Sé­ques­tré et frap­pé pour une dette

Le Courrier du Loiret - - FAIT DIVERS / JUSTICE - PH. R.

Pour quelles rai­sons Va­len­tin a-t-il été sé­ques­tré et frap­pé, le 24 août der­nier à Pithiviers ?

Al­lal, 19 ans, au­quel on im­pute ces vio­lences, a une ex­pli­ca­tion qu’il livre, sans dé­tour, à l’au­dience de com­pa­ru­tion im­mé­diate de ce lun­di 4 sep­tembre où il est ju­gé.

Se­lon le jeune Pi­thi­vé­rien, dé­jà con­dam­né, l’an pas­sé, pour des faits d’ex­tor­sion, la vic­time lui de­vait 1.400 eu­ros dans le cadre d’une tran­sac­tion por­tant sur la vente d’une mo­to dont il n’a ja­mais vu la cou­leur.

Tou­te­fois, au re­gard de la per­son­na­li­té de Va­len­tin, le tri­bu­nal pen­che­rait plu­tôt pour une dette de stu­pé­fiants, ce qu’al­lal conteste avec force.

« Je l’ai cla­qué deux fois »

Reste les vio­lences. « Je l’ai cla­qué deux fois », re­con­naît le pré­ve­nu. Il nie tou­te­fois avoir fait mon­ter Va­len­tin de force dans sa voi­ture et l’avoir conduit dans sa cave où, après l’avoir co­pieu­se­ment cor­ri­gé, il se se­rait em­pa­ré de son té­lé­phone por­table et de ses pa­piers d’iden­ti­té.

« C’est lui qui me les a confiés en gage, le temps d’al­ler cher­cher l’ar­gent à Boynes », ra­conte Al­lal. Va­len­tin a donc été conduit dans cette com­mune du Pithiverais, en com­pa­gnie de deux autres hommes dont un mi­neur. Là, il a pro­fi­té d’un mo­ment d’in­at­ten­tion pour prendre la fuite. Avant d’être re­trou­vé par un ri­ve­rain, re­cro­que­villé der­rière un arbre.

De­puis son box, le pré­ve­nu fait preuve d’un bel aplomb, ac­cu­sant la vic­time d’avoir si­gné « une dé­po­si­tion qui ne tient pas la route » et les gen­darmes d’avoir « fait leur tra­vail à moi­tié ». Des gen­darmes, dont il a clai­re­ment me­na­cé le com­man­dant de com­pa­gnie, lors de sa garde à vue : « Je sais qu’il court […] à Pithiviers. Il va se faire ta­per par une voi­ture ; il va rien com­prendre ! »

Huit mois ferme

Ce com­por­te­ment hâ­bleur in­cite le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique à im­pu­ter à Al­lal un sta­tut de caïd, ce dont se dé­fend l’in­té­res­sé. Ce­lui­ci n’en est pas moins con­dam­né à huit mois de pri­son ferme, as­sor­tis d’un main­tien en dé­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.