Le maire s’en­gage à ne pas aug­men­ter les im­pôts

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - LA VILLE EN PARLE - S.R.

« Il est très im­por­tant à nos yeux de ne pas aug­men­ter les im­pôts même si avec le contexte éco­no­mique ce­la de­vient de plus en plus dif­fi­cile. » Lau­rence Ber­nard a par­lé d’un « nombre im­por­tant de chô­meurs ».

« Je suis sou­vent sur le ter­rain et je sens qu’aug­men­ter les im­pôts n’est pas une éven­tua­li­té. Les gens n’en peuvent plus. Il faut ab­so­lu­ment que nous conti­nuions à in­ves­tir sans tou­cher aux im­pôts. » L’édile a ex­pli­qué que la Ville doit en­tre­te­nir et ré­no­ver son pa­tri­moine. « Il est hors de ques­tion de bais­ser les bras, d’au­tant plus que nous vou­lons avan­cer sur le « Coeur de ville » et sur l’achat des ter­rains. For­cé­ment ce­la a un coût. »

La Ville a mis en place en dé­cembre der­nier de nou­veaux ta­rifs pour la res­tau­ra­tion scolaire et les centres de loi­sirs. « J’es­père que ce­la va avoir un im­pact po­si­tif. »

Baisse des sub­ven­tions

Lau­rence Ber­nard a ex­pli­qué que la do­ta­tion glo­bale de fonc­tion­ne­ment (dgf) de­vrait « di­mi­nuer à nou­veau » en 2017 de 400 000 eu­ros et « pas­ser sous la barre des deux mil­lions ». « Elle est en train de fondre comme neige au so­leil, c’est un peu déses­pé­rant car de notre cô­té nous fai­sons des ef­forts. »

En ce qui concerne les sub­ven­tions d’or­ga­nismes comme le Dé­par­te­ment et la Ré­gion, la si­tua­tion n’est pas plus brillante. « De nom­breuses sub­ven­tions sont en di­mi­nu­tion, comme dans le sec­teur de la pe­tite en­fance, ce qui ne nous em­pêche pas d’es­sayer d’en avoir un maxi­mum mais ce n’est plus comme au­tre­fois… »

L’édile a abor­dé le thème de l’in­ter­com­mu­na­li­té. « J’es­père que les at­tri­bu­tions de com­pen­sa­tion se­ront ver­sées dans leur in­té­gra­li­té. Voi­là où nous en sommes au­jourd’hui ! Il faut en avoir bien conscience. Nous ne sommes pas dans une in­ter­com­mu­na­li­té qui est riche. » Lau­rence Ber­nard l’a dit à plu­sieurs re­prises, « face à tous ces élé­ments elle ne veut pas bais­ser les bras ».

Maî­trise des dé­penses de fonc­tion­ne­ment

« La pre­mière chose à faire est de conti­nuer in­las­sa­ble­ment ce que nous fai­sons de­puis des an­nées main­te­nant. » L’édile a fait al­lu­sion à « une maî­trise » des dé­penses de fonc­tion­ne­ment. « Je tiens à re­mer­cier les ser­vices et à vous an­non­cer que le compte ad­mi­nis­tra­tif se­ra une fois en­core très bon. Nous al­lons pou­voir comp­ter avec un ex­cé­dent de fonc­tion­ne­ment très sa­tis­fai­sant. » Les dé­penses de per­son­nel fi­gurent dans ces dé­penses. « Les co­ti­sa­tions so­ciales et le smic vont être en hausse en 2017. Mal­gré ces contraintes bud­gé­taires nous vou­lons rendre des ser­vices de qua­li­té aux Al­pi­cois, c’est es­sen­tiel. »

La com­mune a dé­ci­dé de mettre plus de bud­get dans ses centres de loi­sirs. « Nous nous sou­cions aus­si de nos as­so­cia­tions. Il n’y au­ra donc pas de baisse de leurs sub­ven­tions. » L’élu d’op­po­si­tion Mi­chel Stof­fel a aler­té le maire sur le rond-point si­tué de­vant la Poste, qu’il juge dan­ge­reux, et sur la si­gna­li­sa­tion des­ti­née aux cy­clistes. L’al­pi­cois a évo­qué en­suite les em­prunts pris pour la re­cons­truc­tion de l’école Nor­man­die-nie­men. « Ils de­vaient être rem­bour­sés sur plu­sieurs gé­né­ra­tions or nous pre­nons ac­tuel­le­ment sur le bud­get de fonc­tion­ne­ment. Cet ar­gent pour­rait ser­vir à autre chose comme à mettre en place une na­vette vers la cli­nique de l’eu­rope pour les per­sonnes âgées », a-t-il fait re­mar­quer.

Lau­rence Ber­nard a évo­qué la ré­no­va­tion du gym­nase Mar­cel­vil­le­neuve, de l’église et la place du nu­mé­rique dans les écoles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.