-In­fre­ville et conti­nue­ra de gé­rer les dos­siers liés à l’ur­ba­nisme. « Ce­la na va rien chan­ger à mon engagement et à ma pré­sence, si­gnale-t-il. Je suis d’abord élu de ma com­mune, au ser­vice de ses ha­bi­tants. »

Myriam Fer­lin (af­faires gé­né­rales, ci­toyen­ne­té, fi­nances), Jo­sette Val­lée (af­faires sco­laires, trans­port et res­tau­ra­tion sco­laire), Erick Pois­son ( tra­vaux, bâ­ti­ments pu­blics, voi­rie, éclai­rage, fleu­ris­se­ment), Mu­riel Que­not ( culture et pro­jet de mé­dia­thèque), Sté­phane Le­clerc ( équi­pe­ments et parcs lu­diques), Flo­rence Guim­bard (af­faires so­ciales et lo­ge­ments so­ciaux, CCAS et re­la­tions avec les com­mer­çants) et Thier­ry Jar­del ( com­mu­ni­ca­tion, as­so­cia­tions, conseil de dé­ve­lop­pe­ment du­rable) oc­cupent les sept postes d’ad­joints, se­lon l’ar­rê­té de dé­lé­ga­tion si­gné ce lun­di 25 sep­tembre par le maire.

Pas de poste pour l’op­po­si­tion

Vincent Martin a échan­gé avec Em­ma­nuel Al­li­gier après les ré­sul­tats du scru­tin. Les deux an­ciens ad­ver­saires veulent en­tre­te­nir des rap­ports se­reins et construc­tifs, dans un cli­mat plus apai­sé que lors de la pré­cé­dente man­da­ture. « Nous es­saye­rons de trou­ver un fonc­tion­ne­ment pour as­so­cier son équipe dans le tra­vail » , in­dique le maire. Mais cette pre­mière réunion a lais­sé sur sa faim le chef de file de l’op­po­si­tion.

« J’au­rais es­pé­ré qu’il y ait un peu d’ou­ver­ture et qu’il nous pro­pose, forts de nos 45 % aux élec­tions, un ou deux postes pour les com­mis­sions », confiait après coup Em­ma­nuel Al­li­gier. « Je res­pecte Vincent Martin, car il tra­vaille pour la com­mune et quand je lui pose des ques­tions, j’ai des ré­ponses. Mais il n’y a pas eu d’ou­ver­ture et je suis dans l’op­po­si­tion puisque tel a été son sou­hait. »

Mu­riel Que­not, Jacques Au­vard, Da­niel Hue, Di­dier Pa­rin, Vincent Martin, Myriam Fer­lin, Jo­sette Val­lée, Sté­phane Le­clerc et Thier­ry Jar­del, ven­dre­di 22 sep­tembre à l’hô­tel de ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.