Le prince Al­bert en vi­site chez Cas­ti­glio­ni

Son Al­tesse Sé­ré­nis­sime le prince Al­bert II de Mo­na­co a ren­du vi­site à la veuve de Lui­gi Cas­ti­glio­ni, le 23 fé­vrier à Mai­sons-laf­fitte, là même où l’ar­tiste a vé­cu entre 1979 et sa dis­pa­ri­tion en 2003 à 66 ans. Un lien très fort unis­sait Cas­ti­glio­ni à la

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - LA UNE - Da­vid Gou­dey

Ren­contre en 1995 L’hu­ma­nisme en par­tage « On res­sent son âme ici »

Il a te­nu sa pro­messe. Pro­fi­tant de la soi­rée de ga­la cé­lé­brant le 10e an­ni­ver­saire de sa fon­da­tion oeu­vrant pour la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et la pro­mo­tion du dé­ve­lop­pe­ment du­rable, or­ga­ni­sée la veille au soir salle Ga­veau à Pa­ris, le prince Al­bert II de Mo­na­co a ren­du vi­site le 23 fé­vrier à Ter­si­lia Cas­ti­glio­ni dans sa mai­son de la rue Pue­bla à Mai­sons-laf­fitte. La veuve de Lui­gi Cas­ti­glio­ni, hé­ri­tière et mé­moire de l’oeuvre de son ma­ri (dis­pa­ru en 2003 à l’âge de 66 ans), a gui­dé le sou­ve­rain mo­né­gasque pen­dant deux heures et de­mi dans ce lieu char­gé d’art et d’his­toire, où le peintre ita­lien a vé­cu et tra­vaillé entre 1979 et l’an­née de sa mort.

Un lien très fort unis­sait de­puis 1995 l’ar­tiste qui a ré­vo­lu­tion­né l’af­fiche spor­tive - avec sa mise en scène du Cham­pion­nat du monde de boxe Mon­zon­bout­tier en 1972 - à la prin­ci­pau­té de Mo­na­co et au prince. Cette an­née-là, dans le cadre du Spor­tel, la conven­tion in­ter­na­tio­nale du sport bu­si­ness et des mé­dias or­ga­ni­sée chaque an­née sur le Ro­cher, une pre­mière ex­po­si­tion consa­crée au tra­vail de Cas­ti­glio­ni est mise sur pied. Ses ta­bleaux oni­riques re­vien­dront s’ins­tal­ler au pa­lais des congrès mo­né­gasque puis sous un cha­pi­teau à l’oc­ca­sion de cet évé­ne­ment, chaque an­née jus­qu’à sa dis­pa­ri­tion. L’écrin du Ca­si­no lui se­ra éga­le­ment dé­dié, en 2001, dans le cadre d’une autre ex­po­si­tion.

L’amour du sport et la dé­fense des causes hu­ma­ni­taires sont le trait d’union entre l’ar­tiste et le sou­ve­rain. Lui­gi Cas­ti­glio­ni a d’ailleurs créé pour Mo­na­co plu­sieurs oeuvres pour les opé­ra­tions ca­ri­ta­tives et les évé­ne­ments spor­tifs de la prin­ci­pau­té.

Cet at­ta­che­ment au peintre se per­pé­tue au-de­là de sa mort. En 2007 puis en 2008, Mo­na­co a ain­si émis deux timbres ins­pi­rés des oeuvres de l’ar­tiste. Un pre­mier à 0,54 eu­ro pour cé­lé­brer le 150e an­ni­ver­saire de l’ap­pa­ri­tion de Ber­na­dette Sou­bi­rous à Lourdes (voir ci-des­sous), un se­cond à 0,50 eu­ro pour an­non­cer le 52e congrès bis­an­nuel de l’union in­ter­na­tio­nale de pa­ti­nage sur le Ro­cher. Le sou­ve­nir de Cas­ti­glio­ni ha­bite d’ailleurs tou­jours au sens propre du terme le pa­lais prin­cier. Le ta­bleau of­fert à Al­bert par l’ar­tiste (voir ci-contre) n’a ja­mais quit­té le bu­reau du sou­ve­rain mo­né­gasque.

« Ho­no­rée et tou­chée » par cette vi­site pri­vée à Mai­sons­laf­fitte, Ter­si­lia Cas­ti­glio­ni a fait dé­cou­vrir pas à pas la mai­so­na­te­lier-mu­sée de son ma­ri. Après avoir été sur­pris par les fresques dé­co­rant la fa­çade, les vo­lets du pa­tio et l’al­lée de la de­meure, le prince a été to­ta­le­ment stu­pé­fait à son en­trée dans la mai­son. « On res­sent tout de suite son âme ici », a-t-il confié à Ter­si­lia.

La gar­dienne du temple a en­suite conduit le sou­ve­rain, ac­com­pa­gné de l’am­bas­sa­drice de Mo­na­co à l’unesco et de Jo­seph Zor­gniot­ti, un ami mo­né­gasque du couple Cas­ti­glio­ni, à l’étage, dans l’ate­lier du maître. Là, il s’est no­tam­ment at­tar­dé de­vant le cé­lèbre Votre So­li­da­ri­té. Cette toile de 1982, re­pré­sen­tant la Pologne en vi­sage de femme ver­sant une larme de sang, a été réa­li­sée pour une campagne de Mé­de­cins du Monde. Il n’a pas ré­sis­té en­fin au plai­sir de prendre en main le pin­ceau que Cas­ti­glio­ni avait uti­li­sé pour la barbe du por­trait du grand Lu­cia­no Pa­va­rot­ti.

Al­bert II, ici avec Jacques Myard (dé­pu­té-maire de Mai­sons-laf­fitte) et Yvette Lam­bin Ber­ti (am­bas­sa­drice de Mo­na­co à l’unesco), s’est vu of­frir Aqua­vi­va (1983) par Ter­si­lia Cas­ti­glio­ni (DR et GLP).

Ce ta­bleau réa­li­sé spé­cia­le­ment par Lui­gi Cas­ti­glio­ni trône de­puis dans le bu­reau du sou­ve­rain mo­né­gasque. Cette oeuvre re­pré­sente la prin­ci­pau­té. On y re­trouve le bleu de la mer Mé­di­ter­ra­née, les jar­dins exo­tiques et les ar­moi­ries mo­né­gasques. Le gant de boxe est au­tant un sym­bole de force qu’un clin d’oeil à la pas­sion du prince Al­bert II (pho­tos DR).

Lui­gi Cas­ti­glio­ni a réa­li­sé pour la prin­ci­pau­té de Mo­na­co l’af­fiche du Cham­pion­nat du monde de pous­sée de bob en 1998 et celle du tour­noi de tennis de Monte-car­lo en 2001 (DR).

En 2007, pour cé­lé­brer le 150e an­ni­ver­saire de l’ap­pa­ri­tion à Lourdes de la Vierge Ma­rie à Ber­na­dette Sou­bi­rous, la prin­ci­pau­té a émis un timbre re­pre­nant l’af­fiche réa­li­sée par Cas­ti­glio­ni pour le film Ber­na­dette, sor­ti en 1988 (DR).

Lui­gi Cas­ti­glio­ni (1936-2003).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.