Le pré­fet en­voie la N118 hors Yve­lines !

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - L’ACTU - M. S.

Dis­cus­sion co­casse au con­seil dé­par­te­men­tal des Yve­lines, ven­dre­di 9 fé­vrier.

Le pré­fet des Yve­lines, Serge Mor­van, comme chaque an­née ren­dait pu­blique l’ac­ti­vi­té de l’etat dans les Yve­lines de­vant les conseillers dé­par­te­men­taux.

Pierre Bé­dier, le pré­sident du Dé­par­te­ment, lui a de­man­dé de « dé­par­te­men­ta­li­ser la N118 », blo­quée à chaque chute de neige. « Le bon Dieu a épar­gné les dé­par­te­men­tales. Ce­la dit bien des choses sur l’etat », a-t-il as­se­né.

Le pré­fet Serge Mor­van a ré­pon­du du tac au tac : « La N118 est un piège dans la­quelle les au­to­mo­bi­listes sont tom­bés. Je rap­pelle que la N118 n’est pas si­tuée dans les Yve­lines, comme on peut l’en­tendre mais qu’elle est aus­si et sur­tout si­tuée sur le ter­ri­toire des Hauts-de-seine et de l’es­sonne. Je ne fais pas de re­proches à mes col­lègues qui ont dû su­bir ce­la. Je rap­pelle (en­core) que nous avons eu non pas 10 000 vé­hi­cules blo­qués comme on a pu le voir en 2010 mais 1 500. C’est 1 500 de trop mais on fait des pro­grès. »

Et le pré­fet d’ajou­ter : « A Vé­li­zy, nous avons dû dé­cou­per la glis­sière de sé­cu­ri­té pour que les au­to­mo­bi­listes puissent re­joindre l’a86 (lire page 17). Je n’en tire au­cune glo­riole. Les per­sonnes sont res­tées trop long­temps dans cette si­tua­tion. Ça a été beau­coup trop long. J’étais en contact avec Pas­cal Thé­ve­not (le maire de Vé­li­zy), qui a ou­vert son gym­nase pour Vé­li­zy 2 et ain­si ac­cueillir les nau­fra­gés. »

La N118 moins (longue) dans les Yve­lines que dans les Hautsde-seine et dans l’es­sonne, c’est tout même ren­voyer la pa­tate chaude (ge­lée ?) à ses voi­sins.

Le pré­fet Serge Mor­van.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.