Sur le fil du ra­soir…

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - FAITS DIVERS - F.D.

Dix ans. La loi pré­voit ce dé­lai en ma­tière de pres­crip­tion pour un as­sas­si­nat. Dans cette af­faire, la dis­pa­ri­tion de Phi­lippe Pi­co a été dé­cla­rée le 16 dé­cembre 1996. La ré­vé­la­tion de la soeur de Fa­brice Motch a eu lieu le 18 avril 2008. La dé­cen­nie est donc écou­lée. Lo­gi­que­ment, le crime ne peut être ju­gé.

La chambre de l’ins­truc­tion s’est ap­puyée sur une cer­taine lo­gique pour per­mettre à la cour d’as­sises de se réunir. Se­lon elle, rien ne per­met­tait de « consi­dé­rer la dis­pa­ri­tion de Phi­lippe Pi­co comme in­quié­tante » jus­qu’aux ré­vé­la­tions de Va­lé­rie. De telle sorte, au­cune en­quête plus pous­sée n’a pu être dé­clen­chée, « toutes les ma­noeuvres pour ca­cher la mort de Phi­lippe Pi­co et pour ac­cré­di­ter la ver­sion d’un dé­part vo­lon­taire (en Bre­tagne) » ayant été uti­li­sées. Des ar­gu­ments re­pris par les soeurs et frère de la vic­time.

La chambre de l’ins­truc­tion ob­tien­dra sa­tis­fac­tion au­près de la Cour de cas­sa­tion mal­gré de mul­tiples ap­pels de la dé­fense.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.