Houilles. École Dé­traves : le ras-le-bol des pa­rents d’élèves

Les ser­vices pé­ri­sco­laires ne sont sys­té­ma­ti­que­ment pas as­su­rés de­puis mars der­nier, lors des jours de grève, à l’école Dé­traves. Les pa­rents d’élèves ré­clament plus de jus­tice dans les ar­bi­trages de la mairie.

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - L’ACTU DU DÉPARTEMENT - Da­vid Gou­dey

Le re­frain est connu mais la ren­gaine commence sé­rieu­se­ment à les las­ser. Alors qu’une nou­velle grève na­tio­nale se pro­file ce jeu­di 16 no­vembre, les pa­rents d’élèves de l’école Guillaume-et-jean-dé­traves ré­clament avec force un peu plus de consi­dé­ra­tion.

De­puis la ren­trée, cinq grèves ont dé­jà per­tur­bé le quo­ti­dien des éta­blis­se­ments de la ville. Les 12 et 21 sep­tembre, puis les 10, 18 et 19 oc­tobre. Et le constat est sans ap­pel : Dé­traves a été le seul des sept groupes sco­laires pri­maires de la com­mune à ne bé­né­fi­cier sur l’en­semble de ces jours-là d’au­cun ser­vice mi­ni­mum dans le cadre du pé­ri­sco­laire (ac­cueil du ma­tin et du soir, can­tine, étude, TAP). Le ser­vice de trans­port scolaire, spé­ci­fique à l’éta­blis­se­ment, n’a lui non plus pas été as­su­ré.

Ce­la avait dé­jà été le cas lors de l’an­née 2016/2017, où trois mou­ve­ments de grève avaient été re­cen­sés (19 sep­tembre et 29 no­vembre 2016 puis le 7 mars der­nier). « Les pa­rents sont obli­gés de po­ser un jour de congé. Ils pètent les plombs ! ré­sume Nel­ly Du­thoit au nom de la FCPE. On ne re­met ab­so­lu­ment pas en cause le droit de grève. En re­vanche, on ne com­prend pas pour­quoi nous sommes tou­jours les seuls im­pac­tés. »

Les as­so­cia­tions de pa­rents d’élèves ont dé­jà adres­sé deux cour­riers aux ser­vices mu­ni­ci­paux, en mars puis dé­but sep­tembre, pour ex­pri­mer leurs pré­oc­cu­pa­tions et leur mé­con­ten­te­ment. Le su­jet a été à nou­veau abor­dé dé­but oc­tobre à l’oc­ca­sion d’une réunion gé­né­rale sur le pé­ri­sco­laire. « On in­voque à chaque fois la ques­tion de la sé­cu­ri­té, ex­pose Nel­ly Du­thoit. On a l’im­pres­sion sur­tout que les écoles du cen­tre­ville sont pri­vi­lé­giées. »

Les or­ga­ni­sa­tions de pa­rents d’élèves (FCPE, PEEP et AAPEH) ont dé­ci­dé de pas­ser à la vi­tesse su­pé­rieure. Une pé­ti­tion, réunis­sant 288 si­gna­tures (N.D.L.R. : 380 élèves fré­quentent l’école), a été adres­sée fin oc­tobre à la di­rec­trice des affaires so­ciales, à l’ad­jointe au maire dé­lé­guée aux affaires sco­laires et pé­ri­sco­laires et au res­pon­sable lo­cal de la res­tau­ra­tion et de l’éducation. « Non à la fer­me­ture sys­té­ma­tique du pé­ri­sco­laire à Dé­traves pen­dant les grèves ! ré­clament dé­sor­mais les pa­rents d’élèves. On veut que du per­son­nel non gré­viste soit mo­bi­li­sé y com­pris dans notre école ! »

La contes­ta­tion évoque aus­si un exemple. Le 10 oc­tobre, la moi­tié de l’ef­fec­tif de res­tau­ra­tion était en grève à l’école. Les quatre non gré­vistes ont été en­voyés au Ré­veil-ma­tin pour as­su­rer la per­ma­nence du ser­vice de can­tine. « N’au­rait-on pas pu faire l’in­verse et faire ve­nir des gens à Dé­traves ? », in­ter­rogent les pa­rents d’élèves. Ou en­core : « Pour­quoi nous ré­pond-on, aus­si, que la Ville ne peut pas faire ve­nir des ani­ma­teurs non-gré­vistes des autres écoles vers Dé­traves alors que ceux-ci se rendent sur d’autres écoles ? »

Ces der­niers pro­posent pour­tant des so­lu­tions. Ils se disent ain­si prêts à rem­pla­cer les ani­ma­teurs gré­vistes pour as­su­rer la sé­cu­ri­té et l’en­ca­dre­ment des en­fants qui uti­lisent le car de ra­mas­sage. Les en­sei­gnants, eux, sont d’ac­cord pour gé­rer l’étude de bout en bout.

Cinq grèves de­puis la ren­trée « Les écoles du centre-ville sont pri­vi­lé­giées » Alexandre Jo­ly : « On fait le maxi­mum »

« Je com­prends les gens qui râlent, sou­ligne le maire Alexandre Jo­ly. Mais on ne tran­sige pas avec la sé­cu­ri­té et les choix se font en fonc­tion de cri­tères ob­jec­tifs. Je pré­fère que les ser­vices soient as­su­rés dans quelques écoles plu­tôt que nulle part ! On es­saie à chaque fois de gé­rer de la meilleure fa­çon qui soit. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.