Can­dice Pa­rise a fait de sa voix son mé­tier

Can­dice Pa­rise a fait du chant son mé­tier. La jeune femme, qui a ef­fec­tué une par­tie de sa sco­la­ri­té à Crois­sy-sur-seine, est ac­tuel­le­ment en­ga­gée dans le concours de TF1, The Voice.

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - L’ACTU DU DÉPARTEMENT - S.R.

Can­dice Pa­rise a gran­di à Bou­gi­val puis à Crois­sy-sur­seine. « J’y ai vé­cu jus­qu’à mes vingt-quatre ans et ma fa­mille y ré­side tou­jours. Avec mon frère nous avons in­té­gré l’école amé­ri­caine à Saint-cloud puis j’ai été sco­la­ri­sée à la fin du pri­maire et au col­lège à Crois­sy-sur-seine avant de re­joindre le Ly­cée in­ter­na­tio­nal de Saint-ger­main-en-laye. »

La Crois­si­lonne est par­tie en­suite à Londres afin d’y ap­prendre l’art de la co­mé­die mu­si­cale. « J’ai eu l’op­por­tu­ni­té de pas­ser une au­di­tion pour la co­mé­die mu­si­cale « Hair » en France alors que j’étais en An­gle­terre. J’ai réus­si le cas­ting et ce pro­jet a du­ré un an avant que je ne sois en­ga­gée sur d’autres spec­tacles, « Notre Dame de Pa­ris » puis « Ro­méo et Ju­liette ». À mon re­tour d’une longue tour­née en Asie, je suis ve­nue me res­sour­cer à Crois­sy. »

Pre­mier contrat à dix-huit ans

Can­dice Pa­rise a dû choi­sir entre le chant et une autre de ses pas­sions, l’équi­ta­tion. « Je fai­sais des concours d’équi­ta­tion mais ma mère a vu que j’étais pas­sion­née par le chant et elle a dé­ci­dé de m’ai­der à en faire mon mé­tier. » La chan­teuse a pris des cours dès l’âge de 11 ans avant de com­men­cer des au­di­tions. « Au­jourd’hui, j’ai une cer­taine ex­pé­rience d’au­tant que j’ai te­nu plu­sieurs rôles prin­ci­paux. » An­cienne me­neuse de re­vue en Al­sace, Can­dice Pa­rise a été en­ga­gée en 2016 afin d’as­su­rer le chant des spec­tacles d’ho­li­day on ice.

« Mon tout pre­mier contrat a consis­té à chan­ter sur un ba­teau de croi­sière pen­dant six mois dans les Ca­raïbes, à dix­huit ans à peine ! » La jeune femme de vingt-neuf ans n’est pas du genre à se plaindre et elle est heu­reuse de « ren­con­trer beau­coup de gens grâce à son mé­tier ». « Dans ce mi­lieu il faut sa­voir gar­der la tête sur les épaules, faire confiance tout en se mé­fiant. Et être te­nace ! »

La jeune femme a for­mé son oreille avec le jazz et le sex­tet « La Rive droite, rive gauche » dont le res­pon­sable est aus­si croi­sillon. « J’écoute tous les styles. Je fonc­tionne au coup de coeur et le jazz est une mu­sique très riche. »

L’aven­ture The Voice

L’aven­ture The Voice, la jeune femme l’a com­men­cée en pas­sant à l’au­tomne der­nier plu­sieurs au­di­tions de­vant des res­pon­sables de TF1 et des pro­fes­sion­nels de la mu­sique. « Ce sont eux qui ont dé­ci­dé si je pou­vais in­té­grer le pro­gramme. J’ai pu in­ter­pré­ter la chan­son que je vou­lais, Take me the church, de Ho­zier. J’ai chan­té avec mon pia­niste qui m’a ac­com­pa­gnée en­suite sur le pla­teau de la pre­mière émis­sion. »

La Crois­sillonne a pu re­joindre l’équipe de Florent Pa­gny. « Trois « coachs » se sont re­tour­nés lors de ma pres­ta­tion et j’ai choi­si de re­joindre Florent. C’est quel­qu’un dont j’ad­mire le tra­vail, la car­rière… qui a une grande ex­pé­rience. C’est l’ar­tiste en­vers le­quel j’avais le plus confiance du fait de mon par­cours. C’est fa­cile de tra­vailler avec lui. »

Elle va par­ti­ci­per à une « bat­tle ». « Je vais être op­po­sée à une autre per­sonne de la même équipe. Après une épreuve ul­time, quatre chan­teurs de mon groupe pas­se­ront en live à la té­lé à par­tir du mois de mai. Même si je ne rem­porte pas le concours, je n’au­rai pas de re­grets. Par­ti­ci­per à The Voice per­met d’avoir une grande vi­si­bi­li­té. »

Ac­tuel­le­ment en­ga­gée dans un groupe de coun­try-folk, la chan­teuse am­bi­tionne de par­tir en­suite aux États-unis afin de tra­vailler sur un nou­veau pro­jet mu­si­cal avec des au­teurs-com­po­si­teurs.

Am­bas­sa­drice d’une as­so­cia­tion pour les mal­en­ten­dants

Can­dice Pa­rise est aus­si l’am­bas­sa­drice d’une as­so­cia­tion qui s’oc­cupe des per­sonnes souf­frant de dé­fi­cience au­di­tive. « Cette as­so­cia­tion, qui oeuvre en France et à l’étran­ger, per­met la prise en charge d’ap­pa­reils au­di­tifs usa­gés qui sont re­mis à neuf et don­nés à des gens dans le be­soin, des sans­do­mi­cile-fixe, des en­fants nés avec une mal­for­ma­tion au­di­tive… »

La jeune femme a as­sis­té à deux séances au cours des­quelles des mal­en­ten­dants ont été ap­pa­reillés.

« J’étais très émue de voir ces per­sonnes en­tendre pour la pre­mière fois. J’es­saye d’être la meilleure am­bas­sa­drice pos­sible. »

Fon­da­tion Air France

La chan­teuse a été mise en re­la­tion avec l’as­so­cia­tion par le biais de son pia­niste.

« Il était am­bas­sa­deur de­puis plu­sieurs an­nées. J’ai ren­con­tré les femmes à l’ori­gine de cette as­so­cia­tion qui a re­çu le prix de la Fon­da­tion Air France et je m’y suis in­té­res­sée. »

Can­dice Pa­rise en­cou­rage les spec­ta­teurs de ses concerts à pro­té­ger leur au­di­tion. « Que l’on soit ou non dans le monde de la mu­sique, nous sommes dans un en­vi­ron­ne­ment qui sol­li­cite beau­coup nos oreilles. On peut éco­no­mi­ser son au­di­tion avec des filtres. J’en mets ré­gu­liè­re­ment. On es­time qu’un en­fant qui naît au­jourd’hui au­ra be­soin à l’âge de vingt-quatre ans d’être ap­pa­reillé !… »

(© Bu­reau 233/Shine France/tf1).

Can­dice Pa­rise va chan­ter lors de ga­las or­ga­ni­sés par l’uni­cef

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.