Une ré­forme pour la ren­trée

L’un des évé­ne­ments mar­quants de cette ren­trée 2016 est sans au­cun doute la ré­forme du col­lège, loi du 8 juillet 2013. Les élèves dé­cou­vri­ront un nou­veau pro­gramme des­ti­né à leur of­frir les mêmes chances de réus­site.

Le Courrier du Loiret - - LA UNE -

L’un des évé­ne­ments mar­quants de cette ren­trée 2016 est sans au­cun doute la ré­forme du col­lège. Les élèves dé­cou­vri­ront un nou­veau pro­gramme des­ti­né à leur of­frir les mêmes chances de réus­si­ te. La ré­forme mise prin­ci­pa­le­ment sur les en­sei­gne­ments pra­tiques in­ter­dis­ci­pli­naires où les pro­fes­seurs de dif­fé­rentes matières tra­vaille­ront en­semble dès la 5e.

La ré­forme du col­lège a été pen­sée au dé­part pour lut­ter contre l’en­nui sup­po­sé des col­lé­giens. L’idée de créer un col­lège unique, mais moins uni­forme qui ac­cueille tous les élèves, sans sé­pa­rer les bons des moins bons, tout en pre­nant en compte leurs dif­fé­rences est donc tout na­tu­rel­le­ment ve­nue à l’es­prit de Na­jat Val­laudBel­ka­cem, mi­nistre de l’édu­ca­tion na­tio­nale.

La ré­forme mise prin­ci­pa­le­ment sur les en­sei­gne­ments pra­tiques in­ter­dis­ci­pli­naires (EPI) où les pro­fes­seurs de dif­fé­rentes matières tra­vaille­ront en­semble dès la 5e, dans huit do­maines comme Le dé­ve­lop­pe­ment du­rable, Sciences et so­cié­té, Corps, san­té et sé­cu­ri­té, etc. Il s’agi­ra donc pour les élèves, d’ate­liers qui per­met­tront de mettre en pra­tique les no­tions en­sei­gnées. Ce­pen­dant, la ré­forme ne se borne pas à ces EPI. Elle re­pense aus­si une nou­velle grille ho­raire.

Des nou­veau­tés pour les élèves

L’em­ploi du temps des élèves com­pren­dra un tronc com­mun d’en­sei­gne­ment obli­ga­toire, dans le­quel on re­trouve les dis­ci­plines ha­bi­tuelles, s’y ajou­te­ront des en­sei­gne­ments com­plé­men­taires, qui peuvent va­rier en fonc­tion des be­soins des élèves et se dé­cli­ne­ront sous deux formes : l’ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé (AP) et les en­sei­gne­ments pra­tiques in­ter­dis­ci­pli­naires (EPI).

Si l’on connaît dé­sor­mais les EPI qui sont « une dé­marche de pro­jet condui­sant à une réa­li­sa­tion concrète, in­di­vi­duelle ou col­lec­tive », se­lon les ex­pli­ca­tions de l’édu­ca­tion na­tio­nale, l’ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé se­ra des­ti­né à « sou­te­nir la ca­ pa­ci­té d’ap­prendre, de pro­gres­ser » des élèves, « à amé­lio­rer leur per­for­mance et à contri­buer à la construc­tion de leur au­to­no­mie in­tel­lec­tuelle ». Con­crè­te­ment, en 6e, les élèves au­ront trois heures par se­maine d’ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé, au moins une heure en 5e, 4e, et 3e. Quant aux EPI, ils com­men­ce­ront en 5e, à rai­son de trois heures par se­maine maxi­mum. Les élèves en sui­vront au moins deux par an et as­si­mi­le­ront six mo­dules, sur les huit pro­po­sés, à l’is­sue de leur sco­la­ri­té au col­lège.

De plus, les élèves ne trou­ve­ront plus de classes bi­langues, ni de sec­tions eu­ro­péennes. Celles­ci ont été sup­pri­mées afin de ne pas fa­vo­ri­ser l’éli­tisme et ain­si de creu­ser les in­éga­li­tés. En re­vanche, une deuxième langue se­ra étu­diée dès la 5e, soit un an plus tôt qu’avant. Le Latin et le Grec, ré­ta­blis en tant qu’en­sei­gne­ment de com­plé­ment (en plus de L’EPI), se­ront sui­vis par les élèves vo­lon­taires à rai­son d’une heure en 5e, de deux heures en 4e et en 3e.

(PHO­TO D’AR­CHIVES)

(PHO­TO D’AR­CHIVES)

Un nou­vel en­sei­gne­ment at­ten­dra les col­lè­giens dès la ren­trée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.