Po­li­tique : ils veulent chan­ger d’ère

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - LA UNE - Mi­chel Sei­man­do

Les maires de Saint-germain-en-laye et de Pois­sy, Ar­naud Pé­ri­card et Karl Olive, co­pré­sident la nou­velle as­so­cia­tion Gé­né­ra­tion ter­rain. C’est la ré­vo­lu­tion po­li­tique par la base.

Ils veulent chan­ger d’ère ! Ar­naud Pé­ri­card, Karl Olive et Pau­line Wi­no­cour-le­fèvre, trois élus des Yve­lines, viennent de créer l’as­so­cia­tion Gé­né­ra­tion ter­rain. Com­po­sée à 90 % d’élus, de maires, de con­seillers mu­ni­ci­paux, - les 10 % res­tants étant des pro­fes­sion­nels de l’en­tre­prise - cette nou­velle as­so­cia­tion se veut un « la­bo­ra­toire d’idées » pour pro­po­ser « un re­tour d’ex­pé­riences » des élus de ter­rain.

Plus lar­ge­ment, ils en ont ras le bol de ces « élus d’en haut qui ne com­prennent rien à ce qui se passe au­jourd’hui ».

« Nous avons mon­té cette as­so­cia­tion pour faire par­ta­ger notre ex­pé­rience d’élus prag­ma­tiques, ajoute Karl Olive. Les cli­vages po­li­tiques n’ont plus de rai­son d’être. La réa­li­té, c’est celle du ter­rain, c’est ce qui marche. À Pois­sy, j’ai ins­tal­lé il y a deux ans la taxa­tion des friches com­mer­ciales : de­puis, nous sommes pas­sés de quinze à huit em­pla­ce­ments va­cants. » Pour la com­mune, c’est plus de 40 000 € sup­plé­men­taires dans les caisses.

Le maire de Pois­sy dit au­jourd’hui avoir ras­sem­blé des élus d’une quin­zaine de villes du dé­par­te­ment (sur 262). Une pre­mière réunion, qui s’est te­nue ven­dre­di 29 sep­tembre à Pois­sy, a ras­sem­blé 46 per­sonnes. « On est une soixan­taine mais, ra­pi­de­ment, nous se­rons une cen­taine. »

Ar­naud Pé­ri­card : « Une ato­mi­sa­tion po­li­tique »

Pour Ar­naud Pé­ri­card, le maire de Saint-germain-en­laye, « l’élu lo­cal se­ra l’élé­ment de re­com­po­si­tion après l’ato­mi­sa­tion po­li­tique que l’on a ob­ser­vée du­rant la pré­si­den­tielle et les lé­gis­la­tives. Les idées ne peuvent plus être im­po­sées d’en haut. Nous sommes in­ter­pel­lés par la po­pu­la­tion qui est en perte de re­pères. » L’élu n’est plus en­car­té LR de­puis plu­sieurs an­nées. Un point com­mun qu’il par­tage avec Karl Olive (lire p.19) et Pau­line Wi­no­cour-le­fèvre.

C’est la ré­vo­lu­tion co­per­ni­cienne à Saint-germain-en-laye tout comme à Pois­sy, deux com­munes de droite qui ont his­to­ri­que­ment eu pour maires des fi­gures du par­ti tra­di­tion­nel. On se sou­vient de Mi­chel Pé­ri­card, le père d’ar­naud, fi­gure na­tio­nale du RPR et de l’as­sem­blée. Plus proche : à Pois­sy, Jacques Mas­deu-arus. Eh bien ! tout ce­la est très loin. Place à la Gé­né­ra­tion ter­rain.

Et Ar­naud Pé­ri­card de com­pa­rer la po­li­tique d’au­jourd’hui à celle du pas­sé : « Nous sommes par­tis d’un jar­din à la fran­çaise, bien or­ga­ni­sé et car­ré, à un jar­din à l’an­glaise, plus libre mais co­hé­rent. Mais ce n’est pas l’op­po­si­tion à une an­cienne gé­né­ra­tion ou bien en­core à un par­ti po­li­tique. Nous sommes de droite et du centre. Ce n’est pas une ques­tion de carte po­li­tique. Il n’y a plus de po­li­tique de droite, de po­li­tique de gauche. »

L’as­so­cia­tion com­mence à faire par­ler d’elle en de­hors du dé­par­te­ment. Bru­no Le Maire, le mi­nistre de l’éco­no­mie, se­rait in­té­res­sé par la dé­marche tout comme Xa­vier Ber­trand à l’écoute des Yve­lines. « Nous vou­lons faire ve­nir des maires ef­fi­caces comme Fran­çois Reb­sa­men, le maire de Di­jon », ex­plique Karl Olive qui aime rap­pe­ler la phrase de Pierre Des­proges : « L’ou­ver­ture d’es­prit n’est pas une frac­ture du crâne ! ». Ar­naud Pé­ri­card, lui, parle du maire (PS) de Sar­celles, Ni­co­las Mac­cio­ni.

Ar­naud Pé­ri­card, le maire de Saint-germain-en-laye, Pau­line Wi­no­cour-le­fèvre, conseillère mu­ni­ci­pale de Montfort-l’amau­ry et conseillère dé­par­te­men­tale (can­ton d’au­ber­gen­ville), Karl Olive maire, de Pois­sy et vice-pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal des Yve­lines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.