«Black Pan­ther»

DE RYAN COO­GLER

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - LE COURRIER DES CINÉMAS - Pierre Li­mat

Nous y sommes presque ! Dans quelques mois, le 25 avril très pré­ci­sé­ment, les Aven­gers se­ront de nou­veau ras­sem­blés pour contrer le Ti­tan Tha­nos, dont l’ombre plane sur les aven­tures de­puis le dé­but. Et ce alors que l’uni­vers ci­né­ma­to­gra­phique et connec­té lan­cé par Mar­vel avec « Iron Man » en 2008 fê­te­ra ses dix ans. Mais avant d’en ar­ri­ver là, il reste une pièce à ajou­ter au puzzle. Aper­çu dans « Cap­tain Ame­ri­ca : Civil War » en 2016, Black Pan­ther a au­jourd’hui droit à son film so­lo. Ce qui consti­tue un pe­tit évé­ne­ment car il s’agit à la fois du pre­mier su­per-hé­ros noir de l’his­toire des co­mic books ET le pre­mier a se voir of­frir le haut de l’af­fiche d’un long mé­trage du stu­dio… qui ne rate pas sa cible. Mis en scène par Ryan Coo­gler, réa­li­sa­teur des per­cu­tants « Fruit­vale Sta­tion » et « Creed », le film met un peu de temps à trou­ver son rythme alors que l’hu­mour ne fonc­tionne pas du tout dans la scène d’in­tro­duc­tion aux al­lures de James Bond. Mais le ré­cit a le mé­rite de ne pas pré­ci­pi­ter les choses au mo­ment de nous pré­sen­ter un tout nou­veau monde : le Wa­kan­da, pays (fic­tif) d’afrique par­ta­gé entre tra­di­tion tri­bale et mo­der­ni­té tech­no­lo­gique et sur le­quel T’chal­la, alias Black Pan­ther, doit ré­gner. Mais c’était sans comp­ter sur le re­tour d’erik Kill­mon­ger dont le plan, gen­ti­ment alam­bi­qué, fi­nit par ex­plo­ser au grand jour. Et c’est à ce mo­ment que le film dé­colle. Le ton pa­raît équi­li­bré, la nar­ra­tion et l’ac­tion se com­plètent bien et il y a même un soup­çon de pro­pos po­li­tique pour faire hon­neur au per­son­nage, créé dans les an­nées 60 en plein mou­ve­ment pour l’éga­li­té des droits. Outre les dé­cors et cos­tumes, ce qui frappe aus­si c’est le sé­rieux avec le­quel le met­teur en scène met cet uni­vers sur pied. Là où il au­rait été fa­cile de jouer la carte du dé­ca­lage et du cy­nisme, il fait preuve d’un pre­mier de­gré bien­ve­nu sans être ri­sible pour au­tant, et prouve que sa patte n’a pas été éli­mée au mo­ment de pas­ser au block­bus­ter. Sans être par­fait, ce « Black Pan­ther » est à la hau­teur de l’évé­ne­ment, et nous pro­pose même des per­son­nages fé­mi­nins forts ce qui consti­tue, aus­si, une grande avan­cée dans l’uni­vers Mar­vel. En es­pé­rant re­voir tout ce beau monde dans « Aven­gers : In­fi­ni­ty War ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.