Les péages au­to­rou­tiers plus chers

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - L’ACTU - M.S. et F.C

« Un dé­tes­table ri­tuel », voi­ci comment Jean-claude La­gron, pré­sident de l’as­so­cia­tion A10 gra­tuite, qua­li­fie les hausses des péages au­to­rou­tiers. Sur l’a10, le péage de Dour­dan passe de 1,60 € à 1,70 € et ce­lui d’al­lain­ville, de 3,70 € à 3,80 €.

Ba­sée à Saint-ar­noult, cette as­so­cia­tion, qui ré­clame la gra­tui­té des au­to­routes en Ile-def­rance, juge cette aug­men­ta­tion « scan­da­leuse ». Il ajoute : « Ce sont ain­si 600 000 € sup­plé­men­taires par an que le conces­sion­naire ponc­tion­ne­ra dans les poches des seuls usa­gers fran­ci­liens qui sont contraints chaque jour de prendre leur voi­ture pour se rendre à leur tra­vail et pour leurs dé­pla­ce­ments du quo­ti­dien », dé­ve­loppe Jean-claude La­gron.

Et d’ajou­ter, « les hausses des péages ne se jus­ti­fient pas. En 10 ans, le ra­tio de pro­fi­ta­bi­li­té des conces­sions au­to­rou­tières est pas­sé de 17,7 % à 29,2 %. Ce­lui de Co­fi­route est à 32,8 % ! Le der­nier bi­lan fi­nan­cier du conces­sion­naire de l’a10 montre un ré­sul­tat net de 476,8 M € et un ver­se­ment de 2917,2 M € de di­vi­dendes aux ac­tion­naires, soit plus de 6 fois le ré­sul­tat net. »

« En ou­vrant les as­sises de la mo­bi­li­té le Pré­sident de la Ré­pu­blique, le Pre­mier mi­nistre et les mi­nistres concer­nés chan­taient à l’unis­son que leur prio­ri­té était d’amé­lio­rer ra­pi­de­ment les trans­ports du quo­ti­dien, par­ti­cu­liè­re­ment pour les ter­ri­toires ru­raux ou pé­ri ur­bains dé­lais­sés voire mé­pri­sés de­puis trop long­temps par les po­li­tiques pu­bliques. La réa­li­té est très éloi­gnée des dis­cours pro­non­cés sous les do­rures pa­ri­siennes », juge le pré­sident d’a10 gra­tuite.

Pour la So­cié­té des au­to­routes du Nord et de l’est de la France (Sa­nef) et sa fi­liale la So­cié­té des au­to­routes Pa­ris-nor­man­die (SAPN), l’aug­men­ta­tion est pas­sée à +1,39 % (+ 1,03 % en 2017) de­puis le jeu­di 1er fé­vrier.

Ain­si, à Bu­che­lay le prix passe à 2,70 € quand on quitte la ré­gion pa­ri­sienne. De­puis Caen, le prix à payer à Mantes-sud at­teint 15,5€.

L’au­to­route A14 passe à 8,50 € le ta­rif de base et à 6,20€ le ta­rif ap­pli­cable de lun­di au ven­dre­di de 10h à 16h puis de 21h à 6h du ma­tin. Le péage de Cham­bour­cy n’a pas chan­gé de ta­rif : 2,60 €.

Le conces­sion­naire rap­pelle éga­le­ment l’ef­fet de rat­tra­page de la hausse de la re­de­vance do­ma­niale dé­ci­dée par l’état en 2013, qui ex­plique en par­tie ses nou­veaux ta­rifs. La re­de­vance do­ma­niale a été por­tée de 200 à 300 mil­lions d’eu­ros. En contre­par­tie, il avait été dé­ci­dé que les en­tre­prises pour­raient aug­men­ter les péages de 0,69 % pen­dant trois ans à par­tir de 2016.

Chez Vin­ci, le Du­plex Rueil­vau­cres­son-vé­li­zy pré­sente une mul­ti­tude de ta­rifs se­lon l’heure à la­quelle vous ar­ri­vez à la bar­rière : de 1,5€ (en té­lé­péage) à 12,7 € de 17h à 19h !

Pour­quoi ces aug­men­ta­tions ?

Les so­cié­tés d’au­to­routes peuvent re­le­ver les ta­rifs de trois ma­nières. Elles ont droit de ré­per­cu­ter jus­qu’à 70 % de l’in­fla­tion de l’an­née pré­cé­dente. De plus, elles com­pensent la re­de­vance do­ma­niale ver­sée à l’etat, qui a pro­gres­sé en 2013 pour fi­nan­cer des in­fra­struc­tures et qui se­ra ré­per­cu­tée en 20162018. En­fin, elles ré­in­tègrent à leur gré dans les péages le coût des tra­vaux sup­plé­men­taires réa­li­sés au-de­là des en­ga­ge­ments ins­crits dans les contrats de conces­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.