Le trio de cam­brio­leurs sé­vis­sait près de la gare

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - FAITS DIVERS - Ni­co­las Gior­gi

Trois jeunes âgés de 16 à 18 ans ont été in­ter­pel­lés, mar­di 6 fé­vrier, pour une sé­rie de 8 vols par ef­frac­tion dans une ré­si­dence si­tuée à proxi­mi­té de la gare de Con­flans, leur ter­rain de jeu pré­fé­ré.

Trois ado­les­cents âgés de 16 à 18 ans, ont été ar­rê­tés mar­di 6 fé­vrier pour une sé­rie de vols com­mis près de la gare de Con­flans-sainte-ho­no­rine, entre le 1er mars et le 17 juillet 2017.

Ils pre­naient le train de­puis Pa­ris, ci­blaient ex­clu­si­ve­ment des ap­par­te­ments si­tués rue Louis­ma­ria­no Doit­teau, à proxi­mi­té de la gare SNCF, avant d’en res­sor­tir… les bras bien char­gés de leurs lar­cins.

Au fond de leurs sacs, se trouvent es­sen­tiel­le­ment des ob­jets hi-fi (consoles, por­tables), mais aus­si des bi­joux.

Le mode opé­ra­toire est à chaque fois iden­tique : les pro­tec­tions des ser­rures et les ba­rillets des portes sont ar­ra­chés, avant une fouille mi­nu­tieuse des lo­ge­ments vi­si­tés.

Les en­quê­teurs de la sû­re­té ur­baine de Con­flans ont donc dé­cor­ti­qué les bandes de vi­déo­sur­veillance de la gare, dans le but de confondre les sus­pects.

Très vite, l’en­quête montre des pro­fils ADN qui re­viennent d’un cam­brio­lage à l’autre. Des re­cou­pe­ments de fi­chiers de po­lice sont réa­li­sés.

La té­lé­pho­nie est elle aus­si ex­ploi­tée, même si les au­teurs, qui chan­geaient la puce té­lé­pho­nique de leur por­table ré­gu­liè­re­ment, s’ap­pli­quaient à brouiller les pistes. Les trois com­pères, dé­fa­vo­ra­ble­ment connus des ser­vices de po­lice pour des vols com­mis en ré­gion pa­ri­sienne, ont ain­si pu être iden­ti­fiés.

Lors de leur in­ter­pel­la­tion, des ob­jets pro­ve­nant de leurs pré­cé­dents vols ont été dé­cou­verts à leur do­mi­cile du XIXE ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, tel qu’un mi­ni­pis­to­let de ca­libre 6 mm.

En garde à vue, deux d’entre eux ont re­con­nu par­tiel­le­ment les faits qui leur étaient re­pro­chés. Le troi­sième les a niés en bloc.

Il s’agit là d’« une équipe à ti­roirs », se­lon les po­li­ciers, puis­qu’une connexion évi­dente a pu être éta­blie avec d’autres cam­brio­leurs du XIXE ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris. Les en­quê­teurs sont donc sur la piste d’un plus vaste ré­seau.

Les trois in­di­vi­dus in­ter­pel­lés mar­di 6 fé­vrier ont été re­mis en li­ber­té le len­de­main. L’af­faire a été confiée au par­quet de Pa­ris.

Des bi­joux et du ma­té­riel hi-fi Une équipe « à ti­roirs »

Les cam­brio­leurs for­çaient les ser­rures d’une ré­si­dence si­tuée à proxi­mi­té im­mé­diate de la gare de Con­flans. Pho­to d’illus­tra­tion (@Fo­to­lia)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.