Les murs des ri­ve­rains tremblent

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - LA VILLE - Jean-marc Ca­vé

Une am­biance de mi­ni-trem­ble­ment de terre : c’est ce que vit une par­tie des ha­bi­tants de la rue Cor­neille par le biais des pel­le­teuses.

À l’ho­ri­zon 2018, un Eh­pad (Eta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes) et l’ex­ten­sion d’un Esat (Eta­blis­se­ment de ser­vices et d’aide par le tra­vail) vont voir le jour, sur le ter­rain du centre hos­pi­ta­lier Théo­phile-rous­sel, à Mon­tes­son. Les tra­vaux avancent à grands pas et mal­gré quelques sou­cis cli­ma­tiques, les dé­lais de­vraient être te­nus, soit mi 2018. Mais pour les ri­ve­rains du quar­tier la Borde ha­bi­tant rue Cor­neille, et dont cer­tains ont su­bi les affres des inon­da­tions, il est temps que ce­la se ter­mine. Il faut sa­voir qu’un simple mur sé­pare le fond de Théo­phi­le­rous­sel des ha­bi­ta­tions d’un cô­té des ri­ve­rains de la rue. C’est là que tout se com­plique. Si la so­cié­té Léon-grosse, en charge du chan­tier, n’a eu de cesse de pré­ve­nir des nui­sances cau­sées par les tra­vaux, la qua­li­té de vie a bien chan­gé dans cette par­tie du quar­tier. pas­sage aux en­gins de chan­tier, avant d’être l’axe de cir­cu­la­tion des vi­si­teurs.

Trem­ble­ment de terre en cours

Fin sep­tembre 2017, cer­tains ri­ve­rains ont cru que le ciel leur tom­bait sur la tête. Chez Jeanmi­chel, on sonne un mercre­di après-mi­di : la po­lice mu­ni­ci­pale. « Un voi­sin nous a sou­li­gné que ça trem­blait chez lui. Et chez vous ? » Sur­pris, le ri­ve­rain ré­torque : « Non, rien. » Fu­neste er­reur, car dans les jours sui­vants, les murs al­laient trem­bler, les ob­jets vo­ler, et la sur­di­té ga­gner. « Quand les pel­le­teuses ont com­men­cé à creu­ser le sol pour ar­ra­cher la vé­gé­ta­tion pour créer la fu­ture route, on pou­vait à peine te­nir chez nous et de­hors c’était pa­reil. »

Après une pé­riode d’ac­cal­mie, les nui­sances so­nores ont re­pris de plus belle ces der­nières se­maines, les tra­vaux « en­gen­drant une aug­men­ta­tion du tra­fic ain­si qu’un com­pac­tage ré­gu­lier qui se­ra de la même in­ten­si­té qu’en fin sep­tembre 2017 », tem­père l’en­tre­prise Léon-grosse. Le bruit des che­nilles des en­gins lourds donne l’im­pres­sion qu’un trem­ble­ment de terre est en cours. « Il est sûr que ce­la nous a chan­gé la vie, re­grette Jean-mi­chel. Avant, de la fe­nêtre de ma chambre, c’était vue sur les bois et la ver­dure de Théo­phile-rous­sel. Main­te­nant, c’est pas­sages in­ces­sants, bruits conti­nus et vue sur une route. » Comme un nou­veau quar­tier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.