Place du Mar­ché : le maire fait le point

Le maire, Ber­nard Grou­ch­ko, a fait le point sur la place du Mar­ché. Le de­ve­nir du site, si­tué en centre-ville, est l’une des prin­ci­pales pré­oc­cu­pa­tions des Vé­si­gon­dins.

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - LA UNE - S.R.

Vé­ri­table « Coeur de ville », la place du Mar­ché est au centre des dis­cus­sions des Vé­si­gon­dins de­puis des an­nées. In­ter­ro­gé sur le su­jet par le conseiller mu­ni­ci­pal d’op­po­si­tion An­dré Mi­chel, le maire, Ber­nard Grou­ch­ko, a ex­po­sé les dif­fé­rentes ac­tions qui vont être me­nées à ce su­jet dans les mois qui viennent. L’édile n’a pas ex­clu de faire du site une pa­ti­noire mais ce pro­jet né­ces­site d’être chif­fré. « Un cer­tain nombre de per­sonnes ont sou­le­vé le su­jet lors d’un ate­lier. Bien qu’elle ait été as­sez for­te­ment re­je­tée il y a dix ans, il n’y a au­cune rai­son de ne pas se po­ser la ques­tion au­jourd’hui. » Le coût d’une nou­velle pa­ti­noire va être étu­dié plus pré­ci­sé­ment mais Ber­nard Grou­ch­ko a in­di­qué qu’il «ap­pa­raît as­sez éle­vé ». Cette somme se­rait de plu­sieurs mil­lions d’eu­ros. « En re­gar­dant le cof­frage en bé­ton qui est dé­jà pré­sent, d’au­cuns pour­raient se dire qu’il ne reste qu’à ter­mi­ner le tra­vail mais ce­la re­pré­sente tout de même un cer­tain nombre de mil­lions d’eu­ros. Les pro­po­si­tions et les études qui ont été réa­li­sées à l’époque en­ga­geaient ceux qui les ont faites. Nous es­sayons d’en re­prendre cer­taines par­ties. »

Mar­ché cou­vert ou non

La « dé­marche » de la Ville a été de de­man­der à la po­pu­la­tion, à tra­vers des ate­liers, « si elle veut faire quelque chose de cette place » et « avec quel équi­pe­ment (mar­ché) ». Se pose en­suite la ques­tion du fi­nan­ce­ment et d’un éven­tuel re­cours à l’em­prunt. « C’est donc tout l’ob­jet du tra­vail qui a été réa­li­sé et qui se pour­suit que de ré­pondre à ces in­ter­ro­ga­tions. » La mu­ni­ci­pa­li­té es­time que ce dé­but de concer­ta­tion et le tra­vail réa­li­sé « partent du constat que ce lieu n’est pas beau, pas agréable et pas ani­mé ». « Avant de sa­voir s’il convient d’y mettre un mar­ché cou­vert, non cou­vert, un bâ­ti­ment ou autre chose, il faut donc dé­jà éta­blir que le sou­hait de la po­pu­la­tion est d’avoir une place ani­mée, plus jo­lie et plus agréable. Or c’est ef­fec­ti­ve­ment ce qui ap­pa­raît et le seul fait de le dire oriente vers un cer­tain nombre de di­rec­tions. » Afin de trou­ver des idées re­mé­diant à ce manque d’ani­ma­tion, la Ville veut s’ins­pi­rer d’autres com­munes qui ont dy­na­mi­sé la fré­quen­ta­tion de leur cen­tre­ville. Des villes voi­sines, comme Cha­tou et Saint-ger­main-en­laye, peuvent ser­vir d’exemples.

Un es­pace pour les en­fants

La mu­ni­ci­pa­li­té a lis­té des « in­va­riants » comme le fait qu’il y ait un es­pace pour les en­fants « car tout le monde re­con­naît que ce­la fait dé­faut au centre-ville ». Ber­nard Grou­ch­ko a ajou­té que « les scé­na­rios de ré­amé­na­ge­ment de la place ne sont pas du tout fi­gés ». « Il ne s’agit pas d’en choi­sir un par­mi les quatre. Ce sont plu­tôt des élé­ments de Le­go in­ter­chan­geables pour ali­men­ter la ré­flexion. Ce­ci ex­plique qu’il y en ait un avec rien d’amé­na­gé en des­sous, mais au contraire tout au-des­sus, un autre où tout est amé­na­gé, un plus ori­gi­nal pour in­car­ner l’idée qu’il est pos­sible de faire des choses com­plè­te­ment nou­velles avec le jar­din en creux. Il s’agit donc de per­mettre à ceux qui le sou­haitent de tra­vailler sur le su­jet en s’ap­puyant sur les dif­fé­rents scé­na­rios sug­gé­rés et en les mé­lan­geant. Au fi­nal, peut-être que l’un des quatre scé­na­rios se­ra re­te­nu tel quel mais ce se­ra très pro­ba­ble­ment un pa­na­chage, peut-être même avec d’autres élé­ments ex­té­rieurs. »

Un bâ­ti­ment pour­rait être construit sur la par­tie nord ou sud de la place.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.