Lu­di­vine Van­thour­nout quitte la ma­jo­ri­té

L’ar­me­ment des po­li­ciers mu­ni­ci­paux a com­men­cé l’été der­nier à Sar­trou­ville. La moi­tié des agents est dé­sor­mais équi­pée.

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - LA UNE - Da­vid Gou­dey

En 2015, dans la fou­lée des at­ten­tats meur­triers de jan­vier qui avaient frap­pé la ré­dac­tion de Char­lie Heb­do et l’hy­per Ca­sher de la Porte de Vin­cennes, Pierre Fond avait so­len­nel­le­ment an­non­cé qu’il avait pris la dé­ci­sion d’ar­mer sa po­lice mu­ni­ci­pale. Une jeune po­li­cière mu­ni­ci­pale de la Ville de Mon­trouge, ne l’ou­blions pas, avait été aus­si la vic­time d’ame­dy Cou­li­ba­ly. Elle s’ap­pe­lait Cla­ris­sa Jean-phi­lippe et était do­mi­ci­liée à Car­riè­res­sous-pois­sy. Jus­qu’à il y a peu, la PM sar­trou­villoise n’avait en sa pos­ses­sion que deux armes à im­pul­sions élec­triques pour se pro­té­ger.

Le pro­ces­sus d’ar­me­ment au­ra été long. « On au­rait ai­mé al­ler plus vite, ad­met Ray­nald Go­dart, maire-ad­joint dé­lé­gué à la sé­cu­ri­té (mais aus­si à la voi­rie et à l’as­sai­nis­se­ment) et ac­ces­soi­re­ment fonc­tion­naire de po­lice. Mais il y a des lour­deurs ad­mi­nis­tra­tives. Et comme on n’est pas les seuls. »

De­puis l’été der­nier, les pre­mières for­ma­tions, « tech­niques et ju­ri­diques », ont en­fin dé­bu­té. Neuf des 25 agents de ter­rain sont dé­sor­mais équi­pés. Trois de leurs col­lègues étaient en for­ma­tion mi-jan­vier.

L’ar­me­ment des po­li­ciers mu­ni­ci­paux étant très en­ca­dré par l’état (au­to­ri­sa­tion pré­fec­to­rale après en­quête de mo­ra­li­té ; for­ma­tion d’en­vi­ron 8 jours), il fau­dra en­core plu­sieurs mois avant que l’ef­fec­tif au com­plet soit do­té des re­vol­vers Ma­nu­rhin que la Ville a dé­jà ré­cu­pé­rés au­près de la Pré­fec­ture des Yve­lines.

Ces armes, vieillis­santes « mais en par­fait état de marche » sou­ligne Ray­nald Go­dart, ap­par­te­naient en leur temps à la po­lice na­tio­nale. Elles ont été re­ti­rées du ser­vice ac­tif.

Pour an­ti­ci­per l’usure inexo­rable qui les at­tend, l’ab­sence éven­tuelle de pièces de re­change, la mu­ni­ci­pa­li­té a vo­té au bud­get 2018 l’ac­qui­si­tion de pis­to­lets se­mi-au­to­ma­tique 9 mm. Va­leur uni­taire : entre 1 000 et 1 200 eu­ros. « Ils n’ont pas vo­ca­tion à être mis en cir­cu­la­tion tout de suite. Ils se sub­sti­tue­ront au fur et à me­sure aux Ma­nu­rhin quand ce­la se­ra né­ces­saire. »

Pa­ral­lè­le­ment, une conven­tion a été nouée avec le stand de tir de Mon­tes­son afin que les po­li­ciers mu­ni­ci­paux sar­trou­villois puissent s’en­traî­ner de ma­nière conti­nue et en­ca­drée. « Ce n’était pas obli­ga­toire ! in­siste Ray­nald Go­dart. Mais on a ju­gé que ce­la était in­dis­pen­sable. »

L’ar­ri­vée d’armes de poing dans les ser­vices a for­cé­ment né­ces­si­té quelques ajus­te­ments. La com­po­si­tion des bri­gades a ain­si été ré­or­ga­ni­sée afin que toutes, à n’im­porte quelle heure du jour ou de la nuit, « H24, 7 jours sur 7 », aient au mi­ni­mum en leur sein un agent ar­mé. Une ar­moire-forte, avec des ca­siers in­di­vi­duels, a éga­le­ment fait son ap­pa­ri­tion au poste de la PM, ave­nue Jean-jau­rès. « Elle est sé­cu­ri­sée par un code. L’arme, do­tée d’une puce, doit y être re­dé­po­sée après la fin du ser­vice. »

La pro­chaine étape consis­te­ra-t-elle à équi­per la PM de mi­ni­ca­mé­ras pié­tonne ?

« Le dé­bat reste ou­vert, as­sure Ray­nald Go­dart. Pour­quoi pas. Main­te­nant, je trouve re­gret­table que des po­li­ciers, à notre époque, soient tou­jours obli­gés de se jus­ti­fier. Il y au­ra tou­jours des bre­bis ga­leuses. Et quand il y a une er­reur, il doit y avoir sanc­tion. »

« On au­rait ai­mé al­ler plus vite »

25 agents à for­mer en tout

En­traî­ne­ment conti­nu à Mon­tes­son

Ajus­te­ment dans les bri­gades

La moi­tié des agents est au­jourd’hui ar­mée (© Ville de Sar­trou­ville).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.