Les profs du col­lège Ga­li­lée en grève

Le Courrier de Mantes - - Limay - R.V.

Les pro­fes­seurs du col­lège Ga­li­lée se sont mis en grève, ce ven­dre­di. « Ren­dez-nous notre CPE ! » C’est le mes­sage qu’ils ont af­fi­ché, sur une ban­de­role, à l’en­trée de cet éta­blis­se­ment de près de 550 élèves. Ils ré­clament l’em­bauche d’un conseiller prin­ci­pal d’édu­ca­tion (CPE) à mi-temps, en plus du CPE qui exerce à plein-temps. Ce poste, sup­pri­mé en juin der­nier, avait été créé à la ren­trée 2014.

90 % de gré­vistes

Dans les col­lèges et ly­cées, les CPE sont char­gés du sui­vi des élèves et de l’or­ga­ni­sa­tion de la vie sco­laire. Le su­jet mo­bi­lise par­ti­cu­liè­re­ment les pro­fes­seurs. La grève est sui­vie par 90 % d’entre eux. « Dans ce contexte, nous crai­gnons une mul­ti­pli­ca­tion des in­ci­dents et des vio­lences », s’in­quiète une en­sei­gnante d’his­toire-géo.

« Notre éta­blis­se­ment ac­cueille des élèves en grandes dif­fi­cul­tés : Eg­pa (en­sei­gne­ment gé­né­ral et pro­fes­sion­nel adap­té), Ulis (han­di­cap). Et de­puis quelques an­nées, on se rend compte qu’il y a aus­si un pro­blème de har­cè­le­ment, ex­plique Ben­ja­min Fa­bas, prof de sports du col­lège et dé­lé­gué du Syn­di­cat na­tio­nal de l’édu­ca­tion phy­sique (Snep). Le sui­vi des élèves sur la vie sco­laire est as­su­ré par le CPE. Dans ces condi­tions, confier ce tra­vail à une seule per­sonne nous semble lar­ge­ment in­suf­fi­sant. »

Sou­tien des pa­rents d’élèves

Des re­pré­sen­tants des pro­fes­seurs ont ren­con­tré l’Ins­pec­tion aca­dé­mique, jeu­di à Guyan­court, pour ob­te­nir le re­tour du CPE sup­plé­men­taire. Les né­go­cia­tions ont échoué. « On nous dit que c’est fi­nan­ciè­re­ment im­pos­sible et que nous ne ren­trons pas dans les cri­tères,

pré­cise un en­sei­gnant. Comme nous ne sommes pas clas­sés en Rep (Ré­seau d’édu­ca­tion

prio­ri­taire), nous ne pou­vons pas avoir ce de­mi-poste. Pour en­trer dans cette case, 40 % de notre ef­fec­tif de­vrait être com­po­sé d’élèves is­sus de mi­lieux dé­fa­vo­ri­sés. Nous sommes à 34 %. »

Dans leur com­bat, les pro­fes­seurs peuvent comp­ter sur le sou­tien « to­tal » des pa­rents d’élèves. « Cette em­bauche est né­ces­saire pour le bien-être de nos en­fants », es­time Va­nes­sa Lan­dry, dé­lé­guée FCPE sur le col­lège, pré­sente à la réunion avec la Di­rec­tion aca­dé­mique. « Il y a des in­co­hé­rences dans leur dis­cours, in­dique-t-elle. Notre in­ter­lo­cu­teur a dit que les be­soins pour l’éta­blis­se­ment étaient les mêmes que l’an der­nier. Alors pour­quoi sup­pri­mer ce poste ? »

Contac­tée, la Di­rec­tion aca­dé­mique, n’a pas pu pour l’ins­tant ap­por­ter de pré­ci­sions. Le mou­ve­ment des en­sei­gnants pour­rait se pour­suivre cette se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.