Une taxe de sé­jour gé­né­ra­li­sée à toutes les com­munes de l’ag­glo

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - L’ACTU DU DÉPARTEMENT - S.R.

Les élus ont vo­té la gé­né­ra­li­sa­tion à toutes les com­munes de l’in­ter­co d’une taxe de sé­jour payée par les tou­ristes et les hommes d’af­faires.

« Afin d’évi­ter que vous soyez trop in­quiets je vais com­men­cer par vous dire que cette taxe de sé­jour est payée par les vi­si­teurs, qu’il s’agisse de tou­ristes ou d’hommes d’af­faires, et non pas par les ha­bi­tants. »

Mar­celle Gor­guès, vice-pré­si­dente en charge du pa­tri­moine et du tou­risme, a évo­qué cette taxe ac­quit­tée par les pro­fes­sion­nels hé­ber­geurs. Son mon­tant, payé par nui­tée et par per­sonne, est va­riable se­lon un clas­se­ment des éta­blis­se­ments. Une grille dé­ter­mine un mon­tant maxi­mum et mi­ni­mum. Le pro­duit de cette taxe de sé­jour est re­ver­sé à l’of­fice de tou­risme in­ter­com­mu­nal né de la fu­sion de l’of­fice de tou­risme de Saintger­main-en-laye et de l’of­fice de tou­risme du Pays des Im­pres­sion­nistes qui ras­sem­blait sept com­munes. Mai­sons-laf­fitte a dé­ci­dé de son cô­té de con­ser­ver un Of­fice de tou­risme in­dé­pen­dant… « Ac­tuel­le­ment, cinq villes de notre Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion ont dé­jà ins­ti­tué cette taxe de sé­jour. Il s’agit de Saint-ger­main-en-laye, Cha­tou, Car­rières-sur-seine, Port-mar­ly et Mai­sons-laf­fitte. Saint-ger­main-en-laye est la com­mune qui l’a ins­tau­rée de­puis le plus long­temps. Elle a une longue ex­pé­rience dans ce do­maine puis­qu’elle a ap­pli­qué cette taxe en 2010, les autres com­munes l’ayant fait en 2017. »

Har­mo­ni­ser la si­tua­tion

Mar­celle Gor­guès a in­sis­té sur le fait de gé­né­rer « un fi­nan­ce­ment pour le tou­risme sans ponc­tion­ner les ha­bi­tants ». « 47 % du bud­get de l’of­fice de tou­risme in­ter­com­mu­nal pro­vient de sub­ven­tions de la Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion. Son sta­tut pour­rait être re­mis en cause s’il y a un sub­ven­tion­ne­ment trop im­por­tant, d’où la né­ces­si­té de trou­ver d’autres re­cettes comme cette taxe de sé­jour. » Créée dans les villes où elle n’existe pas en­core, cette taxe va être mise en place avec des ta­rifs uni­for­mi­sés. « Ce­la va nous per­mettre de ne pas être dé­fa­vo­ri­sés par rap­port à nos grands voi­sins. » Mar­celle Gor­guès a fait al­lu­sion à la Com­mu­nau­té ur­baine de Grand Pa­ris Sei­net et Oise (Gp­so) et à la Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion de Ver­sailles Grand Parc. « Ces com­mu­nau­tés ont dé­jà vo­té cette taxe à des ta­rifs voi­sins des nôtres. »

Le tou­risme sous-ex­ploi­té

Cette taxe a pour prin­ci­pale vo­ca­tion de dé­ve­lop­per le tou­risme sur le ter­ri­toire de l’ag­glo. « C’est un vec­teur im­por­tant dans une ré­gion riche d’un pa­tri­moine à la fois na­tu­rel, ar­chi­tec­tu­ral, his­to­rique et cultu­rel. En Ile-de-france, le tou­risme re­pré­sente 7 % du PIB ré­gio­nal, soit 400 000 em­plois. C’est la rai­son pour la­quelle la ré­gion s’y in­té­resse de très près. La Chambre de com­merce et d’in­dus­trie s’est in­ves­tie dans ce do­maine et nous avons vo­té le ver­se­ment d’une sub­ven­tion afin de pou­voir tra­vailler avec elle dans le cadre de ce dé­ve­lop­pe­ment. » Mar­celle Gor­guès a ajou­té que le tou­risme est « sous-ex­ploi­té par la Casgbs mal­gré la qua­li­té du tra­vail qui a été four­ni ». De « nou­velles offres » vont être pro­po­sées aux tou­ristes et la Casgbs va ac­cen­tuer sa com­mu­ni­ca­tion dans ce do­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.